AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

VIE DE COUPLE:SEXE APRES L'ACCOUCHEMENT

Sexe après l’accouchement : en moyenne 6 semaines d’abstinence

le 

portrait-man-kissing-smiling-woman-on-the-neck

Sexe après l’accouchement : en moyenne 6 semaines d’abstinence

Après avoir accouché de leur premier enfant, les femmes attendent six à huit semaines pour refaire l’amour.

C’est ce qui ressort d’une étude menée récemment par des gynécologues australiens et publiée dans la revue scientifique de gynécologie et d’obstétrique BJOG.

1507 mamans vivant à Melbourne en Australie ont répondu au questionnaire des scientifiques sur leur activité sexuelle après leur accouchement. Les résultats montrent que 41% d’entre elles n’ont pas eu de relation sexuelle avec leur partenaire pendant les 6 semaines suivant leur accouchement. Au bout de 8 semaines, 65% d’entre elles ont répondu avoir fait l’amour au moins une fois. Enfin, la quasi-totalité des femmes a retrouvé une sexualité “normale” après 6 mois. Ces chiffres concernent une activité vaginale. L’enquête précise que près d’une femme sur deux reconnaît se livrer à une activité sexuelle non-vaginale (masturbation) dès 6 semaines post-partum. L’étude a révélé que les mères plus âgées ont pris plus de temps pour renouer avec le sexe. Dans le groupe d’âge 30-34 ans, 40 pour cent des femmes ont des relations sexuelles après six semaines, contre 63% des femmes entre 18 et 24 ans.

Un délai variable selon les méthodes d’accouchement

L’accouchement perturbe inévitablement la vie sexuelle du couple. 45% des femmes ayant accouché par césarienne ont des rapports sexuels six semaines après l’accouchement. Le taux est plus bas chez celles ayant subi une incision ou une déchirure du périnée; Ce type d’interventions et la cicatrisation qui suit peut en effet faire craindre une pénétration douloureuse. Elles sont entre 32 et 35 % de femmes à reprendre une activité sexuelle normale après six semaines.

Le délai d’abstinence est bien sûr variable et dépend de multiples paramètres au sein de chaque couple. Comme le précise l’auteure de l’étude, Stéphanie Brown, les conclusions de cette étude sont “utiles pour les couples et peuvent aider à réduire l’anxiété et la culpabilité de ne pas reprendre une activité sexuelle plus tôt.”

M.L

ESSENTIELLE/BEGLIQUE



05/03/2013
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1332 autres membres