AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

Vidéo Enseignement sur L'Amour avec le Docteur Leon Kabasele

L'ENSEIGNEMENT SUR « L'AMOUR » PAR LE DOCTEUR LEON KABASELE

(FINALITÉ SPÉCIALISÉE EN STRATÉGIES D'ÉVANGÉLISATION)

 

579537_526259057438826_27415473_n.JPG

LA PAROLE DE DIEU EST UNE COMMANDE,

D'ABORD POURQUOI TU AS BESOIN D’AMOUR‘?


L’AMOUR CE N’EST PAS LA SENTIMENT MAIS PLUTOT LA DECISION.


Luc 10:27 :
Et qu'il répondre à dit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme et de toute ta force et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même.
10:27 Tu aimeras le Seigneur ton Dieu - c'est-à-dire, tu seras unir toutes les facultés de ton âme à le rendre le plus intelligent et le plus sincère, le plus affectueux et résolu de service. Nous pouvons nous reposer en toute sécurité dans ce sens général de ces mots importants, si nous ne sommes pas en mesure de fixer la signification particulière de chaque mot. Si nous voulons le faire, peut-être, le cœur, qui est une expression générale, peut s'expliquer par les trois suivant, de toute ton âme, avec la plus chaude d'affection, de toute ta force, des efforts plus vigoureuses de ta volonté et avec tout ton esprit ou de compréhension, de la manière la plus sage et raisonnable que tu peux ; ta compréhension guider ta volonté et affection.

De 6:5 ; Lev 19:18.
10:25-37, Si nous parlons de la vie éternelle, et la manière, d'une manière négligente, on prend le nom de Dieu en vain. Personne ne vont jamais adorer Dieu et son prochain avec toute mesure de l'amour pur et spirituel, qui ne fait pas un participant de la grâce de conversion. Mais le coeur fier de l'homme s'efforce de dur contre ces condamnations. Christ a donné une instance d'un pauvre juif en détresse, soulagée par un bon Samaritain. Ce pauvre homme est tombé parmi les voleurs, qui lui a laissé mourrir de ses blessures. Il a été méprisé par ceux qui auraient dû à ses amis et a été pris en charge par un inconnu, un Samaritain, de la nation qui les Juifs plus méprisés et détestaient et n'aurait aucun contact avec. C'est lamentable d'observer comment l'égoïsme régit tous les grades ; Combien d'hommes excuses fera éviter des ennuis ou frais pour soulager d'autres. Mais le vrai chrétien a le droit d'amour écrit dans son cœur. L'esprit du Christ habite en lui ; Image du Christ est renouvelé dans son âme. La parabole est une belle explication de la Loi d'aimer notre prochain comme nous-mêmes, sans tenir compte de la nation, parti ou toute autre distinction. Elle aussi détermine la bonté et l'amour de Dieu notre Sauveur envers les hommes pécheurs, misérables. Nous étions comme ce voyageur pauvre, en difficulté. Satan, notre ennemi, a volé nous et nous blessés : tel est le mal péché nous a rendu. Le bienheureux Jésus fut ému de compassion sur nous. Le croyant considère que Jésus aimait et a donné sa vie pour lui, quand un ennemi et un rebelle ; et il lui ayant montré sa miséricorde, lui offres aller et faire de même. Il est du devoir de nous tous, dans nos lieux et selon nos moyens, à secourir, aider et soulager tous les qui sont dans la détresse et la nécessité.
Développement :
Versets 25-37 
Nous avons ici les discours du Christ avec un avocat concernant certains points de conscience, ce qui nous préoccupe tous d'être informé à juste titre dans et sont alors voici du Christ, bien que les questions étaient proposées avec aucune bonne intention.
I. nous sommes préoccupés de savoir quoi que bon est ce que nous devrions faire dans cette vie, dans l'ordre à notre pour atteindre la vie éternelle. Une question à cette signification a été proposée à notre Sauveur par un avocat, ou scribe, seulement avec un design pour le juger, pas avec le désir d'être instruit par lui, c. 25. L'avocat se leva et lui demanda : maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Si Christ avait une étrange chose à prescrire, par cette question il sortir de lui et peut-être de lui exposer Sinon, il expose sa doctrine comme inutile, car il ne donnerait aucun autre sens pour obtenir le bonheur que ce qu'ils avaient déjà reçu ; ou, peut-être, qu'il n'avait aucune conception malveillante contre le Christ, comme certains des scribes ont eu, seulement il était prêt à avoir une petite conversation avec lui, tout comme les gens vont à l'église pour écouter ce que dira le ministre. Il s'agissait d'une bonne question : que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? Mais il a perdu toute sa bonté quand il a été proposé avec un design de malade, ou un très moyen. Remarque, qu'il n'est pas suffisant de parler des choses de Dieu et pour en savoir davantage à leur sujet, mais nous devons le faire avec une préoccupation adaptée. Si nous parlons de la vie éternelle et la manière, d'une manière négligente, simplement comme d'importance du discours, surtout point de litige, nous faire mais prendre le nom de Dieu en vain, tout comme l'avocat ici. Maintenant cette question en cours de démarrage, observer,
1. Comment Christ lui remis à la loi divine et lui ordonna de suivre la direction de qui. S'il savait que les pensées et les intentions de son cœur, il ne lui répondait pas selon la folie de qui, mais selon la sagesse et la bonté de la question, qu'il a demandé. Il lui répondit par une question : ce qui est écrit dans la Loi ? Comment readest tu ? v. 26. Il arriva à catéchiser le Christ et de le connaître ; mais Christ catéchiser lui et lui faire connaître lui-même. Il parle de lui comme avocat, comme un familier dans la Loi : les études de sa profession informerait lui ; Laissez lui exercer selon ses connaissances, et il ne devrait pas sont privés de la vie éternelle. Note, il sera d'une grande utilité pour nous, dans notre chemin vers le ciel, d'examiner ce qui est écrit dans la Loi, et ce que nous lisons là. Nous devons avoir recours à nos bibles, à la Loi, comme il est maintenant dans la main du Christ et de la promenade de la manière qui nous est montrée là. C'est une grande bonté, que nous avons la loi écrite, que nous l'avons ainsi réduit à la certitude, et qu'ainsi il est capable de répartir plus et dure plus longtemps. Après avoir écrit, il est de notre devoir de le lire, à lire avec compréhension et pour chérir jusqu'à ce que nous lisons, afin que lorsqu'il y a des fois, nous soyons en mesure de dire ce qui est écrit dans la Loi, et comment nous lisons. Pour cela, nous devons faire appel ; par la présente, nous devons essayer doctrines et litiges de fin ; Cela doit être notre oracle, notre pierre de touche, notre règle, notre guide. Ce qui est écrit dans la Loi ? Comment lire ? Si il y aura lumière en nous, il s'attardera à cette lumière.
2. Quel un bon compte qu'il a donné de la Loi, des principaux commandements de la Loi, à l'observance dont nous devons lier nous-mêmes si nous aurait hériter la vie éternelle. Il n'a pas, comme un pharisien, mentionné lui-même à la tradition des anciens, mais, comme un bon textuary, fixés sur les deux premiers et le grands commandements de la Loi, comme ceux dont il pensait respecter plus strictement dans l'ordre pour l'obtention de la vie éternelle, et qui comprenait tout le reste, c. 27. (1).

 

Nous faut aimer Dieu de tout notre cœur, lui doit considérer comme le meilleur des êtres, en lui-même, plus aimable et infiniment parfaite et excellente ; comme un homme que nous nous couchons sous les plus grandes obligations à, à la fois dans la gratitude et l'intérêt. Nous devons lui prix et la valeur nous-mêmes par notre joie à lui ; doit nous complaire en nous-mêmes en lui et nous consacrer entièrement à lui. Notre amour pour lui doit être sincère, copieux et fervent ; il doit être un superlatif amour, un amour qui est plus fort que la mort, mais un amour intelligent, et tels que nous pouvons donner un bon compte des motifs et raisons de. Il doit être un amour entier ; il doit avoir notre âme entière et doit être servi avec tout ce qui est en nous. Nous devons aimer rien en dehors de lui, mais ce que nous aimons pour lui et en subordination à lui. (2). Nous devons aimer notre prochain comme nous-mêmes, que nous allons faire facilement, si, comme nous devrions faire, aimer Dieu mieux que nous-mêmes. Nous devons souhaiter bien à tous et malade pour rien ; doit faire tout le bien que nous pouvons dans le monde et aucun mal et il doit fixer en règle générale, nous faire à d'autres comme nous seraient qu'ils devraient faire pour nous ; et c'est d'aimer notre prochain comme nous-mêmes.
3. Approbation du Christ de ce qu'il dit, c. 28.

 

S'il s'agissait pour tenter de lui, encore ce qu'il dit ce qui était bon Christ félicite : tu as répondu à droite. Christ lui-même attaché à ce que les deux grands commandements de la Loi (Mt. 22:37): les deux parties sont convenues dans le présent. Ceux qui réussissent a louange du même, et donc ceux aient qui parlent bien. Jusqu'à présent, est juste ; mais la partie la plus difficile de ce travail mais reste he: « cela, et tu seras en direct ; Tu vas hériter la vie éternelle. »


4. Ses précautions pour éviter la condamnation qui était prête à fixer sur lui. Quand Christ a dit, ce do, et tu vas vivre, il commença à sachez que Christ a voulu tirer de lui un accusé de réception qu'il n'avait pas fait cela et c'est pourquoi une enquête ce qu'il doit faire, de quelle manière il devrait ressembler, pour obtenir ses péchés pardonnés ; un accusé de réception également qu'il ne pouvait pas le faire parfaitement pour l'avenir de toute la force de la sienne et donc une demande de quelle manière il pourrait aller chercher en force pour lui permettre de le faire : mais il ne voulait pas se justifier, et par conséquent n'est pas pris en charge pour faisant que le discours, mais dit : Oui, en effet, qu'un autre fait (Mt. 19:20)Toutes ces choses ont j'ai gardé de ma jeunesse. Remarque, beaucoup posent les bonnes questions avec un design plutôt à se justifier qu'afin de les informer eux-mêmes, plutôt fièrement pour montrer ce qui est bon en eux que humblement de voir ce qui est mauvais en eux.

 


II. nous sommes préoccupés de savoir qui est notre voisin, qui, par le deuxième grand commandement, nous sommes obligés d'aimer. C'est aussi une des requêtes de cet avocat, dont il a commencé seulement qu'il pourrait tomber l'ancien, peur que le Christ doit ont contraint, dans la poursuite de celui-ci, de condamner lui-même, alors qu'il était résolu à se justifier. Quant à l'amour de Dieu, il était prêt à ne dire aucuns plus de celui-ci ; mais, quant à son voisin, il était sûr qu'il il était venu à la règle, car il avait toujours été très aimable et respectueux à tout autour de lui. Maintenant observer,
1. Quelle a été la notion de corruption des enseignants juifs dans cette affaire. Dr Lightfoot cite leurs propres mots devant cette prétendent: « Lorsqu'il dit : Tu aimeras ton prochain, il exclut tous les païens, car ils ne sont pas nos voisins, mais les seuls qui sont de notre propre nation et de la religion. » Ils ne mettraient pas un Israélite à mort pour avoir tué un gentil, car il n'était pas son voisin : en effet, ils disent qu'elles ne devraient ne pas tuer un non-juif dont ils n'étaient pas en guerre avec ; mais, s'ils voyaient un gentil en danger de mort, ils se crurent pas obligé de l'aider à sauver sa vie. Inférences méchants ils tirent de cette Sainte Alliance de particularité par lequel Dieu s'est distingué eux, et en abusant ainsi de ce qu'ils avaient perdu ; Justement, Dieu a pris la confiscation et transféré Pacte-faveurs dans le monde païen, à qui ils ont nié bestialement faveurs communs.


2. Comment Christ corrigé cette notion inhumaine et a montré, par une parabole, que celui qui nous avons à recevoir la gentillesse d'et trouver prêt à nous montrer la gentillesse devons, nous ne pouvons que considérer comme notre voisin ; et devrait regarder sur tous ceux comme tel qui faut donc notre bonté, et pour montrer leur gentillesse en conséquence, bien qu'ils n'être pas de notre propre nation et de la religion. Maintenant observer,
(1) La parabole lui-même, ce qui représente pour nous un pauvre juif dans les circonstances en détresse, aidés et relevée par un bon Samaritain. Nous verrons ici,
[1.] Comment il a été maltraité par ses ennemis.

 

L'honnête homme voyageait paisiblement sur son affaire licite dans la route, et c'était une grande route qui conduit de Jérusalem à Jéricho, v. 30. La mention de ces endroits laisse entendre qu'il était question de fait et pas une parabole ; probablement c'est arrivé dernièrement, comme ici, il est lié. Les occurrences de la Providence nous donnerait beaucoup de bonnes instructions, si nous aurait soigneusement observer et améliorer et serait équivalent à paraboles encadrés exprès pour l'instruction et être affectant plus. Ce pauvre homme est tombé parmi les voleurs. Qu'ils soient arabes, bandes de pillards, qui ont vécu par le butin, ou quelques malheureux prodigues de sa propre nation, ou certains des soldats romains, qui, malgré la stricte discipline de leur armée, a fait cette villany, n'apparaît pas ; mais ils étaient très barbares ; non seulement, ils ont pris son argent, mais après l'avoir dépouillé de ses vêtements, et, qu'il pourrait ne pas être en mesure de les poursuivre, ou seulement pour satisfaire une disposition cruelle (car sinon quel profit y avait-il dans son sang?) ils lui blessé et laissé à moitié mort, prêt à mourir des suites de ses blessures. Nous pouvons concevoir ici une juste indignation bandits de grand chemin, qui ont eux-mêmes de toute l'humanité cédés et sont comme naturelles brute bêtes, bêtes de proie, faits pour être prises et détruites ; et en même temps nous ne pouvons mais pense avec compassion pour ceux qui tombent entre les mains de ces hommes méchants et déraisonnables et être prêt, quand il est en notre pouvoir, pour les aider. Quelle raison avons-nous pour remercier Dieu pour notre conservation de périls de voleurs !


[2.] Comment il a été méprisé par ceux qui auraient dû à ses amis, qui n'étaient pas seulement les hommes de sa propre nation et religion, mais un prêtre et l'autre un Lévite, hommes d'un caractère public et de la station ; non, c'étaient des hommes de sainteté profès, dont les bureaux, les obligeait à la tendresse et la compassion (Héb. 5:2), qui aurait dû avoir enseigné d'autres leur devoir dans un cas comme cela, qui devait livrer ceux qui ont été tracées jusqu'à la mort ; ils pas eux-mêmes seraient encore le faire.

 

Dr Lightfoot nous dit que bon nombre des cours des prêtres avaient leur résidence à Jéricho, et là est venu à Jérusalem, lors de leur tour d'arbitrer là et pour revenir encore une fois, quel abondance occasionnée des passant et repassant de cette façon des prêtres et Lévites leur accompagnateur. Ils sont venus de cette façon et vu le pauvre homme blessé. Il est probable qu'ils entendu ses gémissements et ne peuvent que perçoivent que si il n'ont pas aidé il doit périr rapidement. Le Lévite non seulement vu, mais est venu et regardé sur lui, c. 32. Mais ils passaient par l'autre côté ; quand ils ont vu son cas, ils ont obtenu en ce qui concerne hors de lui comme jamais ils le pouvaient, comme si ils auraient eu un semblant de dire : Voici, nous le savions pas. C'est triste quand ceux qui devraient être des exemples de la charité sont des prodiges de la cruauté, et quand ceux qui devraient en affichant la miséricorde de Dieu, ouvre les entrailles de la compassion dans d'autres, enfermé leurs propres.


[3.] Comment il a été aidé et relevé par un inconnu, un certain Samaritain, de cette nation qui, de tous les autres Juifs plus méprisaient et détestaient et n'aurait aucun contact avec. Cet homme avait peu d'humanité en lui, c. 33. Le prêtre avait son cœur endurci contre l'un des siens, mais le Samaritain avait son ouvert vers l'une des autres personnes. Quand il a vu lui il avait pitié de lui et n'a jamais pris en considération dans quel pays il était de. Mais il était un juif, c'était un homme et un homme dans la misère, et le Samaritain a appris à honorer tous les hommes ; il sait pas combien de temps les cas de ce pauvre homme peuvent être son propre et par conséquent a pitié de lui, car il se serait le désir et s'attendent à plaindre dans l'affaire analogue. Que ce grand amour doit se trouver dans un Samaritain pensait peut-être aussi merveilleux que cette grande foi qui Christ admiré dans un Roman et chez une femme de Canaan ; mais vraiment c'était pas le cas, pour le travail d'un homme il est dommage, mais la foi est le œuvre de la grâce divine. La compassion de ce Samaritain n'était pas une compassion inactive ; il ne pense pas qu'il suffit de dire, « être guéri, être aidé » (Jam. 02:16) ; mais, quand il a appelé son âme, il atteint de suite sa main aussi à cette pauvre créature nécessiteuse, Ésaïe 58:7, 10 ; Prov. 31: 20. Voir comment amical ce bon Samaritain a été.

 

Tout d'abord:il se rendit à l'homme pauvre, que le prêtre et le Lévite gardés à une distance de ; Il a posé des questions, sans doute, comment il est venu dans cet état déplorable et condoled avec lui.

Deuxièmement:il a fait partie du chirurgien, faute d'un meilleur. Il a lié vers le haut de ses blessures, faisant usage de son propre linge, il est probable, à cette fin ; et coulé dans l'huile et du vin, qui peut-être qu'il avait avec lui ; vin pour laver la plaie, oil pour amadouer il et le fermer vers le haut. Il a fait tout que son possible pour soulager la douleur et prévenir les risques et périls, de ses blessures, un dont le cœur saigné avec lui.

 

Troisièmement:il lui mis sur sa bête et est allé à pied lui-même et l'a amené à une auberge. Une grande bonté, que c'est d'avoir des auberges sur la route, où nous pouvons être meublés avec toutes les commodités pour l'alimentation et de repos pour notre argent.

 

Peut-être le Samaritain, si il n'avait pas rencontré cette entrave, aurait obtenu ce soir-là à la fin de son voyage ; mais, dans la compassion pour ce pauvre homme, il reprend court dans une auberge. Certains pensent que le prêtre et le Lévite fait semblant qu'ils ne pouvaient pas rester pour aider le pauvre, parce qu'ils étaient à la hâte pour aller assister le service du temple à Jérusalem.Nous supposons que le Samaritain est allé à l'entreprise ; mais il a compris que ses propres affaires et sacrifice de Dieu trop doivent donner lieu à un tel acte de miséricorde comme cela.

Quatrièmement:Il a pris soin de lui dans l'auberge, l'ai eu au lit, avait alimentaire pour lui qui était correct et la fréquentation et, c'est peut-être, ont prié avec lui. Nay, Cinquièmement, comme s'il avait été son propre enfant, ou il était obligé de regarder après que, quand il lui a laissé le lendemain, il quitte l'argent avec le propriétaire de l'un, pour être mises en place pour son utilisation et passé sa parole pour quoi il devrait dépenser plus. Twopence leur argent était environ quinze pence, la nôtre, qui, selon le taux de choses alors, irait un excellent moyen ; Cependant, ici, c'est un gage de satisfaction au maximum de toutes les demandes. Tout cela était gentil et généreux, et comme on pouvait s'attendre d'un ami ou un frère ; et encore ici, il est fait par un étranger et l'étranger.

Cette parabole est maintenant applicable à une autre fin que celle pour laquelle il a été prévu ; excellemment énoncées la bonté et l'amour de Dieu notre Sauveur envers l'homme misérable pécheur. Nous étions comme ce pauvre voyageur en détresse. Satan, notre ennemi, avait volé, dépouillé nous, ont été blessés à nous ; tel est le mal que le péché avait fait nous. Nous étions par nature, plus de la moitié morts, deux fois morts, dans les offenses et les péchés ; Tout à fait incapable de nous aider nous-mêmes, car nous étions sans force. La Loi de Moïse, comme le prêtre et le Lévite, les ministres de la Loi, regarde sur nous, mais n'a aucune compassion sur nous, nous ne donne aucun soulagement, passe l'autre côté, comme ayant ni pitié, ni pouvoir de nous aider ; mais ensuite vient le Béni Jésus, ce bon Samaritain (et ils ont dit de lui, par le biais de tout reproche, il est un bon Samaritain), il a compassion de nous, il se lie vers le haut de nos blessures saignantes (PS. 147:3 ; Ésaïe 61: 1), se déverse, pas d'huile et du vin, mais ce qui est infiniment plus précieux, son propre sang. Il prend soin de nous et nous ordonne de mettre tous les frais de notre cure sur son compte ; et tout ce bien, il n'est aucun de nous, jusqu'à ce qu'il se félicite de sa condescendance volontaire pour se faire ainsi, mais infiniment au-dessus de nous. Cela amplifie les richesses de son amour et nous oblige tous à dire:

« combien nous sommes endettés, et ce que nous allons rendre? »


(2) L'application de la parabole. [1.] La vérité qu'il contenue est extorquée à l'embouchure de l'avocat. « Dis-moi, » dit le Christ, "lequel de ces trois était voisin de celui qui est tombé parmi les voleurs (v. 36), le prêtre et le Lévite le Samaritain ? Lequel de ces fait du voisin partie? " Pour cela l'avocat me répondait pas, comme il aurait dû faire, « Sans doute, était le Samaritain; » mais, « celui qui a montré sa miséricorde sur lui ; sans doute, il était un bon voisin pour lui et très aimables, et je ne peux que dire que c'était un bon travail donc pour sauver un juif honnête de périr. " [2.] Le devoir déduit est pressé, accueil, appel à la conscience de l'avocat : allez, et tu faire de même. Le devoir des relations est mutuelle et réciproque ; les titres des amis, frères, voisins, sont, comme Grotius ici parle toµn pros ti-tout aussi contraignant sur les deux côtés : un côté être lié, l'autre ne peut être lâche, comme est accepté dans tous les contrats. Si un bon Samaritain fait bien qui aide à un juif en difficulté, certainement un juif ne fait pas bien s'il refuse de la même manière aider un Samaritain en détresse. Petimusque damusque vicissim-ces aimables bureaux doivent être réciproque.

 

 

« Et donc tu aller et faire ce que le Samaritain a fait, chaque fois que l'occasion offres : preuve de miséricorde à ceux qui ont besoin de ton aide, et le faire librement et avec préoccupation et de la compassion, s'ils ne pas de ta propre nation et ton propre profession, ou de ton propre opinion et de la communion dans la religion. Laisser ta Charité seraient ainsi étendue, avant que tu boastest d'avoir respecté toi-même à ce grand commandement d'aimer ton prochain. » Cet avocat lui-même une valeur beaucoup lors de son apprentissage et sa connaissance des lois et en ce qu'il pensait à avoir intrigué Christ lui-même ; mais Christ lui envoie à l'école à un Samaritain, d'apprendre son devoir: « Allez et l'aime. » Remarque, qu'il est du devoir de chacun d'entre nous, dans nos lieux et selon notre capacité, à secourir, aider et soulager tous ceux qui sont dans la détresse et la nécessité et des avocats en particulier ; et dans les présentes, il faut étudier pour exceller à beaucoup d'autres qui sont fiers de leurs prêtres et des Lévites.

 

PREDICATION ET HOMMAGE A ALAIN MOLOTO DECEDE LE 02 AOÛT 2013:

Ecrire au Dr.Léon Kabasele dans l'équipe Ammafrika:

"emissions@ammafricaworld.com

info@ammafricaworld.com



Dr. Leon Kabasele

Auteur du livre

(La philosophie Chrétienne)

 

 

Amour-Conscience-Réparation

AMMAFRICA WORLD VISION

942444_599838706701700_8479115_n.JPG



04/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1332 autres membres