AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

RETOUR DE FLAMMES SUR MUYAMBO FACE A MOISE KATUMBI

 
Vendredi, 28 Septembre 2012 


L’ex-bâtonnier fait de la satire son atout-maître pour brocarder l’action de son ex-ami et ex-client, le gouv’ Moïse Katumbi. Son show a alimenté les colonnes des journaux jusqu’à l’usure. L’épisode tragi-comique de sa sortie du 20 septembre dernier a provoqué une violente riposte de la Société civile qui l’accuse de menacer la paix au Katanga. 


Màis Muyambo est un récidiviste, il s’est autorisé à enfoncer le clou en publiant une deuxième lettre ouverte le 25 septembre 2012, tout aussi insolente que la première. Véritable cas de conscience.

L’égo de Muyambo a sommeillé juste le temps d’une brève accalmie. Il vient d’envenimer ses relations déjà pourries avec son ex-ami et ex-client Moite Katumbi Chapwe. Casus belli? Il a rédigé et fait publier coup sur coup deux satires anti-Katumbi actuellement à la base d’une vive tension dans la province. Ses médias en ont fait leur affaire.

 

« La paix est gravement menacée, les étincelles sont en l’air», alertent les commentateurs.

 

A sa première sortie, la pression sur Muyambo était déjà montée d’un cran. Les Katangais n’en revenaient pas et s’insurgeaient contre cette démarche absurde. En première ligne, la Société civile katangaise, notamment l’Observatoire congolais pour la bonne gouvernance –OCBG. Retour de flammes sur Muyambo, l’OCBG a mitonné un brûlot qui démontre, un à un, les impairs de l’ex-patron controversé de la CODECO.

 

Dans un texte destiné à démonter ce que tout le Katanga qualifie de mensonge du député honoraire, chaque détail a son importance. Aussi OCBG relate-t-il, avec précisions, les abus commis par Muyambo.

 

A ce jour, on peut dire que le patron de la SCODE n’a jamais été aussi descendu en flammes! Mais, l’ancien bâtonnier est un homme qui ne connaît pas de frein dans son envolée. Malgré la désapprobation générale, il défie tout le Katanga en publiant son deuxième brûlot où le ton passe des invectives aux injures toutes crues. Son objectif apparaît clairement dans son nouveau texte :

 

créer une crise de confiance entre le chef de l’Etat et le gouverneur du Katanga, poste qu’il attend occuper dès que possible, quel qu’en soient le prix et les moyens.

Si, martyrisé à souhait par ces nouvelles attaques de son pire ennemi, le gouv’ n’a pas donné de la voix, il doit se ‘frotter les mains du fait que ses propres administrés et des ONG réputées dures avec les gouvernants, prennent sa défense. Dans sa réaction intitulée «28 pages pour rien» -le nombre des pages du premier pamphlet de l’avocat-, OCBG charge terriblement Muyambo.

 

Motivation : la paix.

 

«L’Observatoire congolais pour la bonne gouvernance suit de très près l’évolution des faits en province du Katanga. Elle a, en sa qualité de plate-forme, appris comme tout le monde les diatribes proférées contre le gouverneur de la province du Katanga par monsieur Muyambo. Vivant au Katanga et y ayant investi, nous, membres de l’observatoire redoutons la fragilisation de la paix», justifie-t-il avant de taper:

 

«Pour autant que nous soutenons la paix et le développement nous ne pouvons cautionner ni soutenir tout acte, toute parole ni tout écrit susceptible d’enfreindre le processus de développement et de la modernisation de la province initiée par le chef d’Etat et concrétisé en province par le gouverneur. Ce souci justifie notre réponse que nous adressons à monsieur Muyambo qui a diffusé une lettre ouverte dont nous avons possession. Notre qualité de représentant de la population â la base nous donne le droit de répondre...»


Copieusement descendu en flammes!


C’est donc un droit de suite dans lequel Muyambo est dépecé. «D’entrée de jeux, nous vous informons que vous avez scandalisé l’opinion nationale et internationale autant sur la forme que sur le fond de votre dissertation indigeste. Ministre et bâtonnier honoraire, juriste de surcroît, vous devriez avoir la carrure d’un homme respectable, tel que vous le décrivez dans votre lettre ouverte!», lui lance OCBG. Puis:

 

«Notable katangais, notable kinois et président national d’un parti que tous les gens sensés quittent. Mais laissez-nous vous dire que vous avez tout simplement déplacé le débat juridique; où’ en tant que praticien vous vous seriez senti plus à l’aise pour ravaler au niveau caniveau : celui des querelles des personnes. Même alors, vous avez fait, dans un argumentaire qui s’apparente à tout, sauf à du béton solide qu’affectionnent les hommes en toge noire: En plus, pour les hommes les plus informés, qui ont lu cette lettre ouverte, ils ont trouvé que le contenu et l’argumentation sont sablonneux et poussiéreux.

 

Un véritable coq à l’âne. Après lecture du pamphlet, dont question, il se dégage plusieurs points résumés par et à travers l’expression indéniable de la jalousie et de la haine viscérales.C’est cela votre nature».

 

L’ONG ne va pas par le dos de la cuillère pour étayer ses affirmations.

 

Il étale les frasques de Muyambo.

 

A commencer par le cas Mutombo, l’agent engagé pour offrir son expertise à Muyambo Park mais retrouvé mort dans le site de cette unité touristique, à quelques jours de’ son inauguration!

 

Puis viennent les sales dossiers relatifs à feu Nkole, propre frère, de Muyambo roulé dans une affaire de parcelle, présumée à la base de sa mort, aux spoliations des immeubles de l’Etat et des privés.

 

Auparavant, OCBG n‘a pas manqué de démonter une à une les griefs que Muyambo a portés à charge de Katumbi.

 

Comme les faux dossier de destruction de la GECA MINES et de la SNCC, de fraude électorale, etc.

 

Le patron de la SCODE n’a jamais été aussi descendu en flammes !

 

Il est avisé : «désormais, chaque fois qu’il osera  s'attaquer gratuitement au gouverneur, c‘est la société civile qui le prendra en charge», prévient-on.

 

En pages 3 et 4, la bombe de l’OCBG.

 

 


Natine K. 

AFRICANEWS



29/09/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1432 autres membres