AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

RDC-DOUBLE NATIONALITE:DR.MUBABINGE BILOLO REPLIQUE AUX DEPUTES PARLEMENTAIRES

Les torchons brûlent entre les parlementaires et la Diaspora naturalisée au sujet de la "double-nationale"

GUERRE DE CERTAINS PARLEMENTAIRES CONTRE LA DIASPORA CONGOLAISE
ET CONTRE NTITA BADIBANGA

Par Dr. Mubabinge Bilolo (Munich/Germany)

 

FB_IMG_1480342004487.jpg

Après deux mandats au sein du Parlement et du Sénat, et à trois semaines de la fin de leur existence légale, certains parlementaires du Parlement Congolais se sont réveillés de leur sommeil pour se rappeler de leur moratoire du 23 février 2007 sur la question de double-nationalité.

 

Sans citer les noms, la « Dynamique des Parlementaires Acquis au bons sens », une structure momentanée animée par les députés nationaux Furaha Uma, Crispin Mbindule Mitond et Paul Muhindo Vaumawa, aurait écrit „officiellement au Chef de l’Etat pour s’inquiéter du bradage et de l’infiltration de la nationalité congolaise.... ils en appellent à l’application stricte de l’article 10 de la Constitution. Cette disposition constitutionnelle stipule en effet que « La nationalité congolaise est une et exclusive. Elle ne peut être détenue concurremment avec aucune autre ...“.

 

Honorables Furaha, Mbindule et Muhindo soutiennent non seulement que le Président serait Rwandais, que Kamerhe serait Rwandais, que Ruberwa serait Rwandais, que Kongo wa Ndondo serait Rwandais-Polonais, donc sans aucune origine congolaise, mais que l’Assemblée Nationale et le Sénat hébergeraient en leur sein une CENTAINE de parlementaires porteurs de la double nationalité.

 

A ce titre,relatives à la nationalité congolaise reconnaissent la perte, l’acquisition et le recouvrement de la nationalité congolaise…nous voudrions solliciter (…) vos instructions claires pour que les institutions compétentes agissent urgemment contre les étrangers d’origine congolaise qui exercent une nouvelle forme de colonisation grâce au sang congolais qui coule dans leurs veines ».


Sans les citer, Furaha, Mbindule et Muhindo soutiennent que l’Assemblée Nationale et le Sénat hébergeraient en leur sein une centaine de parlementaires porteurs de la double nationalité. A ce titre, le moratoire du 12 février 2007 s’apparente à une autorisation tacite de détention, par des animateurs et membres des institutions de la République, des nationalités concurrentes à la congolaise“.

 

Pourquoi les Parlementaires interpellent-ils Kabila pour régler une question déjà réglée ou clairement réglée par la Constitution?

 

Pourquoi ne font-ils pas appel à la Cour Constitutionnelle?

 

Qui devrait appliquer strictement l'article 10 de la Constitution? Le Président ou la Cour Constitutionnelle? Un internaute m’a demandé: „Est-ce que lui même Kabila respecte-t-il la Constitution? Et qu'en dire de la Cour constitutionnelle?“.
Pourquoi cette question de double-nationalité n'est-elle soulevée que lorsqu'on entend les noms comme She Okitundu (Candidature au Poste de Président du Sénat), Mukendi (Ministre ou Secrétaire-Adjoint du PPRD), Badibanga (Premier-Ministre), etc.?

 

Si j'ai bonne mémoire, après les pillages de 1991, alors que je me trouvais en Europe pour des conférences scientifiques, d'aucuns avaient tenté de prendre ma place ou la place des Moralistes Congolais, en affirmant sans preuve que "Bilolo n'était pas Congolais. Il serait Allemand". N'eût été mes amis de l'époque Kunz Karl Bond, Madame Landu, Mgr. Monsengwo (mon Maître de FCK) et autres évêques, Fayulu, Mende, Dr. Numbi, P. Lumbi, Tshimpumpu, etc., on aurait effacé mon nom et le nom de mon suppléant, le Prof. Nyeme Tese, Président de la Commission Ethique de la CNS., de la liste.

 

Les mêmes personnes qui interpellent Kabila pour neutraliser Badibanga soutiennent aussi gratuitement, comme évoqués plus haut, que Kabila, Kamerhe, Kengo, Ruberwa seraient Rwandais et que le Congo serait un pays occupé par les Étrangers. Mais ils ont entendu la fin de leurs mandats pour se rappeler de leur moratoire !

 

Je sais qu'il y a un problème de double-nationalité à l'Est du Congo. Ce problème s'est posé en 1990-1991 au cours des débats sur la "Nationalité Collective et Non-Individuellement Sollicitée" accordée par Mobutu. Les juristes estimaient qu'une "nationalité collective" est une sorte de "nationalité imposée". On "contraint" les étrangers à "être Congolais". La délégation de l'Est (Kisangani et Kivu) au Centre Kimbaguiste avait démontré en 1991 que l'idée était bonne dans la perspective de l'intégration, mais elle est malheureusement exploitée pour occuper les terres des paysans.

 

En tant que responsable de la Commission Constitutionnelle dans la Diaspora, j'ai toujours proposé, avec mon collègue Tshiyembe Mwayila, la double-nationalité, mais en insistant sur certaines restrictions. Il y a des fonctions qui excluent la double-nationalité: Sécurité Nationale, État-Major des Forces Armées, Ministère de l'Intérieur, Ministère de la Défense, Président de la République, etc.

 

Samy Ntita Badibanga n'est pas un inconnu. Tout le monde qui est né ou a étudié à Kananga connaisse le Bar de son Papa, appelé "Samy-Bar". Les Soldats formés à Kananga connaissent "Samy-Bar". Les voyageurs à destination de Lusambo, Lwebo. Tshikapa, Bakwanga, Dimbelenge, Lwiza en partant de Lulwabourg connaissaient "Samy-Bar". Mbuji-Mayi connaît Ntita Badibanga. La Diaspora Congolaise de Belgique connaît Ntita Badibanga comme "Patriote Congolais". Ce n'est pas un inconnu. La sécurité du Congo n'est pas en danger, car c'est un patriote congolais.

 

Je suis aussi d'avis que la question devrait être réglée. Elle nécessite une révision de l'article 10 de la Constitution. Mais elle ne devrait pas être instrumentalisée pour neutraliser les patriotes engagés ou quelques personnes ethniquement triées.

 

La lettre de ces honorables, dans l’hypothèse où le résumé de Palmares serait fidèle au contenu, contient une curieuse restriction discriminatoire et inadmissible. Il y a trois types de double-nationalité:

 

a) Double-nationalité de Congolais d’Origine qui se rapporte aux Congolais, c’est-à-dire aux MaKoko (Kisangani-Bandaka-Nord-Kivu), aux BaKongo ou aux Matamba (Kivu-Katanga-Kasayi) devenus Rwandais, Burundais, Américains, Belges, Anglais, Italiens, etc. Ils demeurent biologiquement Congolais et Étrangers en dehors du Congo.


b) Double-nationalité des Métis, à 50 % Congolais(es) d’Origine. Du fait que la double-nationalité est admise dans beaucoup de pays, ils ont la Nationalité du père ET de la mère.En Occident, ces enfants se considèrent ou sont considérés comme exclusivement Congolais(es), même si la Nationalité politique leur ouvre pratiquement la porte de la plupart des postes politiques.


c) Double-nationalité des Étrangers d’Origine qui se rapporte aux ÉTRANGERS (BaPaya, Ban-a-BaPaya) Chinois, Libanais, Rwandais, Angolais, Belge, Allemands, Anglais, etc., ayant pris la Nationalité Congolaise.

 

La double-nationalité des type A (Congolais d’Origine) et de type B (à 50 % Congolais d’Origine) est stratégique et nécessaire pour tout pays. C’est la Diaspora Anglaise en Amérique et au Canada, en Australie, en Afrique du Sud, etc. qui fait la puissance de United Kingdom. Trump est Allemand, même s’il est Président Américain. Tous les Européens appellent Obama „Africain-Kenyan à la Maison Blanche“. La survie d’Israel dépend de sa Diaspora dans le monde. La Diaspora est constitutive d’une Nation. Elle est le Front d’une Nation.

 

La double-nationalité visée par les Congolais(es), c’est en premier lieu, la Nationalité des Étrangers d’Origine et surtout celle des Étrangers de la 1ère Génération. Les gens qui dans les années 60 ou 70 sont allés à l’école comme étrangers, ont terminé les études comme étudiants étrangers et qui aujourd’hui occupent des postes stratétigiques dans l’Armée, dans la Sécurité Nationale, au sein de la Police Nationale et à la tête des Institutions de l’État. C’est de ce type C qu’on parle lorsqu’on dit que le Congo est un pays occupé.

 

Curieusement les Honorables, Furaha, Mbindule et Muhindo ne s’en prennent pas au TYPE C „ÉTRANGERS D’ORIGINE“, mais ils „sollicitent“ des „instructions claires pour que les institutions compétentes agissent urgemment CONTRE les étrangers d’ORIGINE CONGOLAISE qui exercent une nouvelle forme de colonisation grâce au sang congolais qui coule dans leurs veines ».

 

D’où vient cette URGENCE? Et pourquoi vouloir agir seulement CONTRE LES CONGOLAIS D’ORIGINE? Utiliser le terme „ÉTRANGERS“ à propos des „CONGOLAIS D’ORIGINE“ n’est-ce pas une sorte d’insulte.

 

Les Allemands qui sont en Roumanie, en Russie, Argentine, en Amérique depuis des siècles ne sont pas des „étrangers“, ce sont des Allemands.

 

Le Code des Étrangers ne s’appliquent pas à eux. Ils ont seulement le devoir de prouver que leurs Ancêtres étaient „Allemands“. Comment est-ce que ces Honorables peuvent-ils oser ignorer le „DROIT DU SANG“ et appeler les Ban-a-Makoko, Ban-a-Matamba, Ban-a-Kongo les „étrangers“?

 

Peut-on être Congolais d‘origine et solliciter des instructions POUR AGIR URGEMMENT CONTRE LA DIASPORA CONGOLAISE, CONTRE LES CONGOLAIS D’ORIGINE QUI EXCERCERAIENT UNE NOUVELLE FORME DE COLONISATION GRÂCE AU SANG CONGOLAIS QUI COULE DANS LEURS VEINES?

 

La « Dynamique des Parlementaires Acquis au non-sens » ne sollicite pas d‘instructions „pour que les institutions compétentes agissent urgemment CONTRE les congolais D’ORIGINE ÉTRANGÈRE“ ou à „BIOGRAPHIE DOUTEUSE ET SANS TÉMOIN“ au sein des Institutions Congolaises.

 

La double-nationalité du type C „sans sang congolais dans ses veines“ et le danger qu’elle représente pour la Sécurité du Congo et de tous les Congolais d’Origine ne semblent pas préoccuper cette Dynamique. Le non-sens de cette sollicitation semble être un message codé.

 

 

Dr. Mubabinge Bilolo
Cellule Stratégique de la Société Civile à l‘Étranger



28/11/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1248 autres membres