AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

LE PASSE COLONIAL ALLEMAND

Weisse Geister - der Kolonialkrieg gegen die Herero "La mort blanche" 
La guerre coloniale contre les Herero

Un Film de Martin Baer
avec Israel Kaunatjike
produit par Hanfgarn&Ufer


ARTE - Thema
Lundi, 2. Août 2004 
22.40>01.00
Des casques à pointe en Afrique – Le passé colonial allemand


L’histoire de l’empire colonial allemand ne dura que trente ans. Mais elle connut des épisodes très violents, qui pèsent aujourd’hui encore sur les relations entre l’Allemagne et l’Afrique. Analyse d’un processus dans lequel la mission de l’Église allemande eut une part active.

22.40
La mort blanche – La guerre coloniale contre les Herero
Documentaire de Martin Baer
(Allemagne, 2004, 1h10mn)

Entre 1904 et 1908, l’armée allemande réprime brutalement le soulèvement des Herero dans le Sud-Ouest africain, qu’elle a colonisé une dizaine d’années plus tôt. Quelles traces cette guerre a-t-elle laissées chez les descendants des deux camps ? En septembre 2001, la Herero People Reparations Corporation a réclamé devant un tribunal américain 2 millions de dollars au gouvernement allemand et autant à quelques entreprises allemandes. Ces sommes sont demandées en réparation de la spoliation des terres et du génocide commis par l’Allemagne impériale dans le Sud-Ouest africain, l’actuelle Namibie, après la bataille du mont Waterberg en 1904. Sur les 90 000 Herero qui peuplaient alors la région, 70 000 furent exterminés et les survivants emmenés dans des camps avec l’aide de la Mission rhénane. Cent ans plus tard, les Herero ne constituent plus que 7 % de la population, et la majorité des terres qui leur appartenaient autrefois sont toujours entre les mains de propriétaires d’origine allemande. Bien que l’occupation coloniale allemande en Afrique se soit achevée avant la Première Guerre mondiale, les Allemands sont restés très présents et gardent beaucoup d'influence dans la vie politique et économique de la Namibie. Environ 25 000 Allemands vivent actuellement dans le pays, soit 1,2 % de la population.
Aujourd’hui, le débat sur ce chapitre de l’histoire allemande, longtemps étouffé, est très vif. Pour beaucoup d’historiens, la bataille de Waterberg a préfiguré les futurs génocides du XXe siècle. Mais peut-on réellement parler d’une extermination planifiée ? Peut-on exiger des réparations ?

« Allez dans le monde entier… » -Les missionaires allemands en Afrique
Documentaire de Jean-Marie Teno


(Allemagne/France, 2004, 1h05mn)

L’activité missionnaire de l’Église allemande en Afrique se confond en grande partie avec les intérêts politico-économiques de l’Allemagne. Son histoire complexe et ambiguë est racontée ici du point de vue d’un Africain.


"Lorsque les premiers missionnaires sont arrivés en Afrique, ils avaient la Bible et nous la terre. Ils nous ont demandé de prier. Alors nous avons fermé les yeux. Quand nous les avons rouverts, la situation s’était inversée. Nous avions la Bible et eux la terre." Ce condensé d’histoire africaine dû à Desmond Tutu, archevêque et Prix Nobel de la Paix, souligne de manière percutante le lien entre mission et colonisation. C’est la Mission rhénane, fondée en 1828 à Wuppertal, qui a évangélisé le Sud-Ouest africain – aujourd'hui la Namibie. Dans un discours prononcé au Reichstag le 12 mai 1890, Caprivi, successeur du chancelier Bismarck, expliquait : "Nous devons d’abord créer à l'intérieur quelques bases d’où partiront les missionnaires aussi bien que les négociants ; le fusil et la Bible doivent agir de concert…". Comment en est-on arrivé à ce paradoxe ? Quels en ont été les effets et quelles en sont les traces aujourd'hui ? Jean-Marie Teno reconstitue ce chapitre complexe en montrant la dialectique entre éthique chrétienne et intérêts marchands, avec pour résultat le traumatisme des colonisés. Il confronte l’analyse d’historiens et de chercheurs africains et européens avec celle du personnel des missions, et livre des témoignages individuels sur la colonisation allemande en Afrique et ses prolongements dans le monde post-colonial.


 

 

Auteur: coeurbouliki
Date: 15 Aoû 2004 10:17
Sujet du message: L'Allemagne et ses colonies.


L'Allemagne et ses colonies. 

Le fusil dans une main, la bible dans l'autre, les Allemands laissent sur leur histoire coloniale de terribles marques. Trente ans d’épisodes violents qui pèsent encore sur les relations entre l'Allemagne et l'Afrique. 

Au début du XXe siècle, l'Allemagne s'est lancée dans la course aux colonies. Elle veut se tailler un empire à la mesure de sa puissance économique. Ce sera en vain. Elle doit se contenter de possessions isolées dans le sud-ouest, l'est et l'ouest de l'Afrique. L'empire colonial allemand, démantelé à la fin de la Première Guerre mondiale, aura duré tout juste trente ans. 

À la force des armes, avec la brutalité inhérente aux colons, l'Allemagne a laissé de cuisantes traces en Afrique. Notamment dans le Sud-Ouest africain - l'actuelle Namibie -, qu'elle a colonisé à la fin du XIXe siècle : De 1904 à 1908, les Allemands se sont livrés à une guerre coloniale sans merci contre les Herero, arrivés vers 1600 des régions du Nord. Les colons répriment violemment les soulèvements. Jusqu’à faire planer le spectre du génocide. L'histoire retient de ces débordements colonisateurs un lourd bilan : sur les 90 000 Hérero installés dans la région, 70 000 ont été exterminés. 

Dans la Mort blanche, documentaire de Martin Baer, le réalisateur note que, " cent ans plus tard, les Herero ne forment plus que 7 % de la population, et la majorité des terres qui leur appartenaient autrefois sont toujours entre les mains des propriétaires d'origine allemande ". 

" Lorsque les premiers missionnaires sont arrivés en Afrique, ils avaient la bible et nous la terre. Ils nous ont demandé de prier. Alors nous avons fermé les yeux. Quand nous les avons rouverts, la situation s’était inversée. Nous avions la bible et eux la terre. " L'essence même de la " politique-mission-colonisation " vue par l'archevêque et prix Nobel de la paix Desmond Tutu. Dans un deuxième documentaire, intitulé Allez dans le monde entier., le réalisateur Jean-Marie Teno décortique " la mission allemande en Afrique ". C'est l'histoire de l'activité missionnaire de l’Église allemande vue et racontée par un Africain. 

Fernand Nouvet


Auteur: coeurbouliki
Date: 15 Aoû 2004 10:44
Sujet du message: 'ALLEMAGNE ET SES COLONIES


Massacre du peuple Herero: l'Allemagne demande "pardon" et "s'excuse" 


OKAKARARA (Namibie) (AFP) - 14/08/2004 14h00 - L'Allemagne a demandé samedi "pardon" au peuple Herero dont une partie a été massacrée au début du XXème siècle en Namibie sous l'ère coloniale allemande et s'est "excusée" pour ces atrocités. 

Ces excuses sans précédent ont été présentées par la ministre allemande du Développement, Heidemarie Wieczorek-Zeul, lors de la commémoration à Okakarara (nord-ouest de Windhoek) du massacre de milliers de Hereros par les troupes allemandes commandées par le général Lothar Von Trotha, le 11 août 1904. 

"Les atrocités commises à cette époque seraient appelées aujourd'hui génocide et le général Von Trotha serait traduit en justice et condamné", a déclaré Mme Wieczorek-Zeul. 

"Nous Allemands, acceptons notre responsabilité morale et historique et la culpabilité des Allemands à cette époque", a-t-elle ajouté en anglais devant quelque 5.000 Hereros venus de Namibie, d'Afrique du Sud et du Botswana. 

"J'ai un grand respect pour vos ancêtres qui sont morts pendant le soulèvement (Herero). Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont aveugles face au présent. L'Allemagne a appris les amères leçons du passé", a affirmé la ministre, visiblement très émue. 

"Au nom de Dieu, je vous demande de nous pardonner", a-t-elle exhorté, sous les applaudissements. 

A la fin de son discours, la foule lui a cependant réclamé "des excuses" et la ministre est revenue parler pour dire: "Chaque chose que j'ai dite est une excuse et je veux que cela soit clair pour qu'il n'y ait pas de malentendus". 

Le chef des Hereros, Kuaima Riruako, a accepté ces excuses. "J'apprécie le geste de la ministre allemande qui a fait ce qu'elle avait à faire"", a-t-il dit, ajoutant toutefois: "Nous avons toujours le droit de poursuivre le gouvernement allemand en justice". 

Des Hereros ont entamé une action auprès d'un tribunal du district de Colombia aux Etats-Unis pour obtenir quatre milliards de dollars de compensations du gouvernement et d' entreprises allemandes au titre de réparation pour les atrocités commises. 

Le ministre namibien de la Terre, Hifikepunye Pohamba, qui devrait succéder au président Sam Nujoma en 2005, s'est également déclaré satisfait. "Je suis personnellement très heureux des excuses du ministre. Nous devons les accepter", a-t-il affirmé. 

Les Hereros commémorent cette année le 100ème anniversaire de leur soulèvement contre l'Allemagne coloniale dans le sud-ouest africain (aujourd'hui Namibie), qui a duré de 1904 à 1907 et a été réprimé dans le sang, faisant environ 65.000 morts. 

Aujourd'hui, quelque 120.000 Hereros vivent en Namibie, où ils ne représentent guère plus de 7% de la population qui compte également encore quelque 25.000 blancs germanophones. 

Les Hereros avaient toujours réclamé des excuses officielles de l'Allemagne qui, jusqu'aux déclarations de Mme Wieczorek-Zeul, n'étaient pas venues. Ils réclament également des compensations financières dont Berlin ne veut en revanche pas entendre parler. 

Dans un entretien vendredi au quotidien namibien de langue allemande Allgemeine Zeitung, Heidemarie Wieczorek-Zeul a réaffirmé qu'il n'y aura "pas de compensations financières à des groupes spécifiques". 

L'Allemagne a cependant affirmé à plusieurs reprises sa volonté d'accroître son soutien à la Namibie dont elle est déjà le premier fournisseur d'aide avec 500 millions d'euros depuis 1990, aide qui, selon Berlin, profite à tous les Namibiens.



17/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1447 autres membres