AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

LA RDC BRÛLE AU SEIN DE LA DIASPORA: PROBLEMATIQUE DU MOT "COLLABO" PAR SAMY BOSONGO

Problématique « COLLABO»

 


J'ignore ce à propos de quoi vous vous querellez, mais j'interviens ici pour préciser le sens du mot collabo pour dire collaborateur, déjà stigmatisé par nos amis de l'autre camp. Je crois qu'on appelle collaborateur celui qui rend disponible ses services pour un projet ou une activité quelconque. Déjà à cette latitude, il convient de faire remarquer la réalité que différentes personnes suivant des cadres et des époques particulières peuvent avoir différents objets de collaboration. Par exemple, ceux qui collaborent à l’espièglerie des Udpsistes pour faire de lui le président de la RDC sont des collabos à la matérialisation de ce projet.


Ainsi, les opposants ont leurs projets qui leur demandent de collaborer entre eux tandis que ceux du pouvoir ont les leurs aussi. Qui en établit le jugement de valeur ? Depuis que je suis actif dans les forums, je n'ai pas encore lu un seul texte émanant d'un lol pro-pouvoir qui taxe les opposants de "collabo" ; même si c’est établi qu’ils s’activent là à concrétiser un projet illégal et illégitime. Mais en maintes reprises, à tout bout de champ et à dessein, les opposants taxent les pro-pouvoirs de "collabos".


Le sens qu'on donne au "collabo" ici est péjoratif à coup sûr. C'est pourquoi, il convient de s'interroger sur les prémisses dont se servent les opposants pour l'usage de ce mot. Ne sommes-nous pas tous des collaborateurs à quelque chose?
Quand au jugement de valeur, de surcroît, les opposants n'ont aucun monopole de bon sens, de l'expertise en diverses disciplines scientifiques, de sérieux, en idéal ou en éthique républicains, du respect des principes démocratiques, du respect de la constitutionnalité des actions entreprises ou de que savons-nous encore.


Les objectifs des opposants dès le départ étaient de parvenir à évincer JKK de la magistrature suprême par tous les moyens. Ils ont défini leurs stratégies et mobilisé leurs moyens. Ceux qui s'informent bien savent les démarches entreprises par Vital KAMERHE ainsi qu'Etienne TSHISEKEDI chez les émerillons mondiaux et ce qu'étaient les positions de la France, de la Belgique, du Canada et des USA. Ils ont mis au point des perfidies de diabolisation de Joseph KABILA pour que le peuple le rejette et ne le reconduise plus à la tête du pays. Sur le net, c'est l'optique du printemps arabe qui était préconisé. L'actif de Joseph KABILA devait être banalisé ou foulé aux pieds. Il fallait à tout prix user des sophismes et des analyses biaisées pour que les épopées historiques de Joseph KABILA soient méconnues sans compter le discours très tribaliste de la « congolité » propagandiste qui fait passer artificiellement et arbitrairement Joseph KABILA pour un Rwandais ou un Tanzanien. Il fallait récupérer politiquement n'importe quoi pour faire porter le chapeau de la réprobation populaire à Joseph KABILA. Les impostures, les montages et les imputations contre Joseph KABILA doivent pleuvoir à flot et dans tous les azimuts.

 

Les contestations artificielles des résultats de la présidentielle après que les auto-proclamations du vieux comme président de la RDC ont échoué, se servir de travers de principes démocratiques comme la liberté d’expression et des manifestations pour davantage enfoncer le clou, etc. Tel est le cas des femmes dites acquises au changement qui réclament sans légalité ni légitimité la reconnaissance de la victoire canaille de leur leader et qui ont organisé des sit-in devant l’ambassade des USA pour suborner les Américains en faveur d’Etienne Tshisekedi.


Alors quoi ? Lorsqu'on restitue la vérité sur ces allégations et perfidies, on doit se faire appeler "collabos" ou Rwandais? Les présidentiables ont eu chacun à utiliser des moyens pour remporter la présidentielle: alors le fait de recourir aux artistes (musiciens et acteurs de théâtre) fait d'eux du coup, des collabos au sens des opposants? Au lieu de saluer ou de reconnaître simplement la qualité de grand stratège en Joseph KABILA qui a utilisé un moyen grâce auquel on atteint aisément les masses, on opte naïvement et cyniquement pour la diabolisation et les attaques personnelles contre ces artistes ! De même qu’eux jouissent de leur liberté de choix et d’appartenance à un parti politique, ces artistes ne peuvent-ils pas aussi jouir de leurs droits ? Que dire de la disposition constitutionnelle qui veut que nul ne soit rudoyé ou ne souffre de mauvais traitements ou de discriminations à cause de sa couleur politique ?

Lorsqu'eux, les « Udpsistes », appliquent sans vergogne leurs mufleries et diableries, qui les appelle "collabos"? Lorsqu'ils sortent du cadre scientifique pour banaliser les matières électorales et démocratiques qui ont pourtant une portée scientifique, ne sont-ils pas ""collabos" suivant leur acception? Qui est qui, qui fait quoi et qui doit, au bout du compte, appeler qui « collabo » ???????????????.

 

Ils ont toujours voulu suborner les gens en se servant de l’infographie, ils ont piraté le site de la CENI pour donner de la contenance du vrai aux déclarations pré-électorales qui Sphinx par lesquelles il s’autoproclamait trivialement « président de la RDC », ils prennent des images des atrocités d’autres pays africains pour les associer aux troubles postélectorales en RDC, etc,, n’appelez-vous pas cela le métier réalisé de propos délibérés de collabo ? Jusqu’où allez-vous pousser votre hardiesse, votre espièglerie et votre outrecuidance paroxystiques contre le noble et le doux Joseph KABILA et ses collaborateurs ? 

Somme toute, après avoir examiné tout ce qui est de près ou de loin lié à la présidentielle, nous en sommes venu à la conclusion que ceux qui appellent les autres collabos le font par projection ou par le « yankeeisme intellectuel » de leurs stratèges et se trouvent être en réalité autrement plus collabos que ceux qu'ils appellent collabos. L'enfer, c'est eux! Les salauds sartriens. Les trouble-fêtes, ce sont eux! Ils refusent de se soumettre au verdict des urnes et font la guerre sans merci (où les injures et le terrorisme sont au menu des actions habituelles programmées dans le cynisme volontiers) à tout ce qui démontre ou défend la légitimité ou la légalité de la victoire de Joseph KABILA. Leurs démarches artificielles sont ponctuées d'une voyoucratie létale et d'une logique de la pérennisation de l'oligarchie zaïro-congolaise et de leur maintien éternelle au pouvoir à travers des consensus sempiternels pour le partage du gâteau national tant qu’ils seront vivants. Ils initient et préparent leurs enfants à leur succéder on dirait que c’est seulement eux qui doivent diriger la RDC.

Samy BOSONGO, le poète-essayiste.

Analyste-politique Congolais

 

 

Reseau des Refléxions politiques dans Ammafrica world



23/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1447 autres membres