AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

La Mémoire: Amnestie Collective, Mamadou, l'oublié!

Amnestie Collective: MAMADOU, l'Oublié!

Photo de Tatu Lubaya Claudel André.


Il y a tout juste 60 jours, le Colonel MAMADOU NDALA, qui a eu le courage et le mérite d’affronter sans recul les canons ennemis et de vaincre le sinistre M23, force négative tant décriée par tous et soutenue par le pouvoir hégémonique rwandais, a été assassiné près de BENI, dans une localité sous contrôle des forces loyalistes, selon la dernière version officielle. Tombé sur le champ d’honneur en soldat patriote, le VAILLANT Colonel semble pourtant déjà oublié dans le collectif congolais.

 

Il repose anonymement quelque part dans l’un des cimetières de Kinshasa où sa sépulture ne porte aucune marque particulière. L’histoire retiendra qu’après des années de honte et de débâcle, c’est cet officier des Forces armées de la RDC qui a offert triomphalement à la Nation, la victoire sur le M23. L’histoire retiendra également que c’est en martyr qu’il a péri sur la route de BENI alors qu’il se rendait à l’assaut d’une autre force négative, en l’occurrence la rébellion des ADF NALU. Ce héros de la lutte du peuple congolais contre la domination étrangère aura été, pour les patriotes, le modele de soldat du peuple dont les hauts faits d’armes devraient être enseignés avec fierté et respect, aux jeunes générations. 

Entretemps, l’enquête (si réellement enquête il y a) sur les circonstances de son assassinat n’a toujours pas révélé ses secrets. En dehors de son Aide de camp qui a été «cueilli» par les services sur le boulevard du 30 juin, personne d’autre, notoirement connu, n’a encore été inquiété ni interpellé par l’équipe des enquêteurs dont on ne connaît du reste pas la composition. A cette allure, il y a risque qu’après sa mort à la suite d’une roquette tirée en «zone amie», le Colonel MAMADOU ne puisse sombrer dans les oubliettes faute de nette clarification des circonstances de son tragique assassinat. Ce serait sa seconde mort. 

Aussi, ma conscience de patriote a-t-elle été fortement secouée et interpellée le week-end dernier à la vue du faste avec lequel toutes les institutions de l’Etat congolais et leurs animateurs ont été mobilisés et déployés; y compris les forces armées et la police, dans le cadre des obsèques d’un compatriote musicien dont je salue la mémoire et à qui les biographes reconnaissent le mérite d’avoir introduit le synthétiseur dans la musique congolaise.

 

Présidents de l’Assemblée et du Senat, Premier ministre et ses ministres, certains Gouverneurs de provinces et leurs ministres respectifs, Présidents des assemblées provinciales et certains de leurs députés, hauts fonctionnaires de la République, Officiers supérieurs, etc. se sont inclinés à tour de rôle devant le cercueil pour rendre des hommages vibrants au disparu avant de signer le registre des condoléances prévu à cet effet. Dans l’ensemble, hier dimanche, tous les officiels congolais, y compris les chefs des corps constitués la République, n’ont pas tari d’éloges à l’endroit du défunt comme pour inciter la jeunesse à lui emboiter le pas. Pour leur part, les autorités de la Ville de KINSHASA ont décidé de baptiser un complexe sportif de la capitale de son nom et de construire à KIKWIT, conjointement avec les autorités de la Province du BANDUNDU, un mausolée dans lequel il reposera pour l’éternité. 

Comparées à ce qu’en son temps, les mêmes institutions du même Etat congolais avaient fait avec forte retenue en s’imposant une grande discrétion lors des obsèques du soldat MAMADOU d’illustre mémoire, incontestablement mort pour la patrie, il y a lieu de s’interroger sur l’orientation patriotique des institutions d’un Etat qui expédient sans éclat, les héros de la nation morts au front. Avec ce que j’ai vu le week-end, je suis désormais presque convaincu que beaucoup de jeunes congolais seront davantage tentés d’embrasser la carrière musicale plutôt que de servir sous le drapeau où l’on meurt sans grande attention.

 

A mon sens, l’unique façon d’honorer la mémoire d’un combattant de la trempe de MAMADOU et de ne pas le faire oublier du peuple congolais, c’est d’établir sans complaisance et à très bref délai, toute la lumière sur son odieux assassinat.

 

Il y va de l’honneur des institutions de l’Etat et du sursaut patriotique congolais.

     Photo de Tatu Lubaya Claudel André.
 
 
Tatu LUBAYA Claudel André
(Député et Rapporteur de la Commission Défense et Sécurité
A l'assemblée Nationale de la RDC)

 



03/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1336 autres membres