AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

HISTOIRE D'UN GENOCIDE 1885-1999,ET L'EPOQUE ANCIENNE? ECRIVEZ L'HISTOIRE AVEC VERITE ET FRANCHISE!

L'AFRIQUE ECRIRA SA PROPRE HISTOIRE MAIS ELLE NE SERA PAS AVEC DES "CONTRE-VERITES": IL Y A DU VRAI ET DU FAUX DANS L'ARTICLE NOTAMMENT CE QUI SUIT:

 

"1910-1911 Tracé des nouvelles frontières de l’Afrique orientale allemande avec le Congo belge et le Protectorat britannique de l’Ouganda. Le Rwanda perd ses territoires du Kivu, Bufumbira, Mdorwa et Mpororo."

Histoire d’un génocide (1885-1999)

 

Rwanda, 1994 : la population tutsi est victime d’un génocide d’une efficacité meurtrière effroyable.

Excitée par des années de propagande haineuse, la majorité hutu bascule dans la folie. Hommes, femmes et enfants, armés de machettes, tuent, violent et pillent des familles entières, leurs voisins de toujours. En 100 jours, plus d’un million de personnes sont exterminées, Tutsi mais aussi Hutu opposants au régime, soit plus de 15 % de la population totale.

Dès les années 20, le colonisateur et les missionnaires belges, s’appuyant dans un premier temps sur la royauté tutsi, vont créer une élite sociale tutsi et entamer ainsi la cohésion du pays. Dans les années 50, les Tutsi rejoignent les mouvements indépendantistes africains ; les colons décident alors de changer de camp et d’accorder leur soutien à la majorité hutu. En 1959, une révolution dite "sociale", assistée par le pouvoir belge, engendre les premiers grands massacres de Tutsi.

L’Indépendance est proclamée en 1962. Un pouvoir raciste hutu se met en place et va entraîner la persécution des Tutsi. Des familles entières de Tutsi s’exilent dans les pays limitrophes. En 1990, une armée de jeunes combattants tutsi réfugiés à l’étranger crée le Front Patriotique Rwandais (FPR) et tente de rentrer au pays. Cette offensive est stoppée par les Forces armées rwandaises, soutenues par l’armée française. En août 1993, des accords de paix sont signés. Pourtant les massacres continuent et le génocide de la population tutsi se prépare. Le 6 avril 1994, l’avion du président Juvénal Habyarimana est abattu. Officiellement, on ne connaît pas les responsables de cet attentat. Le génocide des Tutsi commence.

 

 

 

La colonisation du Rwanda

-  1885 Partage de l’Afrique entre les puissances européennes (conférence de Berlin). Attribution du Rwanda (alors sous le règne du roi Mutara II Rwogera) à l’empire allemand.

-  1892-94 Entrée des Allemands au Rwanda. Découvertes des collines rwandaises. Règne du Mwami Kigeli IV Rwabugiri.

-  1895 Mort du roi Kigeli IV Rwabugiri. Intronisation de Mibambwe IV Rutalindwa.

-  1896 Événements de Rucunshu : le Mwami Mibambwe IV Rutalindwa est tué.

-  1897 Intronisation du Mwami Yuhi V Musinga. Le roi confie les relations extérieures du Royaume à l’empire allemand.

-  1900 Fondation de la première mission catholique par les Pères blancs à Save. Administration indirecte du royaume par les Allemands qui ouvrent une résidence.

-  1907 Le Mwami Musinga refuse de prendre part à la cérémonie d’ouverture d’une église construite par les Pères blancs. Nomination de Richard Kandt comme résident impérial du Rwanda.

-  1908 Fondation de Kigali.

-  1910-1911 Tracé des nouvelles frontières de l’Afrique orientale allemande avec le Congo belge et le Protectorat britannique de l’Ouganda. Le Rwanda perd ses territoires du Kivu, Bufumbira, Mdorwa et Mpororo.

-  1916 Guerre mondiale. Attaque de Shangi par les troupes belges. Passage du Rwanda sous l’occupation belge.

-  1919 Le Traité de Versailles donne l’ancienne Afrique allemande à l’Angleterre et à la Belgique. Le régime du mandat est appliqué.

-  1924 La Société des Nations (SDN) donne un mandat de tutelle à la Belgique.

-  1926 Les réformes administratives bouleversent l’équilibre politique de l’administration traditionnelle. Les Hutu en sont exclus.

-  1930-32 Radicalisation de la politique d’épuration et de remodelage des pouvoirs coutumiers, menée par le Gouverneur Voisin. Déposition par les Belges du Mwami Yuhi V Musinga, opposé à l’Église. Intronisation de son fils Charles Léon Pierre Mutara III Rudahigwa, catholique. Début du royaume chrétien du Rwanda.

-  1931 INTRODUCTION DE LA CARTE D’IDENTITE MENTIONNANT L’ETHNIE

-  1946 Les Nations Unies place le Ruanda-Urundi sous le statut de la Tutelle belge. L’Église contraint le roi Rudahigwa à consacrer son pays au " Christ-Roi ".

-  1954 Grégoire Kayibanda, ancien séminariste, est nommé rédacteur en chef de Kinyamateka, édité dès 1933 par les Pères blancs.

-  1955 Mgr Perraudin, prélat d’origine suisse est nommé vicaire apostolique de Kabgayi, puis archevêque de Kigali. Grégoire Kayibanda est son secrétaire particulier.

-  1957 Le Manifeste des Bahutu est publié avec l’aide intéressée de l’Eglise catholique. Les Pères blancs aident et parrainent la " révolution hutu ".

-  1959 Kayibanda fonde le Parti du mouvement de l’émancipation des Bahutu (Parmehutu).

La première république hutu

1959

-  25 juillet : Mort suspecte du Mwami Mutara III Rudahigwa à Bujumbura, après une injection faite par un médecin belge. 
-  28 Juillet : Intronisation de Kigeri V Ndahindurwa, dernier roi du Rwanda. Création de plusieurs partis politiques. Premier massacres de Tutsi faisant 20 000 morts : Massacres de la " Toussaint rwandaise ". Début de la " révolution sociale ", lancée, appuyée et supervisée par l’Eglise, l’armée et l’administration coloniale. Des dizaines de milliers de Tutsi sont tués, leurs biens pillés et leurs maisons brûlées. Regroupement d’une partie des rescapée regroupés dans des camps au sud-est du pays. Fuite d’une autre partie vers les pays limitrophes. Nomination du colonel Logiest comme résident spécial.

1961

-  28 janvier : Coup d’État de Gitarama : Proclamation de la République par Kayibanda, ex-secrétaire de Mgr Perraudin, conseillé par Logiest et sous le contrôle de l’administration belge. Élections législatives. Victoire du parti Parmehutu de Kayibanda. Nouvelle flambée de violence antitutsi. Massacre et exode de milliers de Tutsi. 
-  25 septembre : Référendum. Grégoire Kayibanda élu président de la République hutu. Arrestation puis expulsion de Kigeri V par les autorités belges. La mention de l’ethnie sur la carte d’identité, instituée par l’administration coloniale, est obligatoire et doit désormais figurer sur toutes les pièces administratives.

1962

-  1er juillet : Indépendance de la République rwandaise. Triomphe d’une " révolution sous tutelle " ou " assistée ", selon le gouverneur Harroy. Premiers raides de réfugiés tutsi entraînant des représailles massives sur la population civile tutsi prise en otage. Les massacres organisés en présence de l’armée coloniale belge font plusieurs milliers de morts. L’appartenance ethnique devient un élément déterminant de la vie sociale : accès à l’emploi, à l’éducation, aux postes administratifs.

1963

ORCHESTRATION DU " PETIT GENOCIDE " DE GIKONGORO PAR KAYIBANDA : Plusieurs dizaines de milliers de victimes, hommes, femmes et enfants. Fuite de 200 000 Tutsi vers l’Ouganda, le Zaïre et le Burundi. Bertrand Russel déclare qu’il s’agit " du massacre le plus horrible et le plus systématique depuis l’extermination des Juifs par les nazis ". Dissimulation du drame par les autorités rwandaises, par la tutelle belge et par la hiérarchie catholique. Exécution de membres tutsi du gouvernement.

Consolidation du pouvoir du Parmehutu. Elimination des opposants, instrumentalisation des pogromes antitutsi. Poursuite de l’exode des Tutsi dans les pays voisins. Déportation des rescapés des massacres dans les zones inhospitalières : les marais du Bugesera (Nyamata) pour les Tutsi du Nord et les forêts de Rukumberi pour ceux du Sud.

1965

Elections de Kayibanda qui revendique 98% des suffrages. Monopolisation du pouvoir par le Parmehutu, parti tribaliste et sudiste qui fonctionne comme parti unique sans opposition. L’armée et la police sont réservées exclusivement aux Hutu, particulièrement à ceux du Sud. Les Hutu du nord (Gisenyi et Ruhengeri) restent nombreux dans l’armée.

1966

Passage au parti unique

La seconde République hutu

1973

-  Février : Nouvelles vagues de persécutions antitutsi, animées par des " Comités de salut public " à l’instigation d’un Père blanc, le Père Naveau. Pogromes sanglants. Expulsion des Tutsi de l’administration et de l’éducation. Epuration ethnique des élèves du secondaire et des étudiants de l’université nationale de Butare.

-  Juillet : PRISE DU POUVOIR PAR JUVENAL HABYARIMANA A L’ISSUE D’UN COUP D’ÉTAT MILITAIRE. La faction nordiste au sein de l’armée accapare le pouvoir. Plus d’une cinquantaine de membres de l’administration et du gouvernement sont assassinés.

1974

Mort de Kayibanda dans sa prison, des suites de mauvais traitements et peut-être d’empoisonnement. Quadrillage du pays par la police et l’armée, transformée en garde prétorienne. Habyarimana reprend à son compte la politique ethnique de son prédécesseur excluant les Tutsi de l’armée et des postes de responsabilités.

1975

Signature d’un accord d’assistance militaire entre le président français Giscard d’Estaing et Habyarimana, à l’occasion d’un safari mémorable. Fourniture d’une aide en armement par la France, à hauteur de 4 millions de francs par an.

Création du MRND, le Mouvement Républicain National pour le Développement. Monopolisation des responsabilités politiques et économiques par les Hutu ressortissants des préfectures nordistes de Gisenyi et Ruhengeri.

1976

Nomination de l’archevêque de Kigali, Mgr. Nsengiyumva, au comité central du MRND.

1978

Adoption d’une nouvelle constitution. Maintien de l’identification ethnique sur les cartes d’identité. Intégration de chaque Rwandais, dès sa naissance, au parti unique MRND. Élection du président Habyarimana avec 99% des voix.

1979

Création de la Rwandese National Union (Ranu) par des réfugiés Tutsi au Kenya, futur Front Patriotique Rwandais (FPR).

1980

-  Octobre : Refoulement à la frontière par le général Habyarimana de 80 000 réfugiés tutsi expulsés d’Ouganda par le régime de Milton Obote.

Détresse et décimation des réfugiés, mortalité effrayante due aux manques de nourriture et de soins.

1981

Engagement de nombreux jeunes réfugiés tutsi dans les rangs du National Resistance Movement, la rébellion de Yoweri Museveni en Ouganda.

1982

Introduction de Jean-Christophe Mitterrand, fils du président, à la cellule franco-africaine de l’Elysée qu’il dirigera peu après, jusqu’en 1992.

Jean-Christophe Mitterrand entretien des relations avec de nombreux chefs d’États africains et leurs enfants - dont Jean-Pierre Habyarimana.

1983

Réélection de Juvénal Habyarimana avec 99,8% des voix.

1986

Museveni prend le pouvoir en Ouganda.

1987

Célébration du 25ème anniversaire de la République hutu. La Ranu devient le Rwandese Patriotic Front (FPR).

1988

-  Décembre : REELECTION DE HABYARIMANA AVEC 99,98% DES VOIX.

Refus par Habyarimana d’accueillir les réfugiés tutsi. Naissance et développement d’une opposition démocratique forte et dynamique. Amplification de la crise : corruption, emprisonnements arbitraires, sévices. Multiplication des arrestations d’opposants hutu du Sud.

L’opposition au régime Habyarimana

1989-90

Assassinat de la Députée Nyiramutarambirwa par des agents de la " Sûreté nationale ". Celle-ci s’était opposée à la politique des quotas. Assasinats de plusieurs journalistes par la Sûreté, dont le directeur du journal catholique Kinyamateka.

1990

Rédaction par Erik Orsenna du discours de la Baule pour le président François Mitterrand (il en dénoncera plus tard la politique africaine).

L’opposition armée du FPR, issue de la seconde génération des réfugiés tutsi, appuie l’opposition intérieure sudiste et démocratique au régime d’Habyarimana.

-  1er octobre : Première attaque du FPR depuis la frontière ougandaise. Mort de Fred Rwigema. OPERATION NOROIT.

-  4 octobre : Intervention française dans le conflit (opération Noroît) sur décision du président François Mitterrand. Envoi sur le front d’une compagnie (150 hommes) du 2ème Régiment étranger de parachutistes (2ème REP) stationnée en République Centrafricaine, suivi de l’aide des Belges et les Zaïrois (Mitterrand ajoute ensuite 450 hommes).

Retour accéléré des 3 000 hommes de la Division Spéciale Présidentielle du Maréchal Mobutu en raison de leurs excès criminels à l’encontre des populations.

-  Nuit du 4 au 5 octobre : Simulation d’une attaque sur Kigali avec le concours des militaires français (de la Mission d’Assistance Militaire et de Noroît)

-  5 octobre : Discours d’Habyarimana à la radio nationale expliquant que l’ennemi avait attaqué en force la capitale et décrétant l’état de siège, instauration d’un couvre-feu intégral, appel à la vigilance délation. Arrestation dans la foulée de 10 000 Tutsi et d’opposants politiques hutu à Kigali.

-  8 octobre : MASSACRES PAR REPRESAILLES DE LA POPULATION CIVILE TUTSI (BAHIMA) DU MUTARA (UN MILLIER DE VICTIMES). Les tueries sont présentées comme un travail collectif respectable (umuganda) par les autorités.

-  11-13 octobre : Massacre de Tutsi dans la commune de Kibilira.

-  Fin octobre : Appui des troupes françaises repoussant le FPR en Ouganda. Début de la guérilla. Retrait de la Belgique du Rwanda après un vif débat au parlement dénonçant les crimes du régime Habyarimana. Seules restent les troupes françaises. Suivi très attentif de la situation militaire au Rwanda par François Mitterrand, même pendant ses déplacements.

-  Novembre : Accord par la France d’un prêt de 84 millions de Francs " pour le développement ", en réalité pour l’achat d’armements.

-  Décembre : Accord par la Caisse centrale de Coopération économique de Paris, d’un autre prêt au Rwanda de 49 millions de Francs " pour la réalisation de divers projets ".

Diffusion du texte raciste dit des " Dix commandements du Hutu ", dans la revue Kangura, notoirement soutenue par la belle-famille du président Habyarimana (l’akazu). Photo de Mitterrand en 4ème de couverture, avec en légende le dicton : " Les vrais amis, on les rencontre dans les difficultés ".

1991

-  Janvier : Implantation du FPR dans la région de Byumba, Nord-Est du Rwanda et libération de plus de 1 000 prisonniers politiques de la prison de Ruhengeri, fief d’Habyarimana. Intervention d’un détachement français.

Affirmation par l’ancien membre des escadrons de la mort Janvier Africa - dont les témoignages peuvent être amplement recoupés - d’avoir été formé durant quatre mois, à partir de février 1991, par les militaires français.

-  Janvier-février : EXTERMINATION DE 2000 TUTSI BAGOGWE en représailles. Organisation de massacres à caractère génocidaire (extermination d’hommes, de femmes et d’enfants) à l’instigation du gouvernement Habyarimana (par le bourgmestre de Kinigi, le préfet de Ruhengeri, et d’autres autorités). Participation du président Habyarimana et son épouse aux réunions préparatoires .

-  29 mars : Accord de cessez-le-feu signé à N’sele (Zaïre).

-  Avril : Nomination du général Christian Quesnot comme chef d’Etat-major particulier du Président Mitterrand. Le général Jean-Pierre Huchon est son adjoint.

Participation d’officiers français aux interrogatoires " musclés " de prisonniers FPR .

Conférence de Dar-es-Salam sur le droit au retour des réfugiés.

-  10 juin : Modification de la constitution, reconnaissance du pluripartisme, du droit de grève pour les fonctionnaires et de la liberté de la presse. Apparition de plusieurs partis d’opposition : le Mouvement Démocratique Républicain (MDR), le Parti Libéral (PL), le Parti Social-Démocrate (PSD), le Parti Démocrate Chrétien (PDC).

1992

MANIFESTATIONS POPULAIRES CONTRE LE GOUVERNEMENT.

-  8 janvier : Manifestation à Kigali (100 000 personnes), à Gitarama et à Butare.

-  15 janvier : Seconde grande manifestation de l’opposition à Kigali.

Le lieutenant-colonel Chollet, détaché par la Mission militaire de coopération auprès d’Habyarimana, dirige et réorganise l’armée rwandaise. Contact de Paul Barril avec les extrémistes hutu de l’akazu.

-  Mars : Nouveau massacre à Kibilira. Création de la Coalition pour la défense de la république (CDR), qui rassemble les ultra hutu et distille ouvertement un racisme antitutsi agressif.

MASSACRES DES TUTSI DANS LE BUGESERA, au Sud du Rwanda, après des appels au meurtre par Radio-Rwanda, dirigée par Ferdinand Nahimana.

-  Avril : Dismas Nsengaremye dirige un gouvernement de compromis MRND-opposition (sans le FPR).

-  Mai : Création d’une milice de tueurs : les Interahamwe par le MRND présenté comme le " mouvement de jeunesse du parti ". Certains sont formés par des militaires français.

-  29 mai, 6 et 7 Juin : Rencontres de Bruxelles. Discussions, à Bruxelles puis à Paris, entre l’opposition démocratique et le FPR. Création d’un front commun en faveur des accords de paix.

-  8 juillet : Près de 300 000 personnes sont déplacés en raison des combats dans le nord du pays.

Les accords d’Arusha

-  12 Juillet : Signature à Arusha (Tanzanie) d’un accord de cessez-le-feu, puis à Addis-Abeba (Ethiopie). Début Août : Mise en place à Arusha des fondations pour un Etat de droit. Entente entre le gouvernement et le FPR pour l’établissement d’un gouvernement transitoire pluraliste.

-  Fin Août : MASSACRES DE TUTSI DANS LA REGION DE KIBUYE, perpétrés par les milices, juste après la signature des accords d’Arusha.

" Couverture ", par le Crédit Lyonnais, d’un contrat égyptien de 6 millions de dollars de fourniture d’armes au Rwanda. Livraison au Rwanda pour 86 millions de dollars d’armes par an, par la manufacture d’armes sud-africaine Armscor, entre 1990 et 1993.

-  Octobre : Dénonciation, par le sénateur belge Kuypers, du rôle des " escadrons de la mort " (les " Réseaux zéro ") et de la politique raciste du régime Habyarimana.

-  Novembre : Discours du président Habyarimana aux militants du MRND dénonçant le " chiffon de papier " des premiers accords d’Arusha. Léon Mugesera, membre du bureau politique du MRND, prône la liquidation des Tutsi.

-  Décembre : Pogromes de Tutsi et d’opposants hutu à Kibilira et dans la région de Gisenyi, région natale du président Habyarimana.

1993

-  Janvier : SIGNATURE DU PROTOCOLE DES ACCORDS D’ARUSHA sur le maintien de l’état de droit, la fin des massacres, la constitution d’un gouvernement de transition à base élargie incluant le FPR.

-  8 février : Nouvelle offensive du FPR pour faire cesser les massacres et mettre en œuvre les accords. Arrêt de l’offensive devant Kigali grâce à l’appui français. Envoi par la France de deux compagnies additionnelles au Rwanda.

-  20-22 février : Violences commises par les milices interahamwe et CDR à Kigali. Massacre de Tutsi et d’opposants hutu dans les préfectures de Gisenyi, Ruhengeri, Kibuye et Byumba.

-  Février : Engagement du Capitaine Paul Barril par le ministre rwandais de la Défense, en vue d’une mission (nom de code : " opération insecticide "). Interrogé par un officier militaire français de haut rang, François Mitterrand répond que Barril n’a reçu aucun ordre de lui.

-  Mars : Enquête internationale sur les massacres. Affirmation par l’un des membres de cette commission, Jean Carbonare, d’avoir vu des instructeurs français dans le camp de Bigogwe, où " l’on amenait des civils par camions entiers. Ils étaient torturés et tués ". Dénonciation par la commission des pratiques de génocide au Rwanda et de la responsabilité au plus haut niveau des autorités rwandaises dans ces massacres.

-  25 février - 2 mars : Rencontres de Bujumbura, entre le FPR et l’opposition.

-  28 février : VISITE DU MINISTRE DE LA COOPERATION MARCEL DEBARGE A KIGALI. Appel à un " front commun " contre le FPR. Cette déclaration officielle d’un ministre français sera suivi de l’Organisation par Habyarimana d’une réunion entre le MRND, la CDR et les extrémistes antitutsi des autres partis : MDR, PSD, PL et PDC, approuvant la présence française et appelant la population à " la défense civile du pays ". Création de la mouvance Hutu Power à la suite de cette réunion.

-  Mars : Conclusion d’un nouvel accord de cessez-le-feu à Dar-es-Salaam entre le gouvernement rwandais et le FPR, prévoyant le reprise des pourparlers d’Arsusha et le départ des troupes étrangères (françaises).

Adoption de la résolution 852 du Conseil de Sécurité de l’ONU, visant à mettre en place une force internationale d’interposition. Début du retrait des troupes françaises. Retour du FPR sur ses positions d’avant février 1993.

-  Avril : Nomination du Général Huchon, adjoint au chef d’état-major particulier du Président Mitterrand, ancien commandant du 1er Régiment parachutiste d’infanterie de marine (1er RPIMa), à la tête de la Mission militaire de coopération. Il succède au général jean Varret, " démissionné " pour avoir manifesté son désaccord sur la politique conduite par la France au Rwanda.

-  Mai : Conclusion de nouveaux accords à Arusha, prévoyant la constitution d’une armée nationale unifiée.

-  Juin : Mise en place du gouvernement de transition.

-  17 juillet : Agathe Uwilingiyimana issu du parti MDR est nommée Premier ministre

-  4 Août : SIGNATURE DES ACCORDS D’ARUSHA dont les trois composantes sont :

-1/ la mise en place d’un État de droit sous la responsabilité d’un gouvernement de transition à base élargie ; 
-  2/ le retour des réfugiés rwandais ; 
-  3/ la constitution d’une armée nationale de transition intégrant les FAR et l’APR

Début des émissions racistes et incendiaires de la Radio Télévision Libre des Mille Collines (RTLM), avec à sa tête Seraphin Rwabukumba, beau-frère du Président Habyarimana, membre des réseaux Zéro et Ferdinand Nahimana.

-  Décembre : Retrait des troupes françaises. Mise en place de la Mission des Nations Unies pour l’Assistance au Rwanda (MINUAR), dirigée par le brigadier-général Roméo Dallaire.

-  Octobre : Massacre de Tutsi au Burundi à la suite de l’assassinat , le 21 octobre, du président Melchior Ndadaye. Représailles de l’armée. Fuite des responsables des massacres au Rwanda.

-  Novembre : Le bataillon belge compte 450 hommes au lieu des 800 attendus.

-  27 décembre : La MINUAR compte 1260 militaires.

-  28 décembre : Arrivée triomphale à Kigali des 600 militaires du 3ème bataillon d’élite du FPR, choisis pour représenter ce parti dans la capitale, sous le commandement du Colonel Charles Kayonga. Ils accompagnent les représentants du FPR au gouvernement et seront cantonnés au parlement (CND).

Le génocide des Tutsi

1994

-  21 janvier : Interception par la MINUAR à Kigali d’un avion cargo qui avait chargé à Châteauroux (France) des munitions pour les FAR.

Blocage des accords d’Arusha : refus de la faction présidentielle Hutu Power de mettre en place un gouvernement de transition élargi au FPR.

-  23 Février : Assassinat du leader du PSD Félicien Gatabazi. Lapidation de Martin Bucyana, le dirigeant de la CDR en représailles. Les violences font plusieurs dizaines de morts. Report sine die de l’installation des institutions de transition.

Onze militaires français du Département d’Assistance Militaire à l’Instruction (DAMI), en civil, sont identifiés à Kigali. Ils avaient officiellement quitté le Rwanda depuis décembre 1993.

Présence à Kigali du capitaine Paul Barril, prestataire de services spéciaux auprès du régime rwandais.

-  Mars : Arrivée des 800 militaires du contingent ghanéen de la MINUAR qui compte alors 2508 hommes provenant de 22 pays.

-  29 mars : Tenue à Kigali d’une réunion présidée par le chef d’état-major des Forces Armées Rwandaises (FAR) pour préparer et organiser, sous la responsabilité de l’armée, l’élimination des " infiltrés " (les Tutsi) et des " traîtres " hutu.

-  4 avril : Lors d’une réception à la MINUAR, le Colonel Bagosora déclare que les accords d’Arusha " n’offrent aucune garantie " et parle d’exterminer tous les Tutsi .

-  6 avril, 20H 30 : DESTRUCTION DE L’AVION TRANSPORTANT JUVENAL HABYARIMANA ET LE PRESIDENT DU BURUNDI CYPRIEN NTARAMIRA.

En moins d’une d’heure, avant même que la nouvelle soit annoncée à la radio, installation de barrages aux grands carrefours de Kigali. Les rues de la capitale s’encombrent de cadavres. La Garde Présidentielle interdit à la MINUAR de se rendre sur les lieux de l’attentat. Le commandant français de Saint-Quentin y a accès. Le Colonel Bagosora, omniprésent, lance et supervise les tueries.

-  7 avril : Assassinat par la Garde Présidentielle du Premier ministre Agathe Uwilingiyimana, des dix casques bleus belges qui assuraient sa protection, ainsi que de plusieurs ministres et de responsables hutu démocrates.

Présence de Paul Barril à Kigali pendant le génocide, où il réside à l’ambassade de France.

Début du massacre systématique des Rwandais tutsi, de ceux qui les protègent et des partisans d’une politique de conciliation nationale.

-  8 avril : Extension du génocide hors de Kigali : massacres dans les paroisses de Zaza (10 et 12 avril), Kanzenze (11 avril) Kabarondo (13 avril), Nyarubuye (14 avril), Kibungo (15 avril), ...

OPERATION AMARYLLIS

-  9 avril : Envoi de troupes à Kigali par la France (opération Amaryllis) et la Belgique (opération Silverback) pour l’évacuation des expatriés et des Occidentaux. Les soldats belges, contrairement aux Français, évacuent quelques Tutsi.

Evacuation sur Paris d’Agathe Habyarimana, épouse du président, co-fondatrice de la RTLM et co-inspiratrice des " réseaux Zéro ", dont la famille est au cœur du dispositif génocidaire et prise en charge de celle-ci et de sa suite par le gouvernement français. Hébergement à Paris de ses frères Séraphin Rwabukumba et Protais Zigiranyirazo, ainsi que de l’idéologue Ferdinand Nahimana, personnages centraux du Hutu Power.

Remise à Paris par le Ministère de la Coopération sur ordre de Mitterrand, d’une somme de 20 000 F à Agathe Habyarimana, pour ses frais personnels.

Evacuation par la France de l’orphelinat Sainte-Agathe, permettant l’exfiltration de 34 " accompagnateurs ", notamment des responsables des massacres.

Destruction précipitée à l’Ambassade de France de toutes les archives sur ordre de l’ambassadeur, Jean-Michel Marlaud. Accueil à l’ambassade du personnel politique de l’ancien régime. Les Tutsi menacés d’extermination sont abandonnés à leur sort, y compris le personnel de l’ambassade et des services culturels français.

Constitution du GIR (Gouvernement Intérimaire Rwandais) à l’ambassade de France et au Ministère de la Défense, sous la houlette de l’ambassadeur Marlaud et du Colonel Bagosora.

-  12 avril : Offensive à Kigali des forces du FPR.

-  16 avril : FIN DE L’OPERATION AMARYLLIS. PERPETRATION DU GENOCIDE dans la nuit rwandaise, à travers tout le pays.

-  19 avril : Diffusion par Radio-Rwanda, d’un discours du président du GIR, Théodor Sindikubwabo, en voyage au Butare, invitant la population du Butare à se " mettre au travail ". Début des massacres à Butare.

-  21 avril : Vote de la France au Conseil de Sécurité de l’ONU pour la réduction du nombre de Casques bleus de la MINUAR (qui passe de 2700 à 450).

-  21-25 avril : Massacres à l’hôtel Ibis et à l’hôpital de Butare.

-  Fin avril : Opposition de Jean-Bernard Mérimée, représentant de la France au Conseil de Sécurité de l’ONU, à la qualification de " génocide " pour les massacres perpétrés contre les Tutsi.

Accueil du Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement génocidaire, Jérôme Bicumumpaka et du représentant de la CDR, Jean-Bosco Barayagwiza à l’Élysée et à Matignon.

-  27-28 avril : Rencontre à Gbadolite (Zaïre) entre Mobutu et Jacques Foccart, accompagné de Michel Aurillac, ancien ministre de la Coopération de Chirac (1986-1988), et de l’avocat Robert Bourgi.

Présence de Herman Cohen, ancien sous-secrétaire d’État pour les Affaires africaines sous le président Bush (francophone et marié à une française, ami de Jacques Foccart, Herman Cohen est un partisan actif du président Mobutu à Washington).

-  1er mai : Déroute des FAR qui entraînent dans leur fuite des centaines de millier de civils.

Entretiens à la Mission militaire du ministère de la Coopération (rue Monsieur à Paris) de l’adjoint du chef d’état-major des FAR avec le général Jean-Pierre Huchon. Fourniture par celui-ci d’un matériel de communication cryptée pour maintenir le contact entre les FAR et Paris.

Promesse d’une aide militaire. Le général Huchon prodigue des conseils pour " retourner l’opinion " en faveur du camp génocidaire.

-  17 mai : Vote, par le Conseil de Sécurité de l’ONU, du déploiement de 5500 casques bleus et d’un embargo sur les armes au Rwanda. Le représentant de la France, Jean-Bernard Mérimée, s’était efforcé d’empêcher cet embargo en soutenant la position du représentant du GIR.

Annonce au GIR, par un message du deuxième secrétaire de l’ambassade du Rwanda au Caire, de la livraison de 35 tonnes d’armes (munitions et grenades) pour un montant de 765 000 dollars. Ce document mentionne une transaction faite à Paris.

-  22 mai : prise de l’aéroport de Kigali par le FPR. Avril-juin : Ravitaillement des FAR en armes et munitions par des avions Boeing 707 atterrissant à Goma au Zaïre. Livraisons payées par la France selon les sources sur place.

-  Fin mai : Réunion à huis clos à Paris des ambassadeurs des pays d’Afrique francophone " amis de la France ", incitant les dirigeants français à s’opposer à la " déstabilisation " du Rwanda par le FPR.

-  Juin : Payement à Paul Barril de 1 200 000 dollars pour un contrat de " service et assistance " signé avec le gouvernement Habyarimana, selon un document publié par la Mission parlementaire sur le Rwanda.

L’opération Turquoise

RECUL DES FAR DEVANT LE FPR.

-  11 juin : Alain Juppé, ministre des Affaires étrangère, déclare que la communauté internationale devra prendre de nouvelles initiatives si les combats et les exactions se poursuivent au Rwanda.

-  16 juin : Alain Juppé parle de " génocide " et annonce l’imminente intervention militaire française, l’opération Turquoise. Le projet de François Mitterrand d’envoi de parachutistes français sur Kigali est empêché par Balladur et les membres plus prudents de l’exécutif de cohabitation .

-  22 juin : Autorisation par le Conseil de Sécurité d’une intervention humanitaire, sur proposition de la France.

Condamnation de l’intervention française par le FPR et les partis de l’opposition démocratiques, notamment par le Premier ministre désigné par les accords d’Arusha, Faustin Twagiramungu.

-  13 juin : Prise du Gitarama par le FPR. Installation du gouvernement génocidaire à Gisenyi, à la frontière zaïroise.

-  23 juin : Entrée officielle des forces françaises au Rwanda par Cyangugu : " c’est là que nous trouverons (...) tous les Tutsi vivants dont nous avons besoin pour la télé " (argumente Gérard Prunier, conseiller de l’opération).

-  27 juin : Paul Barril affirme sur France 2 que l’attentat contre Habyarimana serait l’œuvre du FPR avec la complicité de militaires belges dont il a reconnu l’accent sur des interceptions radiophoniques.

-  28 juin : Publication du rapport des Nations Unies (rapporteur : René Degni-Segui) établissant la réalité du génocide des Tutsi.

-  4 juillet : Refoulement des FAR de Kigali et de Butare. Création par Turquoise d’une " Zone Humanitaire Sûre " (ZHS) au Sud-ouest, zone où se réfugient les responsables du génocide (dont les animateurs de la RTLM) et les populations qu’ils contrôlent. Continuation du massacre des Tutsi survivants dans la " Zone humanitaire sûre ".

-  14 juillet : Prise de Ruhengeri, principale ville au Nord du Rwanda, par le FPR.

Les FAR en déroute fuient au Zaïre grâce à un couloir ouvert par l’opération Turquoise.

Afflux de deux millions de Hutu au Kivu (Zaïre). Début de l’épidémie de choléra parmi les populations conduites à Goma au Zaïre dans une région endémique pour cette maladie.

-  17 juillet : PRISE DE GISENYI PAR LE FPR QUI DECLARE LA FIN DE LA GUERRE.

Le Rwanda est presque entièrement libéré, à l’exception de la ZHS contrôlée par les Français. Formation d’un gouvernement d’union nationale à Kigali, comprenant des membres du FPR et des survivants l’opposition démocratique.

Durant l’opération Turquoise, aucune interpellation des responsables (préfets, sous-préfets, bourgmestres et chefs miliciens) ayant localement organisé les massacres n’a été faite par les militaires français (l’ONU avait pourtant établi la qualification de génocide).

Le chef des FAR, le général Augustin Bizimungu, est vu à Goma dans un véhicule de l’armée française. Des officiers français de Turquoise dissuadent les officiers des FAR désireux de rallier le gouvernement d’union nationale à Kigali.

-  8 août : Nouveau déplacement de Foccart à Gbadolite, au Zaïre, où il rencontre le président Mobutu, pour le réconcilier avec son Premier ministre Kengo wa Dongo, dont la mère est une Tutsi rwandaise.

-  21 août : Fin de l’opération Turquoise. REORGANISATION DES FAR qui ont rejoint le Zaïre et bénéficient de l’aide de Mobutu. Présence d’environ 500 militaires français au Zaïre jusqu’à la fin septembre.

Au Rwanda, le fichage ethnique est supprimé sur les cartes d’identité et dans tous les fichiers.

La guerre de basse intensité contre le Rwanda

Utilisation des camps d’exilés hutu à la frontière du Rwanda comme base armée des ex-FAR et camps d’entraînement. Contrôle des camps par les anciens militaires et miliciens rwandais, ainsi que par les anciens responsables politiques. Ceux-ci empêchent le rapatriement des exilés hutu, estimés à près de deux millions.

Dans les camps de nombreux intellectuels impliqués dans le génocide (instituteurs, médecins, journalistes, cadres d’ONG locales) sont employés par les agences humanitaires.

-  Octobre : Mathieu Ngirumpaste, président du MRND et responsable des miliciens interahamwe, annonce à l’AFP son retour d’un voyage en France.

-  Novembre : Jérôme Bicumumpaka, " ministre des Affaires étrangères " du GIR en exil au Zaïre, déclare avoir été de nouveau officiellement reçu en France.

"Herman Cohen qui [en 1995] conserve une influence dans les Affaires africaines à Washington, s’engage personnellement (...) à obtenir à la position française le soutien des Etats-Unis" (G. Prunier).

-  8 et 9 novembre : Sommet franco-africain de Biarritz. Refus de François Mitterrand d’inviter le Rwanda. Déclaration de son conseiller spécial pour l’Afrique, Bruno Delaye : " Nous n’invitons pas les nouvelles autorités rwandaises (...) elles sont trop controversées, sans compter qu’elles vont s’effondrer d’une minute à l’autre " (G.Prunier).

-  9 novembre : Création du Tribunal international pour le Rwanda (TPIR) par le Conseil de Sécurité de l’ONU.

-  21 novembre : Déclaration du secrétaire-général de l’ONU, Boutros Boutros-Ghali : " il y a des raisons de croire que ces éléments [les ex-FAR] préparent une invasion armée du Rwanda ".

-  23 septembre : Manchette de Libération sur le " rapport Gersony ", accusant le FPR d’avoir massacré 30 000 civils dans la région de Byumba, au moment où une opération de rapatriement massif des réfugiés est envisagée par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR). Report immédiat de l’opération .

-  25 novembre : Face à l’indignation croissante, Paris, qui bloquait l’aide financière au nouveau régime de Kigali, accepte que l’Union Européenne accorde un premier soutien au Rwanda de 67 millions d’Ecus.

-  Décembre : Rapport de la commission d’enquête de l’ONU constituée le 1er août, concluant que " des actes de génocide ont été commis à l’encontre du groupe tutsi par des éléments hutu agissant de manière planifiée, systématique et méthodique ".

1995

-  Janvier : Intégration dans les rangs des anciennes Forces armées rwandaises (ex-FAR) de milliers d’anciens miliciens interahamwe et recrutement massif des jeunes dans les camps.

Lancement du parti RDR (Rassemblement pour le Retour des Réfugiés et la Démocratie au Rwanda) dans le camp de Mugunga, présidé par l’ancien ministre du Commerce François Nsabahimana et encadré par des personnalités proches du Hutu Power, rassemblant les cadres militaires des ex-FAR, dont les généraux Bizimungu et Kabiligi. Le RDR permet à, d’ajouter une pression politique à une pression militaires de plus en plus forte.

-  18 janvier : Conférence internationale à Genève sur la reconstruction du Rwanda. Multiples attaques des ex-FAR à l’Ouest du pays à partir de leur base située dans l’île d’Iawawa sur le lac Kivu.

-  Octobre : Découverte sur l’île d’Iawawa, lors du débarquement de l’armée patriotique rwandaise (APR) grâce aux embarcations fournies par le Canada, d’un matériel de propagande identique à la presse du génocide et notamment des tracts demandant aux Hutu de " terminer le travail ". Mort de 300 ex-FAR pendant cette opération.

-  16 avril : DRAME DE KIBEHO, dernier camp de déplacés hutu au Rwanda, renfermant de nombreux miliciens et responsables du génocide. A l’annonce de la fermeture du camp, la foule des déplacés est poussée en avant par les miliciens. Panique des jeunes soldats de l’armée patriotique rwandaise qui tirent dans la foule.

-  19 mai : La Commission internationale d’enquête chiffre à 1800 le nombre de morts, la majorité par piétinement, d’autres tués à la machette par les miliciens du camp. Kibeho deviendra emblématique de la désinformation concernant l’APR.

-  27 juin : Installation à la Haye du Tribunal pénal international (TPI) devant juger les instigateurs du génocide.

-  28 août : Démission du Premier ministre Faustin Twagiramungu et de quatre autres ministres, dont Seth Sendashonga, ministre de l’Intérieur. Nomination du Premier ministre Pierre-Célestin Rwigema.

-  5 novembre : Tenue du Colloque international de Kigali sur le génocide et l’impunité, qui souligne la responsabilité de la France et lui demande de contribuer à l’indemnisation des victimes.

La guerre du Kivu et le retour des exilés hutu

1996

Massacre des Tutsi du Masisi dans le Nord-Kivu par les ex-FAR et les miliciens, à partir des camps d’exilés hutu. Participation de l’armée zaïroise aux massacres et aux pillages.

-  27 février : Annonce d’une nouvelle tentative de rapatriement des exilés hutu par le HCR. Manchette de Libération : " Rwanda. Enquête sur la terreur tutsi. Plus de 100 000 Hutu aurait été tués par le FPR ".

cette information qui suscita la surprise dans tous les milieux diplomatiques et onusien de Kigali, fut largement relayée par l’ensemble de la presse francophone en Europe et en Afrique " (C. Breackman).

Nouvel arrêt du rapatriement.

-  Juillet-août : Extension de la " chasse aux Tutsi " au Sud-Kivu. Les Banyamulenge (Tutsi zaïrois du Sud-Kivu) organisent de leur autodéfense avec l’aide du Rwanda.

-  24 avril : En dehors de tout agenda officiel, Jacques Chirac rencontre Mobutu à l’Elysée. Jacques Foccart le rencontre également. Déclaration du porte-parole de Mobutu au retour à Kinshasa : " Le parlement est prêt pour donner son accord à une déclaration de guerre au Rwanda ".

-  19 juillet : Visite du ministre de la Coopération Jacques Godfrain au Zaïre. Annonce de la reprise de la coopération franco-zaïroise.

-  14 septembre : REBELLION DES BANYAMULENGE mettant l’armée zaïroise en déroute. Prise de la ville de Fizi, au sud d’Uvira.

-  18 octobre : Création de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL). Kabila est placé à la tête du mouvement.

-  20 octobre : Démantèlement des camps hutu de la région d’Uvira par la rébellion. Fuite de 20 000 exilés. Défaites successives de l’armée zaïroise, des ex-FAR et des Interahamwe.

-  30 octobre : Prise de Bukavu, démantèlement des camps de la région de Goma.

Rencontre de Charles Pasqua et Mobutu à Lausanne, ainsi que des responsables foccartiens de la cellule Afrique de l’Elysée.

-  4 novembre : Proposition par la France d’une intervention militaro-humanitaire internationale. Titre du Monde : " Zaïre : il faut y aller ". Dépôt par la France d’un projet d’intervention à l’ONU.

-  15 novembre : Retour au Rwanda de 800 000 Hutu. Fuite dans la forêt zaïroise de 200 000 exilés, parmi les plus impliqués dans le génocide (notamment les familles des militaires et des miliciens) où ils sont pourchassés et victimes des représailles de l’AFDL et de l’APR. Massacre de plusieurs milliers de civils hutu.

-  8 décembre : Renonciation à l’intervention internationale.

-  17 décembre : Retour du Maréchal Mobutu au Zaïre, organisé par les " Services " et la diplomatie française.

1997

Multiplication des interventions du ministre français des affaires Etrangères, Hervé de Charrette, sur la scène internationale, pour mettre en place une nouvelle " opération humanitaire ".

Proposition d’organisation de la part de l’armée française. Les journaux Le Monde et Libération travaillent l’opinion dans ce but.

-  7 mars : Demande d’une nouvelle réunion d’urgence par l’Elysée qui n’y gagnera qu’un spectaculaire camouflet diplomatique.

Constitution d’une base armée au camp d’exilés hutu de Tingi-Tingi au Zaïre. Utilisation des avions de l’aide humanitaire pour acheminer des munitions.

-  2 mars : Prise de Kindu et Tingi-Tingi par l’AFDL. Soutien de " spécialistes " français aux combats de la Division spéciale présidentielle de Mobutu, épaulés de " vrai-faux " mercenaires recrutés notamment par l’émissaire pasquaïen Jean-Charles Marchiani. Recrutement en nombre de militaires serbes et bosno-serbes impliqués dans les crimes de guerre en ex-Yougoslavie

-  15 mars : Prise de Kisangani par l’AFDL.

-  17 mars : MORT DE JACQUES FOCCART . Présence au Kivu d’éléments du 13ème Régiment de Dragons Parachutistes (13ème RDP) et des CRAP (commandos de recherche et d’action en profondeur), soit 500 hommes venus de Bangui pour prêter main forte aux Forces armées zaïroises (certains déguisés en mercenaires). Ils ne pourront empêcher leur déroute.

Transit de l’armement pour Mobutu (deux gros porteurs Antonov 124 en provenance de Biélorussie) par Marseille, où la douane française ferme les yeux.

-  9 avril : Prise de Lubumbashi par l’AFDL.

-  16 mai : Fuite précipitée du maréchal Mobutu.

-  17 mai : Prise de Kinshasa. Déroute des mercenaires qui parviennent à s’enfuir. Evacuation des officiers zaïrois de haut rang, des autorités civiles et de certains mercenaires par un Transall français.

-  18 Juillet : Arrestation par le TPIR à Nairobi de sept anciens dignitaires hutu, parmi lesquels Jean Kambanda, Premier ministre du GIR, Hassan Ngeze rédacteur en chef de Kangura, le colonel Kabiligi, et George Ruggiu, animateur belge de la RTLM.

-  Août-septembre : Massacres au Rwanda de rescapés du génocide à Mutara, Rugerero, Giciye, Nkuli (en préfecture de Gisenyi et Ruhengeri). Infiltrations massives d’ex-FAR et de miliciens pour de la reconquête du Rwanda. Déstabilisation de tout le Nord-Ouest.

Massacres de Tutsi congolais, hommes, femmes et enfants, réfugiés au Rwanda dans le camps de Mudende.

-  7 septembre : Mort du maréchal Mobutu au Maroc.

-  10 octobre : Affrontement au Rwanda entre l’APR et des groupes importants d’ex-Far et de miliciens infiltrés.

-  11 Décembre : Second grand massacre de réfugiés Tutsi congolais à Mudende, un millier de tués (1643 selon les rescapés) avec les méthodes et l’idéologie du génocide. Les 15 000 réfugiés sont déplacés vers Byumba.

Déclaration du secrétaire général de l’ONU, Kofi Anan : " Ces atrocités s’inscrivent dans la continuation du génocide de 1994 ".

Le ralliement de Kabila à la Françafrique

-  Janvier : LES RESPONSABILITES FRANÇAISES DANS LE GENOCIDE DENONCEES EN FRANCE. Révélation dans Le Figaro par Patrick de Saint Exupéry, de la complicité des autorités françaises.

L’International Herald Tribune intitule un article : " La France au Rwanda : Le syndrome de Vichy du silence coupable". La presse et les autres médias suivent progressivement.

1998

-  Février-mai : Massacres de rescapés du génocide et de hutu " traîtres " au Nord-ouest du Rwanda. Trie ethnique dans les bus et tueries sélectives d’écoliers Tutsi. Ces massacres font en 10 mois plus de 2 000 morts au total. Répression et représailles de l’APR contre les Interahamwe et la population civile soupçonnée de complicité. Condamnation à 5 ans de prison ferme pour six officiers de l’APR reconnus coupable de représailles disproportionnées lors d’une attaque d’infiltrés en mars 1997.

-  3 mars : Création en France de la Mission d’information sur le Rwanda, présidée par Paul Quilès, pour contrôler le scandale. La volonté " d’absoudre la France " est affichée dès le départ.

-  24 avril : Premières (et jusqu’à présent uniques) exécutions capitales au Rwanda pour crime de génocide.

-  Mai-août : Massacre de réfugiés tutsi de 1959 dans le camp de Kinihira. Les ex-FAR et les miliciens infiltrés au Rwanda seront finalement rejetés par la population du Nord-Ouest, presque exclusivement hutu. Les prisonniers libérés par les infiltrés regagnent leur prison. Pacification progressive du Rwanda.

Multiplication des dissensions entre Katangais et rwandophones au sein de l’état-major de Kabila. Consommation du divorce quand les Katangais escortent des colonnes d’Interahamwe vers le Rwanda pour relancer la guerre civile. Recrutement de 10 000 ex-FAR et miliciens interahamwe par Kabila. Ils sont entraînés dans la base militaire de Kamina au Katanga.

Echec d’un putsch fomenté par le Rwanda et l’Ouganda pour éliminer Kabila.

-  Juillet : La France fait obstruction à la Cours criminelle internationale (CCI). Le ministère de la Défense fait valoir qu’une telle institution " pourrait limiter la marge de manœuvre de nos militaires et mettre en cause des officiers français pour leur rôle en Bosnie et au Rwanda " .

-  Août : Manipulation des passions xénophobes et racistes antitutsi de la population zaïroise par les autorités. Appels radiodiffusés de Kabila aux pogromes antitutsi. Abdoulaye Yerodia, Conseiller de Kabila et psychanalyste lacanien, incite les habitants de Kinshasa à " éradiquer la vermine ". Déclenchement de la chasse aux faciès dans tout le Congo-Kinshasa. Massacre de plus d’un millier de Tutsi et de personnes ressemblant au stéréotype " tutsi ".

Soutien à Kabila de l’Angola et de son vieil ami le leader Zimbabwéen Robert Mugabe. Création d’un front anti-Museveni. Esquisse de la stratégie du chaos. Elf et Total Financent les deux parties de la guerre civile angolaise. Voyage de Kabila à Khartoum pour ressusciter l’axe zaïro-soudanais. Le Soudan Envoi 2 000 soldats pour continuer leur djihad contre l’Ouganda. La guerre se transforme en un conflit régional complexe gigantesque faisant intervenir au moins huit armées nationales prédatrices et 20 milices dont le Hutu Power. Les Wardlors exigent leur part de butin.

-  4 septembre : Premier jugement du tribunal pénal international (TPIR) : condamnation à perpétuité de Jean Kambanda, Premier ministre du Gouvernement intérimaire (GIR). Laurent-Désiré Kabila, qui représentait l’humiliation et la défaite de la Françafrique, remplace désormais pour Paris l’allié Mobutu, dont il mime le comportement prédateur et les dérives criminelles : pillage du pays, refus de la démocratie, népotisme, utilisation de la haine ethnique comme instrument politique. Les alliés traditionnels de l’Elysée soutiennent Kabila : le Soudan, le Hutu Power, l’Angola, le Tchad, ainsi que la Libye, récemment ralliée à la Françafrique. La Libye fournit des armes avec l’assistance technique de l’armée française.

-  Septembre : Envoi par le dictateur tchadien Idriss Déby d’un renfort de 2 000 soldats à Kabila, aussitôt après la visite au Tchad du ministre français de la Coopération Charles Josselin.

-  Novembre : Déclaration de Kabila à la presse : " Les Tutsi sont traditionnellement sanguinaires (...) Ils ont amené 1 500 soldats séropositifs pour violer les femmes congolaises " (Figaro 30/11/98).

-  18 novembre : Rapport de l’ONU (S/1998/1096) qui révèle qu’entre 25 000 et 30 000 ex-FAR et miliciens interahamwe sont toujours financés et massivement enrôlés dans les guerres qui déchirent l’Afrique (par Kabila dans l’ex-Zaïre, par Sassou Ngesso au Congo Brazza, par la Junte islamiste au Soudan).

-  15 décembre : DEPOT DU RAPPORT DE LA MISSION D’INFORMATION SUR LE RWANDA. Paul Quilès convoque les médias audiovisuels juste avant le journal de 20H pour expliquer que " la France n’était nullement impliquée ". Il se félicite que le rapport " rejette les accusations inacceptables " suscitées par l’étranger et l’anti-France. Paul Barril n’a pas été entendu par la Mission.

1999

-  Janvier : Déclaration du Zimbabwe : " son intervention militaire en République démocratique du Congo est financée par la France l’Angola et la Libye " (BBC News, 7/1/99)

-  Octobre : voyage de Charles Josselin à Kinshasa pour célébrer " des retrouvailles qui n’ont que trop tardé ". Création d’un climat de génocide par les Interahamwe aux ordres de Kabila. Au nord-est de l’ex-Zaïre, massacre à la machette de plusieurs milliers de voisins Hema (population d’éleveurs considérée comme " cousine des Tutsi ") par des groupes de miliciens Lendu.

Instruction des soldats de Kabila par des anciens légionnaires du 2ème Régiment Etranger de Parachutistes (2ème REP).

-  Début décembre : Le général Jeannou Lacaze, ancien directeur du SDECE, ancien conseiller militaire de Mobutu, se met au service de Kabila.

(...)

 

SOURCE:appuirwanda.free.fr

REPLIQUE D'AMMAFRICA WORLD:

NOUS CONFIRMONS "KIVU" APPARTENIR HISTORIQUEMENT ET GEOGRAPHIQUEMENT AU CONGO(RDC)!!!!

 

L'histoire de Génocide de ce pays ne doit en aucun cas commencer que par ces années là, faudrait remonter encore dans les années qui précédèrent l'arrivée des "NOMADES TUTSIS" pour occuper premièrement la partie EST du Rwanda alors que vivaient au CENTRE, les autochtones Pygmées,les "TWA" secondé par les HUTUS majoritaire qui régneaient au pouvoir et vivaient en pleine harmonie avec les autochtones PYGMEES (Les Batwas). Ce n'est qu'au moment de ce Mwami (roi) Rwabugiri avec son rêve d'étendre son espace, ils avancèrent au centre, usèrent de RUSE pour donner de leurs filles aux Hutus majoritaires, et vice versa, pour aboutir après une première tentative qui echoua, à cause de la forte replique des ces autochtones Hutus, pour arriver à renverser le règne de HUTU et comme toujours, la replique fut aussi meurtrière pour ces deux ethnies que d'autres s'exilèrent au Congo Belge, mais les autres furent assujettis pour endurer encore de plus l'humiliation lors de l'arrivée des Allemands et Belges qui donnèrent aux Tutsis une main forte de plus, tandisque les Hutus minisés doublement, ils se nourrirent d'un jour de vengeance pour se soulever lors de l'indépendance de "1959"!  Je pense qu'à ce point, les "TUTSIS-NOMADES" doivent revenir à la raison et accepter que les autres puissent avoir la place dans leur territoire et que la PAIX revienne ENFIN!!!

 

Pour finir, je dirai comme suit:

La stratégie des "MENTEURS-INTELLIGENTS" consiste à dire des verités en premier pour Glisser par la suite quelques "mensonges" melanger comme une SAUCE et balancer devant le public. Mais pour vaincre cet esprit, il est recommandé de faire usage "analystique" sur ces mêmes données! Les Analystes et historiens Africains se débarrasseront facilement de ses éléments qui FREINENT L'Afrique dans un temps où l'Afrique veut vraiment REECRIRE SON HISTOIRE!!!!

 

LE KIVU* n'a jamais été du Rwanda! Qu'on se le dise...

Protégeons notre Afrique en lui evitant de tels conflits ethniques et historiques!

REECRIVEZ L'HISTOIRE DANS LA FRANCHISE!!!

 

AMMAFRICA WORLD TEAM




05/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1447 autres membres