AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

GRANDS LACS:L'HEGEMONIE SOUS REGIONALE A T-ELLE CHANGE DE CAMP?

Grands lacs africains:

L'hégémonie sous-régionale a-t-elle changé de camp?

26 juillet 2013
Nimba Mpele de Mansele

 Avec  l’ancien Président américain Bill Clinton, l’atterrissage dans la dite sous région passait par Kigale au Rwanda de Paul Kagame. Pendant la première mandature de Président Américain Barak Obama, la présence de Madame Clinton  pesait encore sur la diplomatie africaine des Usa en d’autres termes la stratégie de l’ancien Président américain, M. Bill Clinton prévalait.  La secrétaire d’Etat américain Madame Hillary Clinton continuait tant bien que mal  à  placer la confiance des Etats Unis dans la région de Grands lacs sur la personne du président Rwandais, Paul Kagame et du président ougandais Yowéri Museveni.  Cela signifie qu’Obama était pris en otage par la présence d’Hillari Clinton comme chef de la diplomatie américaine au sein de son gouvernement.  

 

 La diplomatie américaine sous Hillary Clinton dans le premier mandat d’Obama  étouffait la vérité sur la situation chaotique  de  l’Afrique de Grands lacs dont la RDC est victime.  Tout cela c’était fait sans compter avec l’éventuelle réélection d’Obama.   Nombreux étaient ceux qui  ne comprenaient plus l’attitude de celui qui fut  sénateur de l’Illinois, et qu’avait initié une loi prometteuse pour la RDC. Ils ne comprenaient pas qu’Obama une fois  devenu président, semblait faire la surdité face aux problèmes congolais.  Après le départ de Hillary Clinton, tout paraît plus ou moins clair maintenant :

 

Les Usa somment   Paul Kangame à retirer tous ces hommes en activités au Congo aux cotés de M23.  Pourquoi maintenant ? Peut-on dire que la présence d’Hillary Clinton au sein du gouvernement Obama constituait un obstacle pour la paix en RDC ?

 

 Aujourd’hui en tant que congolais je peux dire sans le risque de me tromper  que le départ d’Hillary Clinton a été une bonne nouvelle pour la RDC.  Cela a permis la fluidité de l’information concernant  la situation calamiteuse de la RD Congo vers la maison Blanche. Quand les Usa disent clairement à Paul Kagame d’arrêter toutes sortes de soutien au M23, il est clair que les Usa sont conscients de la responsabilité du Rwanda dans le génocide congolais.  Comme les Usa respectent et couvrent toujours leurs alliés, on comprend bien qu’ils ne pouvaient pas utiliser un autre langage en public.

 

Mais au moins cela nous permet de comprendre que les Usa ne sont plus avec le Rwanda et œuvrent pour l’instauration d’une paix durable dans la région.  Car sans le soutien du Rwanda, il y aura pas des rebellions  récurrentes en RDC. Sans rébellion, il n’y aura pas le pillage de ressources minières de la RDC  par ces voleurs de multinationales,  il n’y aura plus de Monusco,  Paul Kagame se sentira à l’insécurité face au Fdlr et sera contraint de dialoguer avec eux pour laver leur linges en famille et la paix durable deviendra une réalité effective dans la sous-région. Mais tout cela ne saurait être rendu possible sans un gouvernement  RD Congolais digne, responsable, doté d’une armée républicaine, disciplinée, dissuasive   et capable de garantir les intérêts vitaux de la nation congolaise.

 

En tout cas, avec le comportement affiché récemment par OBAMA, les congolais commencent  à reconnaitre celui qui fut le Sénateur de l’Illinois. On comprend aussi le rôle néfaste que jouaient les Clintons contre la RDC par Paul KAGAME interposé.

Maintenant, la politique d’Obama dans la sous région de grands lacs paraît plus ou moins claire. Je crois que quand Obama dit « de donner une dernière chance à Joseph Kabila » c’est sans doute parce  qu’il a du comprendre la véracité de la situation. Quand la Russie par le biais de son Ambassadeur en RDC, recommande aux congolais de compter sur eux-mêmes pour se battre et gagner la guerre de l’Est, ce qu’elle connaissait la véracité de fait et savait que le moment était propice. Ce moment c’était  sans doute la fin de soutien aux mensonges et aux visions expansionnistes de Paul  Kagame et de Yoweri Museveni.  Cela signifierait-il que  l’hégémonie sous régionale  change- t- elle  de camp ?

 

En tout cas, ce dernier temps nous constatons un changement quasi radical dans le chef des parrains de Paul Kagame.

 En début de cette deuxième mandature d’Obama, nous constatons une volonté du changement  du président américain dans l’évolution de ce conflit qui n’a que trop duré. Toute porte à croire qu’Obama a décidé d’afficher une attitude qui tend à diminuer l’arrogance de Paul Kangame. 

Le fait de  placer plutôt sa confiance à la Tanzanie en la personne de son  président actuel Kikwete, le choix de la Tanzanie comme sa dernière escale dans sa tournée africaine, n’est-ce pas  là les signes qui prouvent à suffisance  la fin de l’hégémonie du Rwanda dans la Région des grands Lacs africains? 

 La dernière escalade verbale entre les Tanzaniens et Rwandais et la fermeté rassurante qu’avait affichée le premier contre le second  en disent long.

L’hégémonie  sous régionale a sans doute changé de camp.  Paul Kagame et Yoweri Museveni doivent gratter les  têtes.

 

 

NIMBA MPELE DE MANSELE

Expert en relations internationales et stratégiques.

 

AMMAFRICA WORLD



26/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1447 autres membres