AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

France: La Tour Eiffel vendue au Qatar pour se sauver de la faillite financière!

La tour Eiffel vendue au Qatar pour renflouer les finances de l’Etat!

Il y a presque deux ans, on pouvait lire ceci sur le très sérieux site des Echos : « Le symbole de Paris, inauguré lors de l’exposition universelle en 1889, arrive en tête d’un classement de l’ « image de marque » des monuments européens. La tour Eiffel vaudrait ainsi 434,660 milliards d’euros, soit presque cinq fois la valeur de la « marque » Colisée de Rome (91 milliards d’euros), en deuxième position. Rien de plus normal pour la « Dame de fer » qui est le monument payant le plus visité au monde avec environ 7 millions de visiteurs tous les ans. ».

Cette estimation de la valeur du plus célèbre des monuments français et même du monde n’est qu’anecdotique mais gageons que cette dépêche n’est pas passée inaperçu du côté de Bercy. Au vu de la situation des finances françaises, ce bien du patrimoine culturel peut s’avérer salutaire, bien plus qu’une vente sur le marché des participations françaises d’Airbus et Areva réunies. Mais pour réaliser l’opération, il faut trouver un acquéreur. Qui serait prêt à dépenser une telle somme pour acheter cette tour métallique qui survole Paris ? Eh bien il ne faut pas chercher très loin. Le Qatar, pays ami de la France, serait actuellement en phase de négociation pour acquérir ce prestigieux symbole de la France, avec une mise inférieure à l’estimation mais atteignant quand même la coquette somme de 250 milliards d’euros.

Dans le projet de contrat il n’est pas question de déplacer la tour Eiffel mais de la privatiser en laissant au fond souverain du Qatar la libre utilisation moyennant une seule clause, celle de concéder un libre accès aux techniciens de la diffusion médiatique car le sommet de cette tour est couronnée d’un ensemble d’antennes permettant d’envoyer les signaux numériques et hertziens au Franciliens. Pour le reste, le Qatar va récupérer l’exploitation de la tour et les rentrées liées au 7 millions de visiteurs mais même en comptant 15 euros la visite, cela ne fait qu’un peu plus de 100 millions d’euros en chiffre d’affaire annuel en comptant les produits dérivés, ce qui est bien maigre comparé aux 250 milliards investis. Si c’est pour la rentabilité, le retour sur investissement prendra des siècles. Autant prendre des actions d’Eurotunnel. François Hollande vient de promettre une inflexion, c’est une génuflexion qu’il exécute, à genoux devant le monde florissant des pétrodollars.

Si le Qatar s’intéresse à notre tour Eiffel, c’est bien évidemment pour le côté prestigieux et là, les investissements n’ont pas de prix. Une marque bien plus lisible et tangible que l’organisation d’un Mondial dont tout le monde va parler pendant quelques mois puis qui sera remisé dans les oubliettes de l’histoire médiatique. Le Qatar bénéficiera d’une image de réussite économique et pourra se servir du monument pour accueillir des invités prestigieux et signer des contrats à la hauteur des ambitions de ce pays conquérant. Des contrats signés après avoir reçu les partenaires dans les salons VIP au troisième étage de la tour avec à la clé des repas servis par un chef étoilé. Déjà, certains rêvent de fêter tout en haut de l’affiche un éventuel titre de champion d’Europe pour le PSG. Sans doute dans les salons prévus au second étage, plus spacieux pour recevoir le staff, les dirigeants, les joueurs, leurs épouses et une brochette de célébrités du monde politique et médiatique. Avec ses 1600 mètres carrés, ce second étage est adapté pour les réceptions assez grandes, contrairement aux 350 mètres carrés du troisième étage qui, une fois aménagés et dotés d’une cuisine, ne peut servir qu’à des réceptions très privées avec du très beau monde. Et puis qui sait, si la Chine est intéressée d’ici 10 ans, la revente risque d’être fort intéressante.

 

Et maintenant, faisons les calculs côté français. L’Etat prévoit de signer un financement étalé avec une première mise de 50 milliards d’euros en 2014 et ensuite, 10 annuités de 20 milliards d’euros. 50 milliards, c’est pile poil le financement du pacte de responsabilité voulu par François Hollande. Autant dire que le casse-tête qui occupe les hauts fonctionnaires de Bercy est résolu. Plus besoin d’aller piocher dans les bas de laine ou d’inventer des dizaines de taxes. Ensuite, avec les annuités de 20 milliards, les perspectives de rentrer dans les 3 pour cent de Bruxelles se dessinent et autant dire que ça urge car la commission européenne n’a donné que deux ans à Hollande pour entrer dans les normes. Et donc pas de quoi hésiter, surtout que le déficit 2013 a déparé plus que prévu et que la croissance n’est plus à l’ordre du jour. Et bientôt, le triple A récupéré par l’Etat français. On comprend pourquoi le gouvernement est prêt à signer mais ce ne sera pas une affaire gagnée car on peut imaginer une fronde nationale orchestrée par les bleus de l’UMP et de la Marine. Cette histoire n’a rien d’original, elle est pathétique et montre à quel point la politique s’incline vers la déchéance. Vendre la tour Eiffel pour quelques histoires de budget, c’est bien un signe de décadence typique de notre époque. Affaire à suivre, surtout dans les médias et les polémiques en perspective. De quoi occuper les journalistes maintenant que les municipales sont achevées et que la crise ukrainienne se résorbe.

On se souviendra que Gustave Eiffel était franc-maçon et que François Hollande, celui qui ose vendre cet édifice, est connu pour ses amitiés maçonniques. Quelle triste déchéance ma brav’ dame se dit le pilier de bistrot qui d’ici quelque temps, s’attend à voit flotter le drapeau du Qatar sur notre fleuron national.

 

Agoravox

lien vers le billet des Echos

http://www.lesechos.fr/22/08/2012/l...

 

AMMAFRICA WORLD



01/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1448 autres membres