AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

Belgique:L'Humiliation d'une Députée Belgo-Congolaise pour affaire Expulsion d'une Congolaise!

La Belgique n'est-elle donc pas un "Etat de Droit"? et les policiers Belges ne connaissent-elles pas leurs "députés" pour être humilié de la sorte?. Devrait-on donc dire que le "racisme" serait-il une des causes qui a poussé à de tels traitements "Hitlerien"?

 

AmmAfrica world Refléxion.

 

Voici ce que nous rapporte le site de "Cheik Fita news":

 

Gisèle Mandaila, députée bruxelloise ainsi que trois autres femmes et un homme, tous d’origine congolaise ont été débarquées manu militari d’un vol SN à destination de Kinshasa, le samedi 15 février 2014.

La raison ?

 

Voici ce que nous avons recueilli sur place, auprès des cinq personnes débarquées.

Dans l’avion qui devait les amener à Kinshasa à partir de l’aéroport belge de Zaventem, il y avait une dame encadrée par la police et qu’on expulsait de la Belgique. Comme celle-ci criait, les cris de la malheureuse ont attiré l’attention des autres passagers. Madame Gisèle Mandaila qui était aussi dans l’avion s’approchera des policiers pour s’enquérir de la situation, elle sera reçue comme un chien dans un jeu de quilles. Les policiers ne voulaient rien entendre, rien savoir. Pourtant, c’est le souvenir du drame de Semira Adamu, tuée dans les mêmes circonstances en 1988 par la gendarmerie belge, qui motivait l’intervention de la députée. Car, le policier menaçait la dame expulsée de l’étouffer avec un coussin, en cas de nécessité.

 

 

(Les 5 personnes débarquées:Virginie; céline; Mavé, Gisèle Mandaila,et Boss)

 

Plusieurs passagers désapprouveront le traitement inhumain infligé à la jeune dame. La situation dégénéra au point que l’avion ne put continuer les manœuvres de décollage. Un renfort de la police arriva. Ce fut des coups sur ceux qui osaient s’exprimer, des injures du genre : « macaques », « rentrez chez vous si vous n’êtes pas contents… ».

 

La députée bruxelloise recevra même d’un policier un coup de poing en plein visage. Expulsés de l’avion, Gisèle Mandaila et ses compagnons d’infortune se retrouveront dans un fourgon de la police comme si c’était des bandits de grands chemins, pieds nus, sans manteau.

 

Si la compagnie aérienne a accepté de reprendre nos cinq voyageurs pour le vol du dimanche 16 février, au moment où nous avions quitté l’aéroport, rien n’avait encore été prévu pour le logement de celles qui venaient de Suisse et de France, et qui n’étaient que de passage à Bruxelles.

 

Vidéo témoignage:

 

 

Bruxelles, le 15 février 2014

Cheik FITA

 

(Titre et Refléxion)

AMMAFRICA WORLD

373017_164436460241929_1918939327_q.jpg



17/02/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1381 autres membres