AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

Sommet TICAD à Yokohama: L'Afrique sera représentée par l'artiste Jospin Lohanga de l'art Kimbangu du 28 au 30 Août 2019

L'ART KIMBANGU PAR JOSPIN LOHANGA:

Une fierté pour la République démocratique du Congo lors du prochain sommet TICAD à Yokohama au Japon!

Jospin-Lohanga-690x450.jpg

 

 

Jospin Lohanga, son talent continu à raisonner plus que son nom dans les coffins du monde. Rien de chimère pour autant. Sa montée fulgurante n’est que la résultante d’un travail de longue haleine. Probe, ce spécialiste dans l’art visuel, Jospin Lohanga, garde à l’esprit son ultime souci celui de défendre valablement l’Afrique, et surtout,  la RDC, son pays d’origine. 

 

Jospin est l’un des rares artistes du continent Africain qui prendront part au sommet TICAD, qui se tiendra cette-fois au Japon dans la ville de Yokohama du mercredi 28 au 30 août 2019. Au cours de ces trois jours l’artiste exposera ses œuvres devant les plus grands mécènes du monde des arts.

Fondateur et directeur général du Centre de Recherche d’Art Kimbangu, Jospin Lohanga veut au travers  ses recherches approfondies sur l’art visuel (art plastique, cinéma, photographie, archéologie et tant d’autres) contribuer tant soit peu à l’essor de ce continent.

 

Sur les traces des grandes figures 

 

Il aura suffi juste une seule rencontre avec le professeur Vuadi pour qu’explose le talent de Jospin Lohanga. Par cette rencontre suscite le gout, puis l’intérêt sans précèdent dans l’art de conservation. Suite à ces multiples prestations, Jospin Lohanga a rejoint l’Ordre National Héros Nationaux Kabila-Lumumba au grade de Léopard.

 

Cet artiste de renommée internationale avec plus de dix-neuf ans de carrière professionnelle dans l’exercice de son métier compte dans  son actif plus de 600 œuvres placées dans son musée qui porte son nom :  »Musée Lohanga ». @4pouvoir.cd

 

 

 

 

La Redaction

AMMAFRICA WORLD

 


06/08/2019
1 Poster un commentaire

ALERTE MINEMBWE: Que se passe-t-il à Minembwe? On dénonce!

 

 

Nous tenons a informer l'opinion tant nationale qu'internationale et nos visiteurs de ce qui se passe à MINEMBWE qui risque de déclencher une guerre pouvant déstabiliser toute la region des grands lacs! Et tout cela, à cause des caprices inhumaines des certains êtres qui offensent la nouvelle génération qui désire tourner la page définitivement des ces guerres barbares dont les ténébreux ne veulent s'en passer...

 

FLASH, FLASH, FLASH :

Minembwe à Feu et à Sang : Le Projet de Micro État d’Azarias Ruberwa Connait Une Tournure dramatique

Minembwe, Azarias Ruberwa, Moise Nyarugabo

Hommes et femmes au coeur sensible doivent s'abstenir de regarder les images ici-bas.

Nous avions lancé tous les avertissements possibles aux leaders Banyamulenge de calmer la situation. Cette situation dramatique aurait pu être évitée si M. Azarias Ruberwa, le responsable de la stratégie de la création de la commune, provincette, et État de Minembwe était revenu à la raison. Imbu par une arrogance frisant l’extrême, il pense qu’il est « supérieur » et ne peut écouter personne.

 

L’arrogance de Banyamulenges qui traite les Bantous de chiens et esclaves ne pouvait que rendre la situation encore plus catastrophique. Nous pouvons deviner comment les évènements vont de dérouler avant d’entrer dans une spirale mortelle qui va embraser toute la région.

 

Les images sont horribles à regarder, mais nous allons les publiées pour montrer les atrocités de la guerre et souligner que seul le développement de la région est la solution. La notion que les Banyamulenge étaient ordonnés par Dieu de diriger les Bantous, leurs esclaves, est erronée et ne peut pas engendrer une cohabitation inter-ethnique harmonieuse.

Nous pointons de doigt Azarias Ruberwa, un juriste intelligent d’avoir souscrit à cette idéologie hitlérienne. Comme résultat, notre source nous dit que « Kigali [est] en déséquilibre : 900 soldats tutsis Rwandais ayant traversé la frontière avec le but d’aller fortifier les leurs à Minembwe sont tombés dans une embuscade et ont été achevés par les vaillants combattants Maï-Maï qui sont debout pour libérer le Congo ».

Nous ne pouvions pas confirmer la nouvelle et le nombre de morts, mais les images ici-bas sont effroyables.

 

Ne pensez surtout pas que c’est la fin du drame. A titre de rappel, Paul Kagame avait sacrifié 800 000 personnes pour accéder au pouvoir et il avait réussi à porter les blâmes uniquement sur les Hutus Rwandais. Quelques soldats tués ne peuvent pas changer les ambitions de Paul Kagame et celles de ses lieutenants, dont Joseph Kabila, Azarias Ruberwa et Moise Nyarugabo en RD Congo.

La même source nous dit que « l’hôpital militaire de Kigali à l’aéroport de Kanombe est saturé par le nombre de blessés et des morts. Kagamé et James Kabarebe manquent des mots à dire devant les familles des disparus qui se lamentent ». Ne pouvons-nous vraiment pas vivre en harmonie ?

Allons-nous vers le Congo-Rwanda-Burundi que les Belges avaient institué après la Deuxième Guerre mondiale quand les forces publiques congolaises avaient vaincu les troupes d’Hitler à Tabora en Tanzanie, ceux du guide Mussolini à Saio et Gambela en Éthiopie et au Kameroon (aujourd’hui le Cameroun) ?

Notre source prédit que « la balkanisation se retournera au Rwanda quand Kigali deviendra la 12e province du Congo ». Un sarcasme et méfiez-vous !

Nos voisins ont déjà prouvé à maintes reprises qu’ils peuvent jouer au jeu d’échecs et gagner à tous les coups, car ils peuvent consentir tous les sacrifices possibles pour atteindre leur objectif.

Il est clair que les empreintes digitales de Paul Kagame et d’Azarias Ruberwa sont partout dans l’affaire de Minembwe. Ruberwa ne devrait pas « préfabriqué » et faire de son frère un « Mwami » pour être en parité avec les autres peuplades de la région. C’est de la fraude socio-culturelle. Il n’y a jamais eu de « Mwami » Banyamulenge et il n’y a pas de langue « kinyamulenge » même s’ils ont droit à la nationalité congolaise. Par ailleurs, en acceptant l’aide du Rwanda, les troupes du Général Yakutumba étaient en pleine légitime défense pour chasser les envahisseurs.

Il n’est pas impossible que ça soit les Banyamulenge qui ont joué aux pyromanes à Minembwe pour une fois de plus attirer la sympathie internationale et jeter la faute aux « Bantous », un truc qui a toujours marché. Ce fonds de commerce n’a jamais été épuisé...

 

Une fois de plus, les leaders Banyamulenge doivent chercher à cohabiter en harmonie avec les Bantous. La notion de supériorité raciale avait déjà causé deux guerres mondiales. Les Bantous ne sont pas « supérieurs » aux Tutsis Rwandais et les Tutsis Rwandais ne sont pas « supérieurs » aux Bantous Congolais, un point un trait.

 

Nous demandons à Azarias Ruberwa de revenir à la raison pour préserver la paix à L'EST de la Rd Congo. @Congo Vox

 

 ON DÉNONCE ET =========================

 

ALERTE A MINEMBWE: ON DÉNONCE ET INFORME...

Selon les informations qui nous étaient parvenu a la fin du mois de Mai 2019, nos sources nous informent sur la tenue d'une réunion en date de 26 Mai 2019 dans une petite localité de "KIZIBA" à MINEMBWE. Au Menu, il a été recommandé à tous les "Banyamulenge" vivant à l'étranger de rentrer à KIVU dès le début des vacances pour attaquer certaines localités composées de BEMBE et les BAFULIRU, pour ensuite avoir des territoires à retirer de la RDC! La fuite d'information semble nous mettre en éveil pour alerter l'opinion tant nationale qu'internationale d'une bêtise de plus pouvant permettre un autre dépeuplement de cette population déjà meurtrie et affaiblie par des recentes guerres ignobles dont l'humanité n'en a plus besoin! Et que jusque là la justice piétine pour le compte des "victimes"! On assiste plutôt à une politique de l'impunité qui surprennent les esprits avertis!

 

Ammafrica informe et rappelle L'ONU de tenir compte de la résolution 1514 adoptée le 14 Décembre 1960 par l'assemblée générale de l'ONU et qui admet la limite sur le principe de l'intégrité territoriale et de l'intangibilité des frontières et dont le paragraphe 6 disposant clairement que toute tentative visant à détruire partiellement ou totalement l'Unite nationale et l'intégrité territoriale d'un pays est INCOMPATIBLE avec les buts et les principes des nations unies*! Nous soupçonnons déjà un complot pour écarter MINEMBWE de la RDC!  Que L'ONU se rappelle de toutes ces résolutions, surtout celles de 2625*  qui condamne la sécession en precisant que le droit des peuples (notion dont on peine à clarifier) à disposer d'eux mêmes ne peut être interprété comme autorisant ou encourageant une action quelle qu'elle soit et qui démembrerait ou menacerait totalement ou partiellement l'integrité territoriale ou l'unité politique de tout Etat Souverain et Indépendant! Et cela, même si on a eu à violer ses principes pour le cas de KOSOVO en 1990, la RDC a saigné énormément que cette fois-ci, elle ne pense plus en offrir davantage de son Sang!

 

MINEMBWE fait partie de la RDC! Dont celle-ci garde ses frontières NATURELLES depuis les dites indépendances, jadis hypothéquées par des éléments traîtres parmi la nation!

 

 

 

La Redaction

AMMAFRICA WORLD


11/07/2019
0 Poster un commentaire

Hommage à Tata Diangenda Kuntima pour la fin de l'obscurantisme religieux!

A la Mémoire de Tata Diangenda Kuntima:

Notre prophète des Lamentations pour l'éveil de conscience Africain

C'est en ma fin qu'est mon commencement....

 

Le 8 Juillet 2019, la mémoire de son Éminence Diangenda Kuntima nous revient avec beaucoup plus de conscience sur le passé colonial, l'obscurantisme religieux et surtout  de l'ignorance qui nous caractérisait pendant leur temps de pèlerinage sur terre....

 

FB_IMG_1562569692054.jpg

 

C'est en date du 8 Juillet 1992 que nous quittait Tata Diangenda Kuntima que je surnomme "Prophète des lamentations"(bien qu'il était plus qu'un prophète) par ses nombreux messages interpellant le peuple Congolais ainsi que le peuple Noir dont il avait fait son champs de bataille! MOTO MOYINDO AWUTA WAPI?(D'où vient l'homme noir) Ce qu'il ne cessait de rappeler dans lors de ses nombreux sermons. Anciennement parlant, la naissance n'apportait que peu d'importance que la mort! Car, c'est la date du décès qui laisse commémorer la vie du défunt! Aussi la date du départ avait toute son importance, surtout lorsqu'elle rappelle les oeuvres accomplies de l'illustre disparu! Que peut-on retenir sur Tata Diangenda Kuntima? :Le messager incompris... Son nom symbolise la "Paix du Coeur"! Née le 22 Mars 1918 à #Nkamba (un Bethléem en quelque sorte) le village qui a vu naître Tata Kimbangu son Père ainsi que sa Mère Mama #Muilu Kiawanga Nzintani. Sa naissance sera précédée par une période foudroyante de la première guerre mondiale dont les ainés ont pu traversé l'horrible moment, et qui arrivait à son terme lorsqu'en 1918, le village de #Nkamba accueille encore un troisième fils de Tata KIMBANGU! Chose étrange, sa naissance apportera la paix au conflit mondial qui était déclenché en 1914. Soit, quelques mois après la naissance du premier Fils au nom de Kisolokele Charles. Serait-ce un signe annonciateur d'une nouvelle ère dans le monde?. En tout cas, c'est le moins qu'on puisse dire... En effet, son enfance ne sera pas épanouie comme tous les autres enfants! Très tôt à l'âge de 3 ans seulement, il assistera à l'arrestation de son Père sans trop comprendre le sens (ceci est vu du point de vue humain). Trop jeune, il sera témoin du courage de sa mère face aux combats divers qu'elle traversa par le pouvoir colonial. Son enfance sera dure pour un enfant de 3 ans. Il sera enfermé après l'emprisonnement de son Père dans une petite maison en brique, toiture de paille pendant 6 Mois sans manger ni boire et cela, sans avoir succomber avec sa Mère et son frère ainé Dialungana Kiangani! A l'âge de 16 ans, en 1934, il fut à son tour arraché des mains de sa mère par les autorités coloniales et relégué à la colonie pénitentiaire de BOMA où se trouvait déjà son frère ainé afin de lui convertir de force chez les religieux catholique. Durant toute sa vie, il sera appelé "Pacificateur"! C'est en découvrant son parcours qu'on arrive à l'admettre... Il a commencé son ministère à la fin de vie terrestre de sa Mère Mama Muilu en 1959 pour la continuité de l'oeuvre de son Père Tata KIMBANGU ! Car c'est de lui qu'il s'agit, pour un nouvel évangile concret pour le Kongo, l'Afrique et pour le Monde entier. D'ailleurs sa naissance ne sera-t-elle pas marquée par la fin de la première guerre mondiale?... QUI ETAIT DONC TATA DIANGENDA KUNTIMA? Sans trop bien lui connaître ni d'ailleurs n'avoir pu bénéficier de son éducation spirituelle comme Père pendant son ministère terrestre, je ne peux que me référer à l'église Kimbanguiste pour rappeler de ses oeuvres accomplies. En outre la directive de l'Eglise lui sera confiée par sa Mère, et selon les recommandations de son Père dont il le fera connaître de par le monde, il sera aussi l'Auteur de son premier livre intitulé "l'Histoire du Kimbanguisme". Parmi ses oeuvres accomplies, Tata Diangenda a apporté un développement spirituel imprégné des révélations profondes sur la création, l'origine de l'humanité et avoir pu relater une vérité qu'aucun des prédicateurs de nos jours n'a pu le dévoiler : "Que tous les Pharaons jusqu'à Ramses 2 furent des noirs et précisément Kongolais! Cette révélation trouve son sens lorsque dans l'année de sa naissance, les archéologues pour la toute première fois au Congo Belge précisément sur Lualaba, au Katanga, ont pu découvrir un vase en "OR" utilisé par tous les Pharaons de l'Egypte Antique, révélant donc par cette même découverte l'Origine Kongo du peuple Egyptien "antique"! Après la disparition physique de son Père le 12 Octobre 1951, Tata Diangenda Kuntima réalisera par la suite le poids de sa tâche pour parachever la mission salvatrice qui lui fut confiée, et entamera une série des démarches pour la libération de l'Afrique de son Joug colonial. D'ailleurs ne serait-ce donc pas la vraie cause de la mission de son Père?...

 

MUNDELE AKOKOMA MOTO MOYINDO, MOYINDO AKOKOMA MUNDELE....

 

La mission n'étant donc pas facile, mais il parviendra à faire reconnaître l'église Kimbanguiste à l'état colonial Belge en date du 24 Décembre 1959. Soit quelques mois après avoir perdu sa Mère le 27 Avril 1959. Il exhumera le corps de son Père en date du 20 Mars 1960 pour le rapatrier plus tard à Nkamba, dans son village natal. Du point de vue Social, Tata Diangenda réalisera beaucoup de choses pour le compte de l'église Kimbanguiste: Université, hôpital, dispensaires, centres agricoles, centre d'accueil, salle de conférences, temples ect...sans oublier beaucoup d'autres miracles qui lui vaut le titre d'un Thaumaturge comme son Père! Quant à son côté Spirituel, Tata Diangenda est la troisième personne dans la Trilogie divine (Trinité) selon la description de Genèse 18:2 dont les fidèles Kimbanguistes l'appellent "MFUMU'A NLONGO"( Mokonzi ya milimo, Saint Esprit). Le souvenir remonte en 1910 lorsque Tata Kimbangu alors 23 ans, déclarera renaître en 1918. Ce qui équivaut à l'année de sa naissance! Eh oui! Si vous ne le croyez pas, la réincarnation existe! Sinon l'on ne parlerait de "renaître" encore... C'EST EN MA FIN QU'EST MON COMMENCEMENT....(Marie reine des Ecossais). En effet, Tata Diangenda n'avait pas que réaliser le social et le développement spirituel dans la vie des ces fidèles et aux autres, mais il avait aussi prophetisé! En outre sa dernière prophétie à la nation #Zaïroise lors de la conférence nationale souveraine (CNS) où il fera clairement signifier au jounaliste MAKENDA VOKA en février 1992 en ces termes: "Aucun des politiciens présents à la conférence nationale souveraine ne succédera à Mobutu Joseph Désiré. Celui qui le remplacera viendra de loin avec des militaires de l'armée étrangère"! Et c'est ce qui se réalisera par la suite à l'arrivée de L'AFDL avec Laurent Kabila. Parmi ces prophéties, nous avons encore une autre qui vaut son pesant d'or: "LORSQUE LE MONDE SERA DANS UN SURPRENANT TOURMENT, VOUS ME CHERCHEREZ"! 

 
Cette parole lance un défi à l'humanité pour démontrer son éternité et son l'infaillibilité malgré sa disparition physique!
 
IL VIT PARMI NOUS!
 
 
 
La redaction
AMMAFRICA WORLD

08/07/2019
1 Poster un commentaire

KONGO: Que devient ancien empire Kongo après la Colonisation?

La Transformation de l'empire Kongo par les Colons: Le Kongo sous l'emprise des démons depuis le fameux baptême du roi Nzinga Nkuvu!!

 

FB_IMG_1562511806304.jpg

 

Malgré la christianisation de l'Afrique, le continent Africain ne fait que sombrer dans le gouffre! N'avons nous pas fait fausse route?...

 

J'ai pris l'engagement de me concentrer sur ce qui compte pour nous, et cela, même si les politiciens africains sont corrompus moralement et spirituellement au point de rétarder l'Afrique vers son émergence future selon le plan de notre Dieu, le créateur des toutes choses! C'est dans l'histoire que nous pouvons mieux comprendre ce qui s'est passé et ce qui se passe présentement!

Ne l'oubliez pas, le monde tend vers la fin d'un cycle! Les deux branches tombées en Angola le 11 Décembre 2018* (reste une date inoubliable) nous mette en éveil! La distraction actuelle veut nous le faire oublier afin d'être surpris! Mais nous qui sommes avertis (en ce qui me concerne), nous avons compris que le monde d'alors qui a dominé l'Afrique est appelé à disparaître de son mauvais système! Et tout passe par la République démocratique du Congo (RDC)!

 

Le POUMON de l'Afrique et l'espoir de la vraie paix pour toute l'humanité sous une nouvelle ère KIMBANGU, après la fameuse ère du "christianisme" (ancien fondement spirituel bientôt ébranlé) sous le guide "JESUS CHRIST"! Que les USA, l'Union Européenne ne nous le fassent pas oublier! L'Avenir du Monde se pointe sur le sol africain à partir de la RDC (un nom léopoldien qu'il faudrait à l'avenir démolir), autrefois faisant partie du royaume KONGO DIA NTOTELA! Bien que le mal ait atteint la planète terre il y a plus de 3500 ans avec la descente des anges déchus dont parle la Bible; Dieu s'est toute fois réservé une partie. Au Kongo, le pouvoir était sous contrôle direct du Tout Puissant NZAMBI MPUNGU TULENDO jusqu'à l’époque du Roi Nzinga Nkuvu au XVème siècle! Ce nom devrait être enseigné à la nouvelle génération, car c'est par lui que le KONGO perdra son éclat progressivement! Nzinga Nkuvu était en communication parfaite avec le Divin Nzambi Mpungu Tulendo, Nzakomba, Mwenyezi Mungu, Nvidi Mukulu, Wamba Wa Mpungu Tulendo Dezo, dans toutes nos langues, et aussi avec les Grands Esprits Kongo. Car, ne l'oubliez pas, nous sommes des esprits portant l'enveloppe "physique" (état charnel).

 

IL A PERDU SON CONTACT SPIRITUEL LE 3 MAI 1491* SUITE AUX PRATIQUES MAGIQUES OU FRANC-MAÇONNIQUES:

 

À cette date Nzinga Nkuvu fut baptisé au catholicisme sous le nom de Jean Ier du Kongo (portugais: João Ier). Toute fois, il n'avait pas totalement abandonné le culte traditionnel ni la croyance à son Nzambi a Mpungu Tulendo! Seulement avec ce Dieu jaloux, il s'était mis dans un terrain très glissant qui lui coûtera très cher! A la mort du roi Nzinga Nkuvu, son fils Alfonso Ier le succéda. Voyant dans le Christianisme un moyen de moderniser son pays, celui-ci encourageait les baptêmes et accueillir des Jésuites qui ouvrirent des écoles pour 600 élèves. Ces derniers devraient apprendre les maths, Sciences Physiques et surtout la Théologie. Mais en réalité, l'Egypte (Afrique) antique en était l'inspirateur de toutes ces inventions! Rien de nouveau sous le ciel. Tout n'est que recommencement. Il confia son fils Lukeni Lua Nzinga (Kanamobembo) au Vatican et celui-ci deviendra le premier évêque africain de l'histoire de l’Eglise catholique moderne sous le nom de Henrique (Don Eric). Après le baptême du Roi Nzinga Nkuvu, la majorité des rois qui le suivirent devinrent des Chevaliers des ordres étrangers. Alvare II ( Nimi a Nkanga) par exemple fut un Mani kongo du Royaume du Kongo de mars 1587 à 1614 et fut fait Chevalier de l’Ordre Portugais du Christ le 10 mars 1609. Par ces gestes, les dieux étrangers entrèrent officiellement dans le royaume divin Kongo Dia Ntotela. Chemin faisant, nos Rois ont tourné leurs dos à NZAMBI MPUNGU TULENDO pour se confier et entrainer toute la nation aux dieux étrangers. Dès lors, tout leur venait de l'étranger! Leurs armoiries et drapeaux provenaient de l’étranger. Plus rien n'était ne s'inspirait d'eux! Comme nous l'assistons actuellement où les dirigeants africains prennent la plus grande de leurs décisions touchant leurs nations à l'étranger! Spirituellement nous avons coupé tout contact avec le Dieu de nos ancêtres, c’est pourquoi en 1885 nos bourreaux ont facilement confisqué notre livret parcellaire dans l’acte signé à la conférence de Berlin. C'est un moment très important qui a marqué l'histoire de ce grand et immense royaume sous forme d'un empire qu'était donc KONGO DIA NTOTELA!

 

A l'acquisition du Congo-Belge par Léopold II à la Conférence de Berlin, les premiers expatriés venus au Congo pour sa mise en valeur, au bénéfice de l'Occident, n'étaient pas des Belges, c'était des agents recrutés surtout de la Grande Bretagne et de la Scandinavie. Et nous ne devrons pas le mettre à l'écart de notre pensée, les 3 pays (Kongo Angola, Kongo kinshasa, Kongo Brazza) ne s'appartiennent pas totalement! D'ailleurs dès lors qu'on ne s'exprime que dans les langues des colons, on est aussi spirituellement et intellectuellement connectés avec eux! Bien que parler plusieurs langues est une richesse culturelle, une nation ne peut se définir par rapport à l'étranger! Elle doit avoir son propre modèle qui lui est particulier! Autre point à retenir est que la plupart de ces précurseurs des colons furent britanniques, comme Henry Morton Stanley*, suédois, norvégiens, danois et allemands. Ces personnalités étaient recommandées au Roi des Belges par l'Establishment des confréries des sociétés secrètes, des sciences occultes. Voilà pourquoi lorsqu'on déclare haut et fort que les Kongo actuels, ce sont des regroupements des démons "congolisés", d'autres ne saisissent pas cet aspect de choses! Et pourtant la réalité ne peut le contredire! D'ailleurs pour votre mémoire, ce sont les Francs-Maçons qui étaient les plus nombreux. Et pour quels objectifs ? Là est toute la grande question!!!

 

AINSI, LE PARADIS TERRESTE A ÉTÉ ENVAHI PAR LES TÉNÉBREUX!

 

 

Pour sa restauration, chaque pays doit se ressourcer et retrouver une stabilité dans sa politique interne par des femmes et hommes humanistes dotés de l'amour véritable de leurs terres et de leurs semblables! C'est un renouvellement de la classe politique par l'inspiration de Nvuluzi KIMBANGU qui, d'ailleurs bosse spirituellement pour atteindre ce moment! C'est lui qui donnera l'envol et qui libérera spirituellement le Kongo et toute l'Afrique du son Joug colonial! A condition biensûr que nous coopérons avec lui! Ne sommes nous pas "ouvriers avec Dieu"?. Sans notre accord, les divinités se cachent et ne peuvent rien faire! Mais avec notre accord, ils se manifestent! Comprenne qui pourra...

 

CELUI QUI OUBLIE SON HISTOIRE, NE S'ÉTONNE PAS DE NE PLUS SE RETROUVER DANS CETTE BOUSSOLE QUI NOUS CONDUIT VERS LE FUTUR...

 

Vouloir ou pas, l'Afrique, c'est l'avenir de toute l'humanité! Et celui qui la libérera de son humiliation n'est autre que la personne de Nvuluzi KIMBANGU!

 

Une vérité certaine et digne d'être cru avec foi et détermination! Car c'est lui qui se bat spirituellement pour que ces trois pays soient purifiés et enfin restaurés pour influencer toute l'Afrique, et ensuite le Monde! La vraie paix que soupire ce monde sera inaugurée par la personne de Nvuluzi KIMBANGU!

 

OBOYI, OSALI MOKILI NAYO!

 

 

 

FGD

Militante pour un éveil de conscience

 

AMMAFRICA WORLD


07/07/2019
1 Poster un commentaire

Mémoire: Les Astronautes d'Appollo 11 ont vu un homme noir sur la Lune

Quand les astronautes d'Appollo 11 ont vu un homme Noir sur la Lune...Le saviez vous?


Voici une partie de l'histoire connue par des éléments "branchés" sur des informations utiles pour le Monde! Par la folie des hommes désirant franchir le ciel à la recherche de la LUNE, les astronautes d'Appollo 11 étaient surpris de voir que quelqu'un d'autre les avait devancé! Et pas seulement un homme, mais surtout un NOIR! De surcroit, le fils cadet de Tata KIMBANGU en personne de Tata Diangenda KUNTIMA!

Cette partie de l'histoire mérite d'être enseigné et introduite dans les établissements scolaires pour la prise de conscience collective d'une nation! Lisez l'aventure d'Appollo 11 et vous en serez si fiers d'avoir pu bénéficier de cette présence divine sur le sol #ZAÏROIS à l'époque, mais qui n'était qu'une partie du #Kongo_Dia_Ntotela jadis oublié et effacé par la méchanceté des hommes!

DÉCOUVERTE DES ASTRONAUTES D'APPOLLO 11:

Deux mois après leur mémorable voyage sur la lune les astronautes d’Apollo 11, Armstrong, Aldrin et Collins ont commencé un autre voyage de découverte, cette fois à travers la terre. Un voyage à travers le monde connu sous le nom de « Giants Step Tour ». C’est dans le cadre de ce voyage que les premiers hommes sur la lune ont effectué du 22 au 25 octobre 1969 une visite officielle en République démocratique du Congo. L’évènement valait bien son pesant d’or, car en juillet 1969, les Congolais ont suivi en direct, depuis le centre culturel américain de Kinshasa, l’épopée historique d’Apollo 11, du décollage du Cap Kennedy à la marche de Neil Armstrong sur la lune.

A Kinshasa, les trois héros de l’espace ont eu droit à un accueil chaleureux et délirant leur réservé par les Congolais. Armstrong, Collins et Aldrin seront reçus ont Mont Ngaliema, alors Mont Stanley, par le président de la République, le Général Joseph-Désiré Mobutu, au cours d’une cérémonie riche en couleurs agrémentée par la fanfare de la garde républicaine et les cavaliers de la Présidence de la République. Neil Armstrong va offrir au président Joseph- Désiré Mobutu un caillou lunaire. En retour, le président Mobutu a décoré les trois astronautes de l’Ordre National de Léopard, la distinction honorifique la plus haute de la nation, avant de décorer leurs épouses de l’Ordre national du Zaïre. Selon le Journal Courrier d’Afrique, pendant les festivités qui ont suivi, Edwin Aldrin a dansé avec Miss Congo la musique de Tabu Ley « Rochereau », Grand Kallé, Tu Zaina et Franco.

Mais que cachait réellement cette visite en RDC dont personne ne semble donner une raison valable?
Nous aurons les éléments de réponse dans les lignes qui suivent.

La leçon sur la lune, dans le Cosmos:

Selon des témoignages bien connus, les astronautes américains d’Apollo 11 avaient rencontré Papa Diangienda Kuntima sur la lune. Les astronautes furent extrêmement surpris et Papa Diangienda Kuntima se laissa filmer sur la lune par les astronautes américains. Revenus sur terre avec les clichés et l’information gardée secrète, les astronautes américains ont circulé sur la planète. Ils voulaient connaître dans quel pays vivrait la personne, vue sur la lune. Les investigations les conduisirent à Kinshasa, en RDC (Zaïre à l’époque.)

En écrivant ces lignes, l’auteur observe la photo de cette rencontre de Kinshasa: sur cette photo des médias, le feu Président Mobutu, en tenue militaire, entouré des astronautes d’Apollo 11, répond aux honneurs dus à son rang. Derrière eux, il y a une foule de corps constitués et de journalistes. Au bas de cette photo, on peut lire: « Les astronautes conquérants de la lune, ont amené la gloire de l’espace à Kinshasa, le seul pays africain qu’ils ont visité pendant leur périple. » L’objectif de la visite des astronautes américains à Kinshasa fut de voir physiquement celui qu’ils avaient rencontré sur la lune, et ce en présence de feu Président Mobutu. Le feu Président Mobutu ne tarda pas à téléphoner et faire venir S.E. Diangienda Kuntima.

L’ayant vu en personne, les astronautes américains posèrent la question suivante à Papa Diangienda Kuntima: « Comment t’es-tu retrouvé sur la lune ? Voici ta photo que nous avions prise sur la lune.»

Papa Diangienda Kuntima répondit brièvement, en ces termes:

« Vous êtes allé explorer la lune à bord de vos engins sophistiqués, enveloppés dans vos scaphandres, mais moi, je n’en avais pas. C’est pour vous dire que Dieu est NOIR et il peut se trouver où il veut. »

Ce fut une réponse courte, mais très riche d’enseignements.

Au temps d’Apollo 11, plusieurs Africains se posaient effectivement la question de savoir si les astronautes avaient vu Dieu au ciel.

Certains pessimistes de ces temps s’étaient vite découragés, car selon eux, les Américains venaient de démasquer le mystère divin et il faudrait désormais aller chercher Dieu ailleurs, pas au ciel.

Mais, beaucoup d’Africains ne savaient pas encore la grande information scientifique et spirituelle qui circulait déjà en secret dans les officines occidentales, de continent en continent.

La question logique que l’on pourrait aussi se poser est la suivante: Est - ce que le drapeau américain planté par les astronautes sur la lune existe toujours en place ? Si c’est oui, le monde prendra acte. Sinon, comment expliquer la disparition, puisque les scientifiques confirment qu’il n’y a pas de vent sur la lune ?

Comment pourrions-nous expliquer cela ?


Papa Diangienda aperçu sur la lune , en l'absence d'un scaphandre, revêtu d'un costume .

Diangienda Kuntima , le mystère du très haut , seul les initiés véritable comprendront.

N'oubliez pas que , au moment où les astronautes quittèrent le sol américain pour l'aventure extravéhiculaire ils étaient convaincu d'être les premières personnes à avoir le contact direct avec la lune , mais à leur plus vaste surprise , ils découvrirent un noir , un congolais et extraordinaire que cela peut être , il était sans scaphandre .

Qui est alors le véritable astronaute ?

TEMOIGNAGE DE PAPA DITELE Bueyivova Maurice. (EX MUSICIEN DE LA FA.KI & GARDE DU COPRS DE PAPA DIANGIENDA)

LIKAMBO YA BA ASTRONAUTES
-----------------------------------------------------

Na banzi biso banso to yokaki lisolo ya ba astronautes oyo ya Apollo 11. Bango ba kutanaka na mutu na sanza (lune). Ba yaki awa na Kinshasa, pona ko kutana na Mfumu’a Nlongo (Diangienda). Tangu ba luki ko yeba soki mutu oyo ba kutanaki na ye na lune azalaka penza wapi, President Mobutu, ayebisi bango que moto bo zali ko luka azalaka awa na mboka na ngai. Nde koya ba yaki awa na Zaire pona ko kutana na Papa Diangienda Kuntima, pamba te, ezalaki ye nde ba monaka kuna na sanza. Yango wana bo monaki ba tambolaki mokili mususu te, ba yaki kaka awa.

Mukolo bokutani wana bosalamaki, ngai na zalaki pembeni ya Papa Diangienda. President Mobuu a inviter Papa na Mont Ngaliema, to keyi to vandi na salon oyo ya munene. Sima na yango, to yoki protocole a anoncer que, ba astronautes bayei. Mobutu alobi ba kotisa bango.

Tangu ba koti ba moni Papa Diangienda ba lobi na anglais: « Ezali ye, ya solo ezali ye». Bayei, ba fukami liboso ya Papa. Ba sengaki oyo ba sengaki.

Ba zali ko loba na anglais, ambassadeur na bango, azali ko traduire na francais. Bango na bango ba zali ko loba boye : « Ezali ye, tala kutu dikosi (nuque) na ye. Ezali kaka ye nde to monaki kuna, mutu mususu te ».

Tangu ba zali ko loba boye, Papa atali ngai na mama Bibi, alobi na biso : « E, mama Mvete, Ditele, ngai na vandaka na ngai na Monkoto, tangu nini na kendeki ko monana kuna na sanza ? »

Ba tata na ba mama, wana makambo na yokaki na matoyi na ngai. Makambo mususu, na yokaki te, pamba te, ngonga moko boye, ba longolaki biso esika ba zalaki ko solola, ngai na garde du corps ya Mobutu. Ba lobi na biso mibale : « Bo kende ko lia ».

Ekendaki biso, bango sima ba continuer masolo na bango. Kasi lokola na zalaki pembeni ya mokonzi, na zalaki ko tuna ye mituna mususu soki to tikali biso mibale. « Papa, esika bo tikalaki, masolo na bino ezalaki ndenge nini ? »

Nde ko loba Papa Diangienda alobaki na ngai mama ya likambo ya masolo na bango. Papa, alobaki na ngai été : « Ezalaki ko sololana biso, ba mbuta muntu wana, ba astronautes ba lobaki na President Mobutu : « Mutu oyo azalaka solo awa na mboka na yo ? Kasi motindo nini amonanaki na biso kuna na sanza ? ».


Ngai na lobaki na bango : « Bo bosana te été, na Nzambe tout est possible ».

Suka na yango, ba astronautes ba kangisaki ba photos na Papa Diangienda. Kutu ba tindelaki Papa Diangienda ba photos wana. Kasi Papa abomba yango. Alakisaki yango kaka na Papa Kisolokele, pe Papa Dialungana.

Source: Kimbanguisme info, Forum de Ditele Mafuana témoin oculaire quand les astronautes ont visité Papa Diangienda).

LA REDACTION

AMMAFRICA WORLD

 


29/06/2019
1 Poster un commentaire

Testament de Myles Munroe: L'endroit le plus riche de la terre est actuellement au Cimetière!

TESTAMENT DE MYLES MUNROE

cristiano-1560x690_c.jpeg

En effet, les esprits des Justes ne meurent jamais! Ces conseils encore d’actualité pour la vie de beaucoup parmi nous, si tu existes sur terre sans un but quelconque, ce que tu vis pour faire disparaitre ta mémoire après toi et le monde ne reconnaitra jamais ton existence! Quel gâchis pour le créateur de t’avoir créé sans rien accomplir sur terre?.

 

Aussi une vie remplie des visions et pleins d’objectifs, est une vie vivante et pleine d’énergie!

Relève-toi et sois utile là où tu dois l’être!!!

“L’endroit le plus riche de la terre est actuellement le CIMETIERE”!
Se reporta la muerte de Myles Munroe en accidente aéreo en Bahamas
Pourquoi en est-il ainsi?…A-t-il répliqué:

 

-Parce que dans les cimetières sont enterrés des Livres qui n’ont jamais été lus!

-Parce que dans les cimetières sont enterrées des musiques qui n’ont jamais été écoutées!

-Les cimetières sont remplis des peintures jamais vues!

-Les cimetières sont remplis d’entreprises qui n’ont jamais été montées..

-Les cimetières sont remplis d’entreprises magnifiques jamais créées..

-Les cimetières sont remplis d’inventions jamais utilisées!
-Les cimetières sont remplis de femmes de gloire qui sont mortes prostituées..
-Les cimetières sont remplis d’hommes puissants qui sont morts en alcooliques..

-C’est un endroit riche!

 

Et c’est pourquoi je suis venu au Kenya à cause des cimetières ..

Parmi les gens qui me regardent dans vos maisons ou ailleurs et ceux qui sont présents dans ce studio figurent les futurs candidats pour l’enrichissement des cimetières.

 

Tu as écris un livre, si tu meurs en ce jour, le cimetière sera privé de ce livre..

Je suis venu au Kenya parce que je veux tu dépouilles le cimetière. Je veux que tu meurs VIDE.

Je veux que tu meurs sans avoir manqué aucune de tes réalisations!
Je veux que tu meurs après avoir donné tes rêves, idées, visions, livres, inventions, musiques, publications…

Je souhaite que tu meurs VIDE! C’est ça le but de la vie!
Ne meurs pas VIEUX, mais meurs VIDE.

L’une des plus belles choses que j’ai entendue au sujet de la Mort est celle-ci:

Cette phrase dit:C’EST ACCOMPLI!!!

Juste 3 mots! Le monsieur qui a prononcé ces mots avait juste “33 ans”!

Il n’a pas dit:JE SUIS FINI..

 

Parce que nous ne mourrons pas, nous sommes éternels, nous sommes “esprits”.

J’ai deversé la chose pour laquelle je suis venu sur terre. C’est à dire:Accomplir l’oeuvre de la Croix!

Mon objectif dans la vie, c’est de voir tout le monde mourir VIDE.
C’est pourquoi je suis venu te voir Jeff, tu as écrit un livre, j’aime ton livre.

Mais je me demande:A quand le prochain livre?. Qui n’est pas encore sorti..Ou les autres 5 livres ou les 10 livres?

Je n’ai aucune énergie…

 

Je suis sûr qu’il est là…Il n’y a aucune raison un homme avec 1 histoire ne puisse avoir 10. Ne Meurs pas avec mes livres..

Alors je voudrai Challenger chaque Kenyan:

“Quand vous irez au cimetière,il faudra que votre tombe soit déçue!
Mourrez comme l’apôtre Paul qui a pu dire:”J’ai achevé ma course, j’ai gardé ma foi, j’ai tout déversé comme avec une cafetière ,il ne reste plus rien. Je suis prêt à mourir.

 

C’est pourquoi je veux mourir parce qu’il n’y a plus de raison que je reste en vie. J’ai accomplie la chose pour laquelle je suis née, que je suis venu faire sur terre.

 

Pour moi, c’est un grand service rendu à l’humanité de nous donner ce que tu es venu offrir…Tu fais un bon boulot, mais tu peux faire Mieux.

Je crois que ceux à quoi tu rêves est plus grand que ce que tu fais actuellement.

Je crois que tu peux envisager ta propre télé, ton propre studio en ce moment..

Je te vois produire des émissions dans le monde entier. Tu mérites d’avoir une influence MONDIALE!

Prêche Docteur…Prêche!

Quand vas tu toucher le continent?

Tu es talentueux, remplis des dons, puissant, tu devrais publier un magazine..
Tu devrais concevoir des tee-shirts avec ton nom dessus.

ça c’est une image que nous avons besoin de voir..
Ne meurs pas avec ces dons d’accord??….rire…

Et je m’adresse à toi qui regarde ce programme: J’ignore qui tu es, ce que tu fais, peut-être tu es un Politicien, un mendiant, un mécanicien, un enseignant, un élève, ou un employeur, écoute:

“Ton Futur n’est pas devant toi, mais il est à l’intérieur de toi. Entoures toi des bonnes personnes, achète les bons livres, arrête la télévision, exceptée “cette émission” et remplis toi de la Bonne information pour accomplir ton rêve!

 

 

Et quand tu mourras,il faudra que tu meurs tel que je planifie mourir:”VIDE”!

C’EST ACCOMPLI..C’EST ACCOMPLI!!

 

 

 

La redaction

AMMAFRICA WORLD


02/05/2019
0 Poster un commentaire

DÉCOUVERTE: La Basse Egypte se trouve en République démocratique du Congo!

DES PYRAMIDES D'UNE PERFECTION RARE EN RDC(BASSE ÉGYPTE)...

FB_IMG_1556527821270.jpg

 
A l'heure de la remise en question sur l'histoire que certains appellent "l'heure du Verseau", nous avons découvert que finalement L'Égypte antique dont parlent les historiens était immense! Mais ce qui nous a encore impressionné dans tout cela, c'est la terre KONGO dans l'actuelle République démocratique du Congo (RDC) qui regorge des sites incroyables et inaccessible aux regards des curieux! Des endroits dont on ne peut s'hasarder y pénétrer n'importe comment au risque d'en perdre soit sa vie, soit en subir la foudre de ses protecteurs du lieu! 
 
Un témoin du lieu nous fait le récit de ce qu'il a palpé et expérimenté quand il se trouvait sur le lieu au hasard....
 
Monticules en RDC, vestiges d’une ancienne civilisation disparue. Dans la même région se trouvent des pyramides d’une rare perfection. C’est au bas Congo. J’ai été émerveillé par cette contrée. J’ai marché parmi des pyramides couvertes de végétation, une herbe belle et courte. Des allés droites et géométriques. J’avais suivi un de mes camions en panne entre le Congo Brazzaville et le Congo Kinshasa, il y avait des grandes plantations d’arbres fruitiers, captivé par ce que je découvrais, il m’était impossible de quitter cette cité des yeux, c’était si beau et si grandiose, je n’en revenais pas, je voulais continuer à découvrir cette merveille, je vue mon camion de loin, mon chauffeur affolé me dit en arrivant avec le camion à mon niveau qu’il fallait vite partir, des nombreuses personnes arrivaient après lui et ils étaient fâché de ma présence sur ce lieu. Nous partîmes à la hâte, jamais je n’ai oublier cette contrée magnifique. Je me suis promis de revenir un jour tout en respectant ceux qui protège ce lieu sacré. Dans mes voyages au cœur du Congo, j’ai vue des endroits incroyables. De fois je me demande pourquoi personne n’en parle. Il y’a des puissances qui empêchent d’approcher les lieux sacrés. Pour prendre les pyramides du Congo en photo et même les approcher, cela ne dépend pas de ma volonté, il arrive qu’on ne retrouve plus la route qui mène à ces endroits, il faut que les êtres supérieurs l’autorise. Cela semble incroyable pour certains, mais quand on vit ces choses, ça dépasse l’entendement. Les monticules que vous voyez sont très nombreuses. Ça s’étend sur une très grande surface. On a la chaire de poule face à ces monuments. Nos paysans savent ces choses, ils connaissent ces endroits, leur sens et certains initiés savent le mystère de ces lieux. Il y’a des choses qu’on ne voit que si vous avez la pureté de les voir.
 
Allez au Congo, cessez de chercher les minerais et autres richesses, si vos intentions sont bonnes et innocentes vous verrez le beau Congo dans ses plusieurs facettes.
 
Il est grand, il est extraordinaire, là-bas aucune place pour la convoitise. Exercez vous à la méditation et à la purification, exercez vous à ne pas commettre des fautes chaque jour, et on arrive à ne plus avoir besoin de son corps physique, on voyage dans toutes les dimensions et dans le temps, on accède à l’autre dimension. N’ayez pas peur, rien ne peu arriver à l’innocent, il est juste terrorisé par la douleur de son corps matériel, ce n’est qu’une matérialisation , au delà commence la réalité, tout ce en quoi nous croyons n’est qu’illusion.
 
@(réaction d'un témoin du lieu Jka Jka)...
 
Comme quoi, la contrée de la fameuse BASSE ÉGYPTE (Kongo) se confirme davantage avec ses Pyramides que les historiens s'arrangent de taire leur découverte ou peut-être n'en savent pas? . 
 
Que les dirigeants de ce beau pays "paradisiaque" protègent ce lieu avec fermeté! Cela pourrait servir au tourisme! L'endroit risque de surprendre vers les jours à venir par ces découvertes de choses jalousement gardées dans ces pyramides d'une rare beauté!
 
 
MENTEZ MENTEZ, IL EN RESTERA TOUJOURS QUELQUE CHOSE....
 
 
La rédaction
AMMAFRICA WORLD

29/04/2019
0 Poster un commentaire

Mémoire Colonial: Qui était Moullaert Bandalungwa?

Qui était Moulaert Bandalungwa MOULAERT. 

download.jpg
 
Origine du nom d'un quartier dans la commune de BANDALUNGWA à Kinshasa. George Moulaert a écrit au moins six livres qui parle généralement du Congo-Kinshasa.
 
 

Pourquoi Bandalungwa         MOULAERT.         MOULAERT- Georges, Général Major Honoraire, Vice-Gouverneur Général Honoraire du Congo belge (Né à Bruges, 19 mai 1875 – décédé à Bruxelles, 17 septembre 1958).

 

Entré à l’Ecole Militaire à l’âge de 17 ans, Georges Moulaert y fait de brillantes études et sort de l’école d’application (58epromotion d’artillerie et génie) avec le grade de sous-lieutenant du génie en 1897.

Il est lieutenant aux Pontonniers et Torpilleurs en octobre 1901 quand il offre ses services à l’Etat Indépendant du Congo.

 

Parti en janvier 1902 au Congo comme lieutenant de la Force Publique , il est détaché au fort de Shinkakasa, achève les travaux de cet important ouvrage destiné à la défense du Bas-Congo et élabore des plans complémentaires au cours d’un congé en 1905.

 

Il s’attache au début de sa carrière à d’autres activités, notamment des expériences de télégraphie sans fil et participe en 1903 à la mission de délimitation de la frontière au nord de Manyanga.

 

En 1908, il est promu commissaire de district de première classe, en 1909 commandant du génie, en 1910 commissaire général.

 

De 1907 à 1915 Georges Moulaert, outre ses fonctions territoriales, assume la direction de la Marine du Haut-Congo ; son premier souci est d’assurer la sécurité de la navigation et dans ce but il crée un embryon de service de balisage et de service hydrographique.

 

Il développe la flotte, équipe le chantier de Léopoldville, organise les postes à bois.

 

Il préconise la coordination des moyens de transport, idée de laquelle naîtront successivement la Sonatra , l’Unatra et, en 1935, l’Otraco. Dès le début, de sa carrière coloniale, Georges Moulaert s’était rendu compte que « la politique des voies de communications reste le pivot de la politique coloniale ».

 

Dès cette époque aussi Georges Moulaert a jeté les fondements du grand Léopoldville. En 1911 déjà, il demandait le déplacement du port de Léopoldville, trop proche des Rapides et sans possibilité d’extension, vers l’amont dans la plaine de Kinshasa. Vingt ans plus tard, le port public fut déplacé à l’endroit préconisé.

 

En 1914, Georges Moulaert se trouve à la tête de la Marine du Haut-Congo qui participe aux opérations contre le Cameroun ; au début de 1916 le Gouvernement Belge le désigne pour prendre le commandement du groupe II sur le Tanganika, avec le grade de lieutenant-colonel. Dès son arrivée, il crée à proximité de l’embouchure de la Lukuga , une cale de lancement et un embryon de port capable d’abriter la modeste flottille qui remportera la victoire du Tanganika. Ce sera le noyau de la future Albertville.

 

En juin 1917, il rentre en France et assume le commandement du 1er bataillon du 5e régiment du génie qui prend une part active à la préparation de l’offensive de la forêt d’Houthulst. Le 20 août, étant au front de l’Yser, il reçoit notification de sa nomination au poste de vice-gouverneur général de la province de l’Equateur ; en novembre 1917 il se rembarque pour le Congo.

 

Aussitôt arrivé à Coquilhatville, Moulaert s’attaque à l’organisation administrative, à l’aménagement des centres urbains, à l’exploitation des richesses naturelles.

 

Il visite successivement tous les centres de la province et essaie de résoudre les nombreux problèmes qui se présentent. Malheureusement, ses initiatives sont bridées par l’esprit centralisateur et bureaucratique auquel il se heurte ; c’est pourquoi, en 1919 il quitte le Congo sans attendre la réunion du Conseil du Gouvernement, estimant que les gouverneurs de province n’y avaient pas la place ni l’influence revenant à leurs fonctions.

 

A partir de ce moment, Georges Moulaert consacre son activité à diverses entreprises industrielles congolaises.

 

Fin décembre 1919, il se voit confier par le ministre des colonies, Louis Franck, les destinées  des mines domaniales de Kilo et de Moto. Ces mines sont situées dans un pays aux trois quarts en dissidence, dépourvu de voies de communications ; le mode d’exploitation est des plus primitif.

 

Sous l’impulsion de Georges Moulaert, la Régie s’attaque à résoudre les problèmes urgents qui se posent : les routes, les transports, le ravitaillement et les cultures, la prospection et les recherches, les installations.

 

L’effort principal se porte sur l’équipement routier et sur la construction d’une centrale hydro-électrique à Soleniana, inaugurée en 1924, d’une puissance globale de 1500 CV.

 

En quatre années, soit de 1920 à 1924, la suppression du portage est réalisée et la Régie a construit 828 km de routes, placé de nombreux ponts métalliques, posé 345 km de lignes télégraphiques et téléphoniques, réalisé la centrale hydro-électrique de Soleniana, électrifié l’usine de broyage, développé le service médical et les prospections, amélioré l’exploitation des alluvions et des gisements éluvionnaires. Les buts que Georges Moulaert s’était assigné sont atteints ou en bonne voie.

 

En 1924, au retour d’un voyage d’inspection Georges Moulaert traverse le Congo pour prendre le bateau à Matadi ; ce long voyage lui permet de constater la carence des transports du Haut-Congo et la crise sévissant sur le chemin de fer de Matadi à Léopoldville. Pendant cette crise des transports du Bas-Congo, la voie du Nil reliée à l’Uele grâce à la Régie , permit l’exportation du coton, du café et des produits de cette région.

 

Rentré à Bruxelles, Georges Moulaert est désigné comme secrétaire général d’une commission chargée de l’examen de l’ensemble des transports de la Colonie. Il publie à cette occasion dans l’Echo de la Bourse un article fort remarqué, qui analyse les causes lointaines de la crise.

 

En 1926, la Régie industrielle des Mines d’Or de Kilo-Moto est transformée en société congolaise à responsabilité limitée ; Georges Moulaert en est nommé président du comité de direction.

 

De nouvelles centrales sont construites, la situation des travailleurs grandement améliorée, le développement industriel poursuivi.

Georges Moulaert présidera aux destinées de cette société jusqu’en 1947.

 

Le 5 septembre 1928, il participe à la fondation de la S.A. Chantier Naval et Industriel du Congo (devenu CHANIC en 1958) et il siégera au conseil d’administration et au comité de direction de cette société jusqu’en 1958.

 

Le 1er février 1929 Georges Moulaert participe à la fondation de la société Symaf où il est désigné comme président du conseil d’administration. Le 29 janvier 1932, il est parmi les fondateurs de la Société Symétain dont il assumera la présidence à partir du 25 novembre 1937 et il restera dans ces deux conseils d’administration jusqu’à son décès.

 

En 1935, Georges Moulaert visite Kalima qui est au début de son exploitation minière ; la route Kindu-Kalima est à peine ouverte, le lotissement de la localité est médiocre, les avenues très étroites. Georges Moulaert dresse un programme de construction de bureaux, maisons, hôpital, camps de travailleurs, etc…

 

Cette année 1935 voit la fin de la crise économique et le réveil du Congo.

 

De 1937 à 1954 Georges Moulaert fut administrateur du Crédit Général du Congo, devenu en novembre 1948 la Compagnie Financière Africaine. Il resta conseiller de cette société jusqu’à son décès.

 

Le général Moulaert occupa en outre des fonctions actives dans d’autres entreprises : président des sociétés Sogaz, Utexléo, vice président de Tissaco, minière et géologique du Zambèze, administrateur de Socotex, administrateur puis administrateur honoraire de la Compagnie du Congo pour le Commerce et l’Industrie et de la Compagnie des Produits et des Frigorifères du Congo. De 1934 à 1938, il fut aussi président de l’Association des Intérêts coloniaux belges.

 

Membre de l’Institut Royal Colonial (actuellement Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer) depuis la fondation de cette Académie il en assuma la présidence en 1943.

 

Durant toute sa carrière coloniale, exceptionnellement longue et féconde, Georges Moulaert n’a cessé de lutter pour tout ce qui touche aux problèmes coloniaux : politique indigène, sociale, industrielle. Il s’intéressa particulièrement aux transports car pour lui « communiquer et transporter c’est coloniser ».

 

Il ne perdit jamais de vue les implications humaines de l’action militaire, administrative ou économique. Ses instructions pour les officiers (1917) « pour conduire les soldats il faut avant tout les comprendre » font écho à la circulaire concernant la politique générale (Coquilhatville janvier 1918) : « pour mettre en valeur cette grande richesse que constitue la population, il faut avant tout améliorer les conditions de vie ».

 

Auteur de nombreux articles et études traitant de questions de l’actualité coloniale, il collabora assidûment à l’Echo de la Bourse et au Face à main.

Parmi ses nombreuses publications quatre évoquent les problèmes qui furent ses centres d’intérêt : en 1934,Campagne du Tanganyka ; en 1938, Problèmes coloniaux d’hier et d’aujourd’hui38 années d’activité coloniale ; en 1948, Souvenirs d’Afrique ; enfin, en 1950, Vingt ans à Kilo-Moto.

 

Photo du général Georges Moulaert, pourvue par Dom Munsiensi.

 

@LegrandPuati Mboka Mosika
 

27/04/2019
0 Poster un commentaire

La Diaspora Congolaise est-elle un freinage pour le développement de son pays?

La Diaspora Congolaise est-elle un freinage pour son pays ?: Un jeune congolais libre penseur nous fait son analyse...

0000000acongo.JPG

 

 

J'ai beaucoup de respect pour notre diaspora, la diaspora congolaise/RDC. Pendant toute cette période de vaches maigres que le Congo et les congolais ont traversée, la diaspora s'est montrée et se montre jusqu'à présent un sauveur des congolais présents au pays qui vivent la précarité financière, le choc dur du gouvernement congolais, le désespoir de croire que la vie au Congo serait une fatalité. Cette diaspora mérite un coup de chapeau pour son réconfort. Cependant, je deviens de plus en plus anxieux pour cette diaspora. J'ai diagnostiqué après plusieurs observations que la diaspora congolaise dans son ensemble devient un frein pour le développement de son pays, les congolais de la Diaspora n’ont pas de position fixe, ils ne parlent pas d’une même voix pour le bien de la RDC.

 

Rétrospective historique La démocratie dans une nation, c'est aussi la concertation entre toutes les forces politiques en vue de trouver des solutions aux problèmes qui enlisent le bon déroulement d'un pays. Ça s'appelle la concertation ou cohésion nationale. Nous sommes en 2013. Le Bras de fer persiste entre le gouvernement congolais et les congolais de l'intérieur, y compris ceux de la Diaspora. La partie Est du pays est secouée en son sein par les forces armées extérieures, l'armée congolaise FARDC se sent fragilisée, difficile pour eux de repousser les ennemis, le pays de KIMBANGU risque sa balkanisation.

 

Le président Joseph Kabila convoque manu militari une concertation national entres congolais pour trouver prioritairement les solutions liées aux problèmes de la paix à l'est du pays, les solutions liées aux problèmes du non développement interne de la nation. Le parti monstre d'Étienne tshisekedi riposte ceci: « Nous irons à cette concertation si et seulement si la question sur la vérité des urnes des élections de 2011 est inscrite dans l'ordre des sujets à débattre. Aussi, faisons appel à la communauté internationale comme médiateur de nos discussions". De l'autre côté de la diaspora, ça résonne plusieurs voix discordantes. Ce qui crée la division par deux. Les uns taisent la réalité d'une cohésion national. Ils sont attachés aux instructions de leurs groupements politiques. Pas question de parler d'une concertation nationale. Les autres estiment nécessaires d'y aller. REX Kazadi, un congolais résistant de la France qui avait soutenu la candidature d' Etienne tshisekedi aux élections de 2011 sera qualifié de "Colabo", pour avoir tout simplement répondu Oui aux concertations. Si on a toujours l'habitude d'attendre le oui de tout le monde pour faire quelque chose, on ne le fera pas. Le gouvernement ira finalement aux concertations tenues à Kinshasa (RD.Congo) du 07 septembre au 05 novembre avec les différentes parties prenantes qui étaient d'accord. Ces concertations avaient produit 679 recommandations dont 100, jugées « prioritaires. » Issue de sorti pour la diaspora Parmi les résolutions prises dans cette concertation, une résolution sera adoptée, « la diaspora puisse prendre droit au vote ». Ceci avait fait couler beaucoup d'encre et de salive. Ceux là qui s'alliaient derrière honoré Ngbanda d'APARECO vont vinaigrer les avis de tout le monde. Pour eux, pas question d'aller aux élections dans un pays occupé. Le président lui même est un rwandais, on doit d'abord lui chasser du pays. Cette attitude réactionnaire qui avait tendance à susciter des tensions dans les pays étrangers va faire reculer le gouvernement, cette offre peut être bénéfique pour la diaspora va s'envoler. Imbroglio incompréhensible Je ne sais pas aujourd'hui quoi dire de notre diaspora. Nous, congolais de l'étranger avons un grand rôle à jouer pour amener notre pays à sa réussite. Aujourd'hui l'histoire ne fait que se répéter. Il n'y a pas de chose nouvelle, il n'y a que de la confusion sur confusion qui nous amène à une impasse. Certains de nos compatriotes de l'UDPS qui avaient accusé le président Kabila de rwandais, acceptent aujourd'hui de travailler avec lui et son FCC comme congolais. Est-ce que l'appellation rwandais, était-elle un prétexte pour arriver au pouvoir ? Ceux de l'APARECO d'honoré NGBANDA campent jusqu'à présent sur leurs positions. Il faut chasser Kabila de la RDC. C'est lui le problème, c'est un rwandais. Les autres de la diaspora se rallient aujourd'hui derrière Martin FAYULU. Ils considèrent que Félix Tshisekedi n'avait pas pas gagné les élections, il est arrivé au sommet par le biais d'un accord entre lui et Joseph Kabila. On voit aujourd'hui Martin fayulu faire presque le tour du monde, pour réclamer la vérité des urnes. Pour lui, le pouvoir du peuple a été volé. Par conséquent, c'est lui le véritable président. Ça devient un gag pour moi, de voir que FAYULU vient réclamer une vérité des urnes chez ceux là qui n’ont pas voté. Disons les choses telles qu'elles sont. Une vérité légitime doit se réclamer naturellement chez les légitimes c’est-à-dire ceux qui ont voté, et non à ceux qui n’ont pas eu droit au vote. Est ce bien une vérité que vient chercher le soldat du peuple ou un dialogue pour le pouvoir avec les impérialistes?

 

Quelle position doit prendre la diaspora ?

 

 

 

Ben BUEME

Libre Penseur 

 

AMMAFRICA WORLD


21/04/2019
3 Poster un commentaire

CONGO BELGE:Un mercenaire Belge s'empare de Bukavu et se proclame Président

Le 5 juillet 1967, le mercenaire belge Jean Schramme, s'empare de la ville de Bukavu et se proclame président de la République démocratique du Congo  

 

14-copie-copie-2-4-copie-3--8.jpg

 

Le 5 juillet 1967, le mercenaire belge Jean Schramme, secondé par son compère français Bob Denard, s'empare de la ville de Bukavu. Et se proclame, pour paraphraser Mobutu, «pince-sans-rire, président de la République démocratique du Congo» Il va résister jusqu'au 5 novembre de la même année avant de se retirer au Rwanda.   

 

 

Le Colonel Schramme et la guerre de Bukavu 1967

 

11044616-532477666894337-2719250543087957447-o-copie-49.jpg

 

 Jean Schramme (25 mars 1929, Bruges, Belgique-14 décembre 1988, Rondonopolis, Brésil) était un chef de mercenaires belge.    Naissance à Bruges, en 1929, sous le signe des Poissons. Fils cadet d'une famille honorablement connue dans la ville. Profession du père: avocat. Hobby: le scoutisme. Signe distinctif: parfait bilingue. Début d'une biographie linéaire et sans histoire? Voire. A dix-huit ans à peine, le virus de l'aventure, qui l'a saisi au fil de ses longues heures de lecture solitaire de récits de voyages, le pousse, avec l'appui de ses parents, à tenter la «grande expérience coloniale». Et, sitôt le pied mis sur le continent africain, ce sera le coup de foudre: «Voici ma patrie», dira-t-il à ses amis lorsqu'il gagne la province orientale du Congo pour y entrer au service d'un négociant en café et en caoutchouc, Joseph Dobbelaere, originaire lui aussi de la Venise du Nord. Il ne quitte pas le Congo lors de l'indépendance du pays, en 1960. Il s'implique dans les guerres civiles du Congo, avec l'aide de ses miliciens, et abandonne sa plantation.  Ainsi, en 1967, il participe au coup d'état de Moïse Tshombé contre Mobutu, en collaboration avec les mercenaires de Bob Denard. Le putsch est un désastre, les populations de Kinshassa restant fidèles au président. Schramme, qui a rang de colonel dans l'armée kantangaise, fait retraite vers l'Est, à Stanleyville (aujourd'hui Kisangani), puis vers Bukavu, à la frontière rwandaise, qu'il occupe le 10 août. Là, son armée composée de cent vingt-trois mercenaires et de six cents gendarmes katangais affronte du 29 octobre au 5 novembre 1967 les troupes de l'Armée nationale congolaise, vingt fois supérieure en nombre. Pliant sous le nombre, manquant de munitions, trahie par Denard, épaulée par des soldats katangais complètement épuisés, l'armée de Schramme se replie au Rwanda où elle est démobilisée.  À partir de ce moment, l'itinéraire personnel entre de plain-pied dans les chaos de l'histoire. Et la légende, souvent, vient brouiller les pistes de la réalité. Recruté pour défendre le régime sécessionniste, le «léopard», comme l'ont surnommé ses hommes, devient instructeur dans l'armée katangaise. Sous-lieutenant, il se distingue particulièrement dans la guerre de mouvement. Spécialité: l'aptitude à tenir tête à des forces largement supérieures en nombre. Elle lui sera utile plus tard...   L'offensive Léopard L'échec de la première tentative katangaise l'oblige toutefois à se replier sur l'Angola. Mais il ne renonce pas: avec de soi-disant «volontaires internationaux», il reforme une mini-armée et, lorsque Tshombé devient Premier ministre du Congo en 1964, il prend la tête d'un «bataillon Léopard», conglomérat de gendarmes katangais et de mercenaires européens. Fort de cette troupe d'élite chargée de réprimer les rébellions les plus graves, il «pacifie» les régions de Manono, Kongolo et Kabambare, avant, objectif suprême, de reconquérir «sa» province du Maniéma. Investi d'un prestige immense, il s'y arroge aussitôt la totalité des pouvoirs, militaire et civil. La chute de Tshombe et la montée en puissance de Mobutu vont bientôt mettre un frein à cette course à la gloire. Trahi par un autre spécialiste du mercenariat, le Français Bob Denard, avec lequel il a conclu une alliance de circonstance, Schramme, par reculs successifs, est bientôt acculé, avec moins d'un millier d'hommes, à Bukavu, sur la frontière burundaise. Face à l'armée congolaise déchaînée, appuyée de surcroît par des avions de chasse de fabrication américaine, il y tient un siège sans espoir. A un contre cent, la lutte se prolonge pendant plus de trois mois. Elle s'achève en déroute lorsqu'il évacue le reste de son «bataillon» vers le Burundi.   L'«affaire Quintin» L'héroïsme abstrait de la lutte, cher aux amateurs d'épopées manichéennes, ne résiste toutefois pas aux dérapages individuels concrets. Car Jean Schramme, au cours de cette période troublée, s'est mué en meurtrier. En mai 1967, il reçoit, dans son poste de Yumbi, la visite d'un homme d'affaires tournaisien, Maurice Quintin. Qui se présente comme un émissaire de Moïse Tshombe. Faux, rétorque son hôte, qui y voit plutôt un agent provocateur envoyé par Mobutu. Bientôt, une mauvaise «querelle d'ivrognes» entre les deux hommes tourne mal: Schramme abat son interlocuteur d'un coup de fusil, puis ordonne à l'un de ses adjoints de l'achever avant de jeter le cadavre dans une rivière infestée de crocodiles. Episode tragique, de peu de poids peut-être au milieu des exactions commises dans les affres de la décolonisation, mais qui, même s'il est encore loin de s'en douter alors, le poursuivra des années plus tard jusqu'au bout de sa cavale éperdue..   En 1967, Schramme et Bob Denard attaquent l’Est du Congo 30 juin 1967 : le monde entier apprend avec stupéfaction l’enlèvement spectaculaire de l’ancien sécessionniste Moïse Kapend-Tshombe. Pris de panique au Congo, ses amis mercenaires, Schramme et Bob Denard, associés aux ex-gendarmes katangais, réagissent. Très rapidement, ils attaquent simultanément Kisangani, Kindu et Bukavu qu’ils vont occuper durant près de quatre mois.    En juillet 1967, au terme d'une sanglante odyssée à travers le Congo ex-Belge, les mercenaires de Jean Schramme se sont enfermés dans Bukavu. Bukavu ? Une sorte de Hollywood africain au bord d'un lac indéfiniment bleu. Des maisons somptueuses, entourées de parcs à la française, servent de campement à 123 mercenaires blancs et 600 gendarmes katangais. Des caves pleines de champagne et de whisky, des magasins bourrés de provisions, quatre banques aux coffres bien remplis fournissent aux besoins de l'intendance.   Échec à Kisangani   Après l’enlèvement de Tshombe en Espagne, ses amis sont en désarroi. Ils vont agir vite pour le sauver. Il faudra renverser le nouveau pouvoir du généralMobutu, quitte à improviser. Une semaine après ce rapt mémorable, va éclater, à Kisangani, la révolte des mercenaires. Ils sont dirigés Par Jean Schramme, le Belge et Bob Denard, le Français. Schramme commandait des mercenaires, des ex-gendarmes katangais et quelques ex-rebelles Simba ralliés à l’ANC. Bob Denard dirigeait le 6ème commando composé de la même manière. Déjà, au mois de juin 1967, Denard avait averti Schramme que le Haut-Commandement de l’ANC se préparait à dissoudre ses unités pour les fondre dans l’Armée nationale. Cela allait compromettre leur avenir personnel, mais aussi toute reconquête du pouvoir par Tshombe. Tous ces mercenaires n’avaient pas rompu leurs liens avec Tshombe, malgré son exil. Dans le courant juin 1967, il avait déjà été convenu que les mercenaires puissent attaquer. Venant de Umbi vers le Sud-Est, Schramme devait attaquer Kisangani pour y rejoindre Denard. Une aide extérieure, venant de l’Angola, leur était déjà assurée pour attaquer par la suite le Katanga. Le mercenaire sud-africain Puren, commissionnaire en matériel de guerre, leur avait aussi garanti une puissante aide aérienne, qui clouerait au sol les unités de l’ANC ; et aussi de leur amener dès la prise de la ville, 200 volontaires rhodésiens (zimbabwéens). Au lever du soleil du 5 juillet 1970, le 10ème commando de Schramme attaque et atteint Kisangani par la rive droite. Ils ouvrent un feu nourri sur le camp Ketele abritant une partie de la garnison de l’ANC. Les soldats de l’Armée régulière, réunis pour le salut au drapeau, vont compter beaucoup de morts. En frappant ainsi par surprise, Schramme comptait sur la débandade de l’ANC : il se trompe. L’ANC n’est plus celle qui, en 1964, fuyait et détalait piteusement devant les rebelles. La contre offensive de l’ANC est violente, précise et professionnelle : Schramme décroche. Il a perdu beaucoup d’hommes et de véhicules. Il se replie alors vers le centre ville et vers l’aéroport toujours tenu par les hommes de Bob Denard qui, jusque là, n’ont pas réagi pour leur venir en aide. Denard paraît manger aux deux râteliers : Mobutu et Tshombe. Schramme va le rencontrer, fuyant dans sa Jeep vers Lubutu. Les deux hommes se résolvent de repartir à l’attaque sur Kisangani, où les hommes de Bob Denard se battront cette-fois plus sérieusement à l’aéroport. Là, Denard sera blessé à la nuque. Il est paralysé de deux jambes. C’est, étendu sur une civière, qu’il donne les ordres. Puis il gagne la Rhodésie (Zimbabwe) le 7 juillet en DC3 avec les autres blessés, en laissant tous les hommes valides à Schramme. Depuis lors, jusqu’à ce jour, Bob Denard en a gardé les séquelles en boitant. Tous les mercenaires restés sont intensément harcelés et bousculés violemment par l’ANC. Finalement, Schramme échoue dans sa prise de Kisangani.   Lors de l'évacuation de Stan, le 12 juillet 1967, Schramme réquisitionna sept camions à la brasserie Stanor pour renforcer son charroi dont une partie avait été détruite à coups de mortiers près du camp Ketele par l'ANC. Après la réoccupation de Stan par l'ANC, le directeur de Stanor fut arrêté et battu comme plâtre alors qu'il n'en pouvait rien. Le 8 août, Schramme se dirigea vers Bukavu et les sept camions de Stanor furent du convoi. Cette photo a été prise lors de l'arrivée dans le chef-lieu du Kivu le 8 août 1967. Photo du "Patriote Illustré" de août 1967. (Source : Jean-Pierre SONCK)    Occupation de Bukavu Le commandant mercenaire Hendriechs qui devait prendre Kindu, échoue face à la forte résistance de l’ANC. Il décroche et se replie. Seule réussite du plan des mercenaires, le commando dirigé par Noël s’empare de Bukavu dès le 5 juillet, en attaquant par surprise le camp Saïo où beaucoup de Congolais (civils et militaires) furent massacrés. Très vite, Noël et ses hommes vont laisser Bukavu à l’ANC, pour aller secourir Schramme. Les deux hommes se rencontrent en cours de route et remontent sur Bukavu qu’ils attaquent et occupent le 7 août. L’ANC fait le siège de Bukavu avec des C130 prêtés par Washington, des renforts et des avions T28, pilotés soit par des Congolais fraîchement formés soit par des Cubains anticastristes. Les mercenaires contre attaquent avec succès. Pire, un T28 de l’ANC, tire par erreur sur des militaires congolais, en plus, deux avions congolais se perdent. La démoralisation qui se répand dans l’ANC provoque des mutineries et même des ralliements aux mercenaires. Heureusement, l’ANC s’obstine et se requinque par des renforts dotés d’un punch particulier. La plupart de ces jeunes soldats étaient formés au centre d’entraînement commandos (CECODO) à Kota-Koli que dirigeait un vieux commando belge, le major Gaston Bebrone. Ancien mercenaire, ce copain de Bob Denard avait rejoint Mobutu, alors que les autres embrasaient l’Est du Congo. J’ai personnellement connu, longtemps après, en 1982 ce vieux baroudeur Bebrone quand j’étais incorporé au sein des Forces armées zaïroises avec d’autres étudiants meneurs des manifestations sur le campus, deux semaines avant la création de l’UDPS par les 13 parlementaires. Nous y avions retrouvé quelques militaires ayant participé à l’épopée de Bukavu. Ils avaient ramené comme butin de guerre le poignard de Schramme. Ce poignard sera incrusté au-dessus de la tombe du colonel Tshibangu écrasé dans sa voiture en 1977 vers le Mont-Ngaliema, après la guerre du Shaba. Feu colonel Tshibangu, qui fut commandant du CECODO au début des années 70, avait participé aussi au siège de Bukavu en 1967, où, avec d’autres, ils avaient contraint Schramme et ses hommes à fuir en catastrophe Bukavu le 3 novembre, vers le Rwanda.   Tractation à l'OUA Durant l’encerclement de Bukavu par l’ANC en août, se voulant y laver la piteuse image du Congo depuis l’indépendance, Mobutu mobilise des moyens colossaux pour donner un éclat particulier à l’événement. La cité de l’OUA est construite au Mont-Ngaliema. L’avenue OUA à Kintambo est construite. Le boulevard Lumumba est électrifié jusqu’à l’aéroport de N’djili. Mobutu compte sur la solidarité africaine pour réduire les mercenaires. Du fait, l’OUA votera une résolution pour aider le Congo à se débarrasser des mercenaires. Un comité spécial est institué pour obtenir le départ des mercenaires par tous les moyens de Bukavu. Présidé par le chef de l’Etat soudanais, Ismaël Azhri, il comprend les chefs d’Etat du Burundi (Michombero) et de l’Ethiopie (Empereur Hailé Selassie). Les tractations s’ouvrent entre ce comité et Jean Schramme. Il est prévu que, si les mercenaires n’acceptent pas de déguerpir, l’OUA usera de la force, en lançant contre eux une armée interafricaine. Mais s’ils acceptent de vider les lieux, ils pourraient gagner le Rwanda, et s’y réfugier sous la protection de ce pays, en attendant d’être évacués vers leurs pays respectifs par les soins de la Croix-Rouge internationale. Schramme accepte la proposition de l’OUA par l’entremise d’un médecin de Bukavu, Charles Schyns. Toutefois, il exige que ses combattants congolais puissent aussi bénéficier d’une protection internationale. Le Zambien Kenneth Kaunda s’offre alors pour accueillir chez lui les ex-gendarmes katangais comme réfugiés politiques.   Fuite au Rwanda Pendant toutes ces tractations, les combats se poursuivent à Bukavu. La pression est tellement forte, que Schramme et ses hommes n’attendent pas la mise au point du Plan de l’OUA et de la Croix-Rouge internationale. Ils seront contraints de fuir vers le Rwanda. Ils y déposent les armes le 3 novembre 1967 et seront accueillis par les autorités du Rwanda. Sous le contrôle de la Croix-Rouge. Là, à Cyangungu au Rwanda, il y aura 129 mercenaires et 2500 Katangais. Tous avec leurs familles. (Congo-autrement)

 

 

AMMAFRICA WORLD


13/03/2019
0 Poster un commentaire

Mémoire Messianique: La Grandeur de Simon KIMBANGU manifestée en Israël par son fils Diangenda Kuntima

Simon Kimbangu le sauveur de la race noire:

La mémoire occultée de Simon KIMBANGU et sa grandeur étouffée à travers les nations...

 

FB_IMG_1549979257877.jpg

 

Comme les africains ne lisent pas, ils demeurent inaptes intellectuellement pour découvrir des vérités qui leurs étaient cachées par peur de leur vrai éveil de conscience! Les BELGES sont les premiers témoins oculaires de vivre la grandeur de Mfumu KIMBANGU mais l'étouffèrent avec fermeté! Mais comme on le dit souvent: Mentez, Mentez, il en restera toujours quelque chose.... (...)Veux-tu me dire par là que JÉSUS n'était pas ressuscité?. Il me répondit par une question réponse bizarre: "L'aviez vous vu ressuscité en Afrique?. Alors, j'ai répliqué en lui disant que voulait dire tout ceci?. N'était qu'une blague ou quoi?. Mon ami, me dit-il, je suis de la tribu de Juda*. Tu as la chance de tomber sur un historien comme moi qui peut te parler en toute vérité! Après avoir observé quelques minutes de silence, il lâcha: Mon ami, TU CHERCHES LA VÉRITÉ?...Eh bien, la voici: *En 1961, dira-t-il, j'avais 12 ans, DIENGENDA KUNTIMA, le fils cadet de Simon KIMBANGU est venu faire du tourisme en ISRAËL, mon pays, avec une petite délégation de ses fidèles qui l'accompagnaient. Dès l'atterrissage, son avion fut encerclé par les éléments de nos forces terrestres qui étaient curieux de voir cet étrange personnage qui roulait les pieds sur notre sol. Il fut récupéré par l'armée et placé dans une résidence surveillée. C'est là qu'il reçut la visite du commandant suprême de nos forces armées. Celui-ci cherchait à connaître la vraie identité de la personne qui était en face de lui, car la présence du fils cadet du prophète Simon KIMBANGU en Israël n'était pas pour eux une coïncidence fortuite. Il était la solution à un phénomène de la nature qui commençait à poser des vrais problèmes au pays. Après des échanges de civilité et ayant eu la confirmation de ce qu'il cherchait, le chef des armées annonça à leur hôte que ça faisait 3 ans* qu'aucune goutte de pluie n'était tombée sur le pays. Les hommes et les animaux meurent. Mais Dieu t'a envoyé pour que tu mettes fin à cette calamité. Demande à TON PÈRE pour qu'il pleuve de nouveau et nous te relâcherons.(...) A son réveil, le lendemain matin, le téléphone de sa chambre commença à sonner. Pris de peur, il ne décrocha pas tout de suite. Quelques minutes plus tard et à sa grande surprise, il vit entrer le commandant des armées accompagné cette fois-ci du premier Ministre, tous les deux avec leurs habits mouillés*. En effet, ceux-ci prirent la route tous les deux sous la pluie battante qui tombait dans tout le pays. Arrivés à la résidence où était logée Papa Diangenda, ils s'exclamèrent: Ton voeu à été exaucé. Tu es le véritable fils du prophète. Nous avons des inondations partout il a plu toute la nuit (Après 3 ans sans pluie). (...)Sur ce, l'historien Hébreu me dit: Monsieur l'artiste, CHERCHE KIMBANGU EN AFRIQUE! Au lieu de perdre ton temps ici avec JÉSUS! Tu me donneras raison plus tard. Nous connaissons l'histoire de Simon KIMBANGU. Il est le TOUT PUISSANT parmi les Puissants. Lui, C'est un SAUVEUR UNIVERSEL!

 

 

Ce témoignage tiré du livre "KUKIELE" venant d'un artiste peintre Kongolais lors de son voyage touristique en ISRAËL où il entendra des vérités crues lui laissant ébahi au point de l'écrire dans un livre! Ce témoignage bref nous suffit pour comprendre que le nom de ce messie n'était qu'une farce mais avec TATA KIMBANGU, il y a du CONCRET et de la RÉALITÉ!!

 

AFRIKA, RETROUVE TON SAUVEUR QUI TE RESSEMBLE!

 

 

 

La Rédaction

AMMAFRICA WORLD


12/02/2019
0 Poster un commentaire

Mémoire Messianique: La Grandeur de Simon KIMBANGU manifestée en Israël par son fils Diangenda Kuntima

Simon Kimbangu le sauveur de la race noire: La mémoire occultée de Simon KIMBANGU et sa grandeur étouffée à travers les nations...

 

FB_IMG_1549979257877.jpg

 

Comme les africains ne lisent pas, ils demeurent inaptes intellectuellement pour découvrir des vérités qui leurs étaient cachées par peur de leur vrai éveil de conscience! Les BELGES sont les premiers témoins oculaires de vivre la grandeur de Mfumu KIMBANGU mais l'étouffèrent avec fermeté! Mais comme on le dit souvent: Mentez, Mentez, il en restera toujours quelque chose.... (...)Veux-tu me dire par là que JÉSUS n'était pas ressuscité?. Il me répondit par une question réponse bizarre: "L'aviez vous vu ressuscité en Afrique?. Alors, j'ai répliqué en lui disant que voulait dire tout ceci?. N'était qu'une blague ou quoi?. Mon ami, me dit-il, je suis de la tribu de Juda*. Tu as la chance de tomber sur un historien comme moi qui peut te parler en toute vérité! Après avoir observé quelques minutes de silence, il lâcha: Mon ami, TU CHERCHES LA VÉRITÉ?...Eh bien, la voici: *En 1961, dira-t-il, j'avais 12 ans, DIENGENDA KUNTIMA, le fils cadet de Simon KIMBANGU est venu faire du tourisme en ISRAËL, mon pays, avec une petite délégation de ses fidèles qui l'accompagnaient. Dès l'atterrissage, son avion fut encerclé par les éléments de nos forces terrestres qui étaient curieux de voir cet étrange personnage qui roulait les pieds sur notre sol. Il fut récupéré par l'armée et placé dans une résidence surveillée. C'est là qu'il reçut la visite du commandant suprême de nos forces armées. Celui-ci cherchait à connaître la vraie identité de la personne qui était en face de lui, car la présence du fils cadet du prophète Simon KIMBANGU en Israël n'était pas pour eux une coïncidence fortuite. Il était la solution à un phénomène de la nature qui commençait à poser des vrais problèmes au pays. Après des échanges de civilité et ayant eu la confirmation de ce qu'il cherchait, le chef des armées annonça à leur hôte que ça faisait 3 ans* qu'aucune goutte de pluie n'était tombée sur le pays. Les hommes et les animaux meurent. Mais Dieu t'a envoyé pour que tu mettes fin à cette calamité. Demande à TON PÈRE pour qu'il pleuve de nouveau et nous te relâcherons.(...) A son réveil, le lendemain matin, le téléphone de sa chambre commença à sonner. Pris de peur, il ne décrocha pas tout de suite. Quelques minutes plus tard et à sa grande surprise, il vit entrer le commandant des armées accompagné cette fois-ci du premier Ministre, tous les deux avec leurs habits mouillés*. En effet, ceux-ci prirent la route tous les deux sous la pluie battante qui tombait dans tout le pays. Arrivés à la résidence où était logée Papa Diangenda, ils s'exclamèrent: Ton voeu à été exaucé. Tu es le véritable fils du prophète. Nous avons des inondations partout il a plu toute la nuit (Après 3 ans sans pluie). (...)Sur ce, l'historien Hébreu me dit: Monsieur l'artiste, CHERCHE KIMBANGU EN AFRIQUE! Au lieu de perdre ton temps ici avec JÉSUS! Tu me donneras raison plus tard. Nous connaissons l'histoire de Simon KIMBANGU. Il est le TOUT PUISSANT parmi les Puissants. Lui, C'est un SAUVEUR UNIVERSEL!

 

 

Ce témoignage tiré du livre "KUKIELE" venant d'un artiste peintre Kongolais lors de son voyage touristique en ISRAËL où il entendra des vérités crues lui laissant ébahi au point de l'écrire dans un livre! Ce témoignage bref nous suffit pour comprendre que le nom de ce messie n'était qu'une farce mais avec TATA KIMBANGU, il y a du CONCRET et de la RÉALITÉ!!

 

AFRIKA, RETROUVE TON SAUVEUR QUI TE RESSEMBLE!

 

 

 

La Rédaction

AMMAFRICA WORLD


12/02/2019
4 Poster un commentaire

ELECTION EN RDC 2018: La mauvaise foi de l'opposition congolaise avec ses lobbies est démasquée!

ELECTIONS EN RDC : L'HISTOIRE SE RÉPÈTE AVEC LE MÊME MODUS OPERANDI DU PASSÉ!

La mauvaise foi de l'opposition congolaise en connivence avec leurs lobbies se démasque par les mêmes méthodes appliquées lors des précédentes élections! Comme quoi, ce n'est plus un "individu" que l'on vise, mais bien l'avenir de tout un pays! Et comme on ne retient pas les leçons du passé, malheureusement les mêmes causes sont entrain de produire les mêmes effets au regard silencieux de ceux qui sont avertis! On aurait pu s'en passer et laisser évoluer les choses telles qu'elles avancent, ne nous laissant plus le choix, nous sommes obligés aussi de fixer un regard vigilant de ce qui se passe en république démocratique du congo, surtout que monsieur KABILA n'est plus candidat, son dauphin lui, son plus grand malheur est surtout le fait qu'il soit désigné par lui!  Allons nous laisser agir ses gens sans mot dire? laisserions-nous ce pays entre les mains de ceux qui n'ont que de la politique, une idée de pillages avec les étrangers et ne se donnant pas la peine à ce que réellement reclame ce peuple?. Après avoir combattu d'arrache-pieds contre le pouvoir de Kabila pour réussir à lui mettre à l'écart de la course électorale (et cela malgré que ses voisins n'ont rien respecté sur la limitation des mandats présidentiels), ces individus insatiables au sang congolais qu'ils ont fait couler hier, et souffrant de la gloutonnerie du pouvoir pour la maintenance de la "haute finance" sur le sol congolais,ne désarment pas, quant à leur modus operandi visant à neutraliser économiquement ce pays! Une chose absurde que nous ne laisserons pas réussir leur plan! Si il y a un Dieu dans ce pays, il est plus que temps qu'il se reveille de son nid pour régler définitivement les comptes de chacun d'eux tous!  Se taire face à cette guerre masquée, frise une complicité suicidaire pour cette nation, au risque de retomber encore 60 ans en arrière!

 

Patriotes conscients, lévez vous et agissez!

 

ABAS L'IMPLICATION DES LOBBIES ÉTRANGERS SUR LES ELECTIONS EN RDC!! FGD

 

 
L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes sur scène
L’image contient peut-être : 4 personnes
 

La CENCO a pu observer 20% des bureaux de vote avec 40.000 observateurs payés par des contributions des gouvernements étasunien, Britannique et Belge + selon des sources chez l'UDPS, 40.000 smartphones envoyé par les financiers de Lamuka. Au moment que la CENI dit qu'ils n'ont encore pu compiler que 20% des votes, la CENCO raconte qu'ils savent déjà qui a gagné et que la CENI ferait mieux de donner le même nom que leur "gagnant".


Herman Cohen, lobbyiste pour le compte de Lamuka, et ancien diplomate étasunien, a le culot d'expliquer "la vraie signification de ce message de Cenco" sur son twitter :


" This is the church's subtle way of saying that Kabila's chosen heir, Ramazani Shadary, did not win."

 

En contraste avec toute cette arrogance et manoeuvres des forces néocoloniales, je vous mets l'analyse de Colette Braeckman dans Le Soir du 2 janvier, au moins elle écrit ce qu'elle entend et collecte d'informations sans compromis ou sans se soucier à qui cela plairait ou pas :

"À parcourir la ville, à écouter les informations qui viennent de l’intérieur du pays, un constat s’impose : des millions de Congolais ont voté pour le changement, mais ce vote s’est porté sur une opposition divisée, qui a échoué à proposer un candidat unique qui l’aurait sans doute emporté haut la main. Et surtout, ayant longtemps misé sur un nouveau report du scrutin, voire sur une « transition sans Kabila » ou un nouveau dialogue qui aurait remis tour le monde « autour de la table » sinon autour du gâteau, l’opposition a fini par être prise de court. Les moyens ont manqué, car les fonds de Moïse Katumbi, qui a largement soutenu Martin Fayulu ne sont pas inépuisables, pas plus que ceux de Jean-Pierre Bemba et les militants disponibles ont fait défaut également. Même si les observateurs étaient présents dans presque tous les bureaux de vote, les témoins des FCC, la coalition soutenant Shadary, étaient nettement plus nombreux et mieux pourvus, même sur le plan des indemnités journalières et des casse-croûte ! Or les PV produits par chaque bureau sont signés par les témoins des partis politiques qui doivent se mettre d’accord sur un comptage commun. En cas de contestation, seuls ces PV seront pris en compte et, avec un million de témoins à travers le pays, les FCC contrôlent sans aucun doute le processus de consolidation des votes. Quant aux observateurs, nationaux ou internationaux, s’ils sont nombreux et vigilants, ils n’ont cependant pas de force délibérative.

 

Autrement dit, même si elle a bénéficié du soutien d’un électorat acquis au changement, l’opposition s’est trouvée confrontée à la coalition de la majorité présidentielle organisée de longue date, avec l’efficacité d’une machine de guerre, présente sur tout le territoire. « Nous réalisons trop tard à quel point, comme le chat et la souris, nous avons peut-être été piégés, sans qu’il soit même nécessaire d’enfreindre la loi », murmure Frank, qui promet de retenir la leçon…

 

« Kinshasa, c’est un paquet de voix et la capitale a trouvé son leader (Fayulu) Mais elle ne représente pas tout le pays et les campagnes, que Shadary ratisse consciencieusement depuis des mois, pourraient réserver des surprises : cet homme, mieux que les politiciens de la ville, connaît la territoriale et il n’a rien laissé au hasard… »

 

voici encore une réponse de la CENI à toutes ces pressions et attaques à son indépendance : Corneille Nangaa : « arrêtez d’intimider la CENI »

 

(Voirl'article:https://zoom-eco.net/a-la-une/corneille-nangaa-arretez-dintimider-la-ceni/?fbclid=IwAR1W2_hfvbsEzAButeBhXirArTaQwUkBkKv_zA0UjNIjkIb7stnmmsAGFWs)

 

@Tony Busselen

 

AMMAFRICA WORLD

 

 


04/01/2019
0 Poster un commentaire

Dossier sur le Christianisme et leurs crimes à travers l'histoire

 Le christianisme est la religion la plus criminelle de l'Histoire

On fait rarement la liste des crimes commis par le christianisme au cours des 20 derniers siècles. La voici très succincte.

On fait rarement la liste des crimes commis par le christianisme au cours des 20 derniers siècles. La voici très succincte.

 

    1. L'antisémitisme. Les évangiles sont antisémites et le christianisme a été antisémite jusqu'au concile Vatican II à la suite de la Shoah. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

 

 

    1. L'esclavage. Le christianisme s'est appuyé sur la Bible pour justifier et pratiquer l'esclavage jusqu'à la condamnation du pape Grégoire XVI en 1839. Des millions de victimes. Durée: 19 siècles.

 

 

    1. Les déicides. Le christianisme a tué tous les dieux des autres religions sur toute la planète. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

 

    1. La guerre aux hérétiques. Dès Constantin, l'Église a éliminé tous les soi-disant hérétiques. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

 

    1. Les croisades. Des papes ont lancé les croisades, des agressions contre les musulmans. Des milliers de victimes. Durée: 2 siècles.

 

    1. Les guerres dites saintes. Le christianisme a fait de soi-disant guerres saintes aux Cathares, aux Albigeois, aux Vaudois. Des milliers de victimes. Durée: 1 siècle.

 

    1. L'Inquisition. Des papes ont institué l'Inquisition et la torture. Des dominicains ont été les inquisiteurs. Le christianisme a torturé et brûlé vif des milliers d'innocents. Durée: 6 siècles.

 

 

    1. La chasse aux sorcières. Le christianisme a torturé et brûlé vives environ 100 000 femmes. Durée: 2 siècles.

 

 

    1. Les guerres de religion. Les catholiques et les protestants se sont entretués par milliers, Durée: 2 siècles.

 

 

    1. La Grande Excommunication. Le pape et le patriarche ont excommunié tous les chrétiens de la planète pendant 911 ans. Le pape Paul 6 et le patriarche Athénagoras ont mis fin à cette horreur en 1965. Des millions de victimes. Durée: 9 siècles.

 

 

    1. Les deux colonialismes. Des Européens chrétiens sont responsables d'un colonialisme barbare en Amérique et d'un autre en Afrique. Des millions de victimes. Durée: 4 siècles.

 

 

    1. Les deux guerres mondiales. Des protestants et des catholiques ont été responsables de ces deux guerres barbares. 60 millions de victimes. Durée: un demi-siècle.

 

 

    1. Le massacre des Serbes. En 1941, des Croates catholiques ont exterminé sauvagement 400 000 Serbes orthodoxes.

 

 

    1. Le génocide du Rwanda. Des catholiques se sont entretués sauvagement. Un million de victimes. Durée: trois mois.

 

 

    1. Les menaces de l'enfer. Le christianisme a terrorisé des millions de chrétiens, surtout des enfants, avec ses menaces de l'enfer. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

 

 

    1. La misogynie. Le christianisme a méprisé et maltraité les femmes. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

 

 

    1. La pédophilie. Des prêtres ont violé des enfants et l'Église a protégé ces prêtres. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

 

 

    1. La persécution envers les homosexuels. Le christianisme a torturé et tué les homosexuels. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

 

 

    1. La canonisation d'assassins. Le christianisme a canonisé des centaines d'assassins. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

 

Les crimes actuels du christianisme

 

  1. 26 pays chrétiens pratiquent encore l'esclavage, surtout celui des enfants.
  2. L'Église protège toujours des prêtres accusés de pédophilie. Les papes Jean-Paul 2, Benoît 16 et François peuvent être accusés de crime contre l'humanité parce que la pédophilie est reconnue comme telle par l'ONU.
  3. L'interdiction du condom. Des milliers de femmes et d'enfants meurent du sida répandu par cette interdiction.
  4. L'interdiction de la contraception. Des milliers d'enfants sont mis au monde alors que les parents sont incapables de les nourrir, de les soigner, de les faire instruire. Certains d'entre eux finissent esclaves.

 

On pourrait encore allonger cette liste déjà suffisamment accablante. Ce sont des faits historiques indiscutables qui sont le prolongement criminel de la Bible.

 

 

 

@Huffingtonpost.ca

 

 

NB: UN MOT SUR LE CHRISTIANISME:

Le christianisme est apparu en l'an 30 de notre ère, à la mort de Jésus. A cette époque, l'hindouisme et le judaïsme existent déjà, le bouddhisme aussi tandis que l'Islam naîtra six siècles plus tard. Selon la tradition chrétienne, Jésus est le fils de la vierge Marie, l'épouse du charpentier Joseph. La région de la Palestine est alors occupée par les Romains qui croient en une multitude de dieux. Mais Jésus grandit dans la religion juive, qui elle, est monothéiste. Devenu adulte, il quitte la ville de Nazareth où il vivait et commence à enseigner la parole de Dieu dans les villages environnants.

 

 

 

AMMAFRICAWORLD


03/01/2019
0 Poster un commentaire

FLASH: Témoignage Kongo nde Israel bakoma na Bible!

KONGO LA TERRE SAINTE BIENTÔT SA RESTAURATION!

Que tous ceux qui ne comprennent pas le "lingala", l'une des langues nationales de la république démocratique du congo, nous venons par cet espace vous livrer un témoignage d'un frère congolais qui avait reçu le message sur la terre Kongo (RDC). Suivez son témoignage! Bientôt la délivrance de la RDC!


Suivez nous sur la. www.ammafricaworld.org

AMMAFRICA WORLD


18/12/2018
0 Poster un commentaire