AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

REPLIQUE A L'ABBE MBELU SUR SON ANALYSE ENTOURANT L'OPPOSITION DE L'ILE DE GOREE ET LE POUVOIR EN PLACE

L’Abbé Mbelu doit recadrer ses analyses :

Entre le pouvoir et l’opposition, qui est instrumentalisé par les impérialistes

Mbelu.jpg

Les spectacles sur la scène politique congolaise où le pouvoir ainsi que l’opposition appuyée par les ONG partisanes se produisent créent le débat sur qui, entre les deux genres de la classe politique cités, est instrumentalisé par les prédateurs impérialistes. Nombreux pensent que tous les deux sont sous les talons des impérialistes. Il y a un autre courant de pensées qui estime que c’est l’opposition radicale qui est instrumentalisée par le système impérialiste du monde pour se débarrasser d’un Joseph Kabila qui n’a pas collaboré au niveau voulu. Que révèle, somme toute, l’orthodoxie dans ce dossier afin que les Congolais sachent à quoi s’en tenir en fait de se positionner face aux interrogations et matières politiques de l’heure dans leur pays.

 

 

Le principe général de l’impérialisme

 

 

De nos connaissances en géopolitique, en impérialisme, en néocolonialisme et en géostratégie et prenant en compte les analyses de nombreux auteurs qui ont écrit sur le sujet, nous savons que les impérialistes veulent jouir de la part du lion dans les richesses des pays cibles ou tiers-mondistes. Pour y parvenir, ils instrumentalisent les leaders, notamment les animateurs des institutions clés comme la présidence, la Parlement, le gouvernement voire l’armée. Ils veulent des contrats léonins, autrement ils vont y accéder, soit en créant la guerre au nom de la géostratégie, soit carrément en initiant un coup d’Etat pour remplacer le leader résistant ou réfracteur par un autre plus malléable et donc soumis à leurs injonctions pour leur rassurer leurs intérêts tels qu’ils le veulent. Le leader insoumis aux oukases des impérialistes se fait combattre par toutes leurs armadas.

 

Les impérialistes dans leur grande majorité sont des ex-colonisateurs des pays du tiers-monde. Ils n’ont donné qu’une indépendance nominale à leurs ex-colonies. La domination à l’ancienne est alors remplacée par une mainmise subtile à travers les dirigeants tiers-mondistes inféodés à leurs causes. Ce sont les colonisateurs impérialistes qui acceptent ou s’impliquent pour que tel ou tel autre dirigeant passe au pouvoir. Les dirigeants des pays du tiers-monde se font démettre de leurs fonctions aussi par les mêmes impérialistes. Les dirigeants tiers-mondistes ont alors l’alternative entre servir les intérêts des impérialistes, sacrifiant leurs peuples, et résister à ceux-là en privilégiant leurs peuples. Quand les dirigeants du tiers-monde choisissent de servir les intérêts de leurs peuples, ils doivent s’attendre à toutes sortes d’assauts de la par des maîtres impérialistes.

 

Ceci dit, il sied de reconnaître que M’zee Kabila a été recruté par les impérialistes pour être à la tête de l’AFDL afin d’écrouler la citadelle de Mobutu. Qui dira que les recruteurs de M’zee Kabila ne connaissaient pas son passé et sa philosophie politique maoïste, apparentée au socialisme ? Qui dira que les impérialistes ne connaissaient pas le nationalisme de Laurent désiré Kabila ? Ils ont pensé que M’zee Kabila ne leur poserait pas de problème et que, le moment venu, ils le maitriseraient pour imposer leur homme à la tête de la RDC. Un plan que M’zee a déjoué en s’autoproclamant Président de la RDC avant la chute de Kinshasa en mai 1997. Le naturel lumumbiste de M’zee Kabila  lui est revenu au galop. Il a changé des lois économiques en RDC pour les rendre plus favorables aux Congolais. Le code minier en particulier a été changé. D’où l’exaspération des impérialistes qui ont ourdi son assassinat, l’exécutant en sous-main.

 

M’zee Kabila mort, le problème de sa succession se pose. Il est permis de croire que les impérialistes ont cru Joseph Kabila plus malléable et ont accepté qu’il succède à son père. Autre chose qui crédibilise mon affirmation, ce sont les décisions prises par Joseph Kabila peu après son accès au pouvoir. Il a changé le code minier qui est devenu plus favorable aux impérialistes. Mais, avait-il le choix dans un contexte où la RDC était bien étranglée dans leur étau ? Joseph Kabila a été nourri idéologiquement par son père dont il ne diffère que par les approches pour arriver au même résultat. Son père se servant de son franc-parler et de ses répliques directes, tandis que Joseph Kabila se montre plus rusé et parle peu. Jusqu’ici, il est admis universellement que les mystères planent sur sa vraie personnalité que les impérialistes ne maîtrisent pas.

 

On peut concéder que Joseph Kabila est arrivé au pouvoir avec le consentement des Occidentaux qui se sont beaucoup investis pour que les élections de 2006 réussissent. Tout autant, l’on doit reconnaître que c’est le peuple qui a voté Joseph Kabila. En quête des fonds pour réaliser les Cinq Chantiers, Joseph Kabila dut se résigner à tendre la main aux Chinois face aux Occidentaux chipoteurs. Ce que les Occidentaux ont vite mal digéré. Pourtant, Joseph Kabila ne cherchait que le bien de son pays.  C’est l’époque où Gauthier de Villier concède ce qui suit sur lui : « Entre 2001 – 2006, Kabila a instrumentalisé la dépendance dans laquelle il s’était de lui-même placé, en mettant les interventions extérieures au service de son maintien et de sa consolidation à la tête de l’Etat; avec la légitimité que lui ont conféré les élections, il s’emploie à s’émanciper du patronage de la C.I.A et se tourne vers la Chine et les BRICS sous le bouclier de la souveraineté ». 

 

Avec les manifestations du 19 au 21 janvier 2015, l’analyste belge et spécialiste de Grands Lacs, Tony Busselen, a dit : « Kabila, c’est juste l’inverse. Il préfère d’abord l’alliance avec l’Angola, l’Afrique du Sud et les pays de la SADC. Ensuite vient la Chine populaire. Les partenaires occidentaux sont les bienvenus, mais sur pied d’égalité comme tous les autres. Le gouvernement à Kinshasa construit une grande armée avec l’aide d’accords de coopération militaire bilatérale avec beaucoup de pays, parmi lesquels les pays occidentaux ne forment qu’une minorité. Le refus de mettre sous tutelle le sommet de l’armée congolaise, irrite beaucoup les experts occidentaux. Tout cela explique la méfiance profonde de la part de l’Occident envers Kabila et le traitement négatif de sa personne dans les médias... »

 

Tony Busselen avait aussi formulé une autre déclaration qui donne des lumières additionnelles. Répondant à la question « - En 2016, Joseph Kabila qui a succédé à son père assassiné en 2001 aura passé 15 ans à la tête de la RD Congo. Quel bilan faîtes-vous de la présidence de Kabila fils ? », le Belge confiera que « … Joseph Kabila a continué la ligne de son père en ce qui concerne l’appartenance et l’intensification des relations avec les pays d’Afrique australe dans la SADC. Et il a ouvert le pays aux économies émergentes, notamment la Chine qui est devenue le partenaire économique le plus important du pays. En même temps il enlève chaque prétexte aux Etats-Unis et à l’Union Européen de lancer une agression ouverte et il laisse la porte ouverte pour la coopération avec tout le monde… ».

 

Ndlr : http://www.michelcollon.info/Les-USA-ont-un-agenda-cache-en.html?lang=fr

 

Joseph Kabila a donc sagement montré au monde qu’il était un fin lumumbiste qui utilisait des méthodes sages pour arriver aux mêmes résultats que Lumumba ou son défunt père.

 

Le successeur de M’zee Kabila a eu à faire face aux nombreux coups d’Etats manqués et fait constamment l’objet d’attaques médiatiques au vitriol de la part des impérialistes (et certains acteurs politique en quête de positionnement).

 

De nombreux et crédibles analystes ont conclu que n’ayant pu déboulonner Joseph Kabila du pouvoir durant la fin de son second mandat, les impérialistes se sont résignés dans la longue expectative de la fin de son mandat pour se débarrasser de lui.

 

Aussi ne jurent-ils plus que par le respect de la Constitution actuelle qui limite à deux le nombre des mandats d’un chef de l’Etat en RDC. Pour de nombreux analystes, si Joseph Kabila ne se représente pas, l’opportunité leur sera donnée de caser leur marionnette à la tête de la RDC et qui sera l’un des opposants radicaux actuels au glissement de Joseph Kabila. Ils s’opposent aussi à toute révision constitutionnelle qui permettrait à ce dernier de rempiler. A s’en tenir à ces analystes, les impérialistes ont hâte de faire des affaires mielleuses, d’où leur impatience à voir Joseph Kabila quitter le pouvoir. C’est aussi la raison pour laquelle, ils tentent des initiatives pour réussir même son départ hâtif du pouvoir, sans exclure la possibilité de le garder pendant longtemps au s’il accepte de bien collaborer.

 

 

Le Front citoyen 2016

 

 

Nonobstant notre recadrage de la vérité historique sur Joseph Kabila, nous reconnaissons des vérités que l’Abbé Mbelu a dites, dans son analyse, sur le mensonge du front citoyen, sur le mode opératoire de l’Occident, sur la quête de l’oiseau rare,  sur la manipulation de l’opinion et sur ce que les Congolais doivent faire.

 

(Ndlr : http://kongolibre.over-blog.com/2015/12/front-citoyen-face-a-la-kabilie-comment-ces-deux-camps-travaillent-a-maintenir-le-congo-dans-l-occupation-et-la-sous-tutelle-exterie?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_linkedin&utm_campaign=_ob_share_auto).

 

Pour l’Abbé Mbelu, parlant de la supercherie du front citoyen, c’est un mensonge que de  conduire les Congolais à croire qu’ils ont affaire à Kabila présenté faussement comme acteur majeur de la tragédie congolaise.

 

« Le problème n’est pas d’ignorer l’Occident. Il s’agit de dire comment l’Occident procède-t-il pour défendre ses intérêts. Quand vous passez le mode opératoire de cet Occident, vous vous rendez compte que pour pouvoir défendre ses intérêts, il est disposé à détruire des pays.

 

Est-ce qu’il faut détruire des peuples, des pays, des cultures pour pouvoir défendre ses intérêts, ou est-ce qu’il y a moyen de jouer à visage découvert et de négocier ces intérêts dans le respect du droit humanitaire? », telle est la conviction de l’Abbé sur le mode opératoire de l’Occident.

 

Sur la quête de l’oiseau, on peut comprendre de l’analyse de l’Abbé que l’Occident impérialiste passe à la vitesse supérieure en RDC avec l’endoctrinement des Congolais à l’île de Gorée, suivi de la formation du Front citoyen 2016.

 

Aussi comprend-t-on facilement toutes ces manifestations sont prévues pour 2016.

A s’en tenir aux conclusions de l’Abbé sur la manipulation de l’opinion, «Nous sommes là face à un processus de la fabrication d’une révolution de couleur dont les Congolais ne sont pas les acteurs principaux…

L’opinion est fondée sur l’ignorance. Il y a beaucoup d’ignorance et une inculture crasse. Nos amis qui viennent de Dakar, et qui prennent la parole sur la place publique, induisent l’opinion en erreur… » 

Le prétendu oubli révélateur de Kabila

 

L’abbé Mbalu a pris à partie Joseph Kabila parce qu’il est allé inaugurer à Rutshuru un barrage construit avec le financement du fils de Warren Buffet, l’un des maîtres du système de prédation. Alors que dans son discours sur l’état de la nation du lundi 14 décembre 2015, le premier citoyen congolais avait déclaré que le salut du Congo ne viendrait pas de l’Occident, ….

 

Joseph Kabila est resté égal à lui-même, en allant inaugurer ce barrage, avec sa philosophie de mains tendues à tous les pays et personnalités qui peuvent apporter un plus à la RDC.

 

Le même Abbé a aussi, dans la chute de son article, écrit : « …Le problème n’est pas de rentrer frontalement en conflit avec les occidentaux. Le problème est d’échanger avec eux, en fonction des principes qu’ils sont supposés respecter. Qu’ils nous écoutent ou qu’ils ne nous écoutent pas, l’essentiel est que nous nous mettions ensemble autour de ce véritable débat, mais aussi que nous apprenions de plus en plus à diversifier les partenaires géostratégiques… ».

 

Cette sagesse suppose aussi que nous ne pouvons pas les stopper d’investir chez nous.

L’identification de l’adversaire

 

L’adversaire commun des Congolais est donc l’Occident impérialiste qui dresse les Congolais les uns contre les autres en fonctions de ses intérêt et qui brouille et fait sans cesse brouiller les débats politique, économique et social en RDC.

 

C’est ainsi que nous partageons l’analyse de l’Abbé quand il dit :

 

 « Et l’Occident a horreur de voir l’Afrique échapper à sa mainmise parce qu’il ne voudrait pas que le monde devienne multipolaire. Il tient à un monde atlantiste multipolaire. C’est là le débat de fond.

 

Les amis du Front Citoyen passent à côté de ce débat de fond pour blablater, parler de Kabila ou de la constitution. Pourtant le débat de fond ne porte pas sur Kabila ou la constitution, il porte sur nos terres, nos airs, nos eaux, sur le contrôle de nos ressources stratégiques. »

 

 

 

 

Reflexion d'Ammafrica world

 

Il faut dire que l'analyse de l'Abbé MBELU laisse plusieurs perplexe face à l'actuelle situation de la RDC! Les esprits épris de paix et de justice sauront bien en creuser pour ressortir le mystère de puzzle qui a toujours compliqué et troublé le peuple Congolais vivant à l'étranger avec leur combat soit disant patriotique "centré" sur l'individu KABILA, pendant qu'il sait fort bien que les enjeux sont plutôt ailleurs!

 

Ce Lumumba dont plusieurs exploite comme un tremplin politique avait une pensée politique, sociale et économique centrée sur le bien-être de la population Congolaise D'ABORD ensuite, une pensée "panafricanisme" pour l'unification de l'Afrique, sachant bien le rôle que jouerait dans l'avenir si proche ce grand pays au coeur de l'Afrique dont l'impérialisme Occidental empêche par tous les moyens de le faire émerger facilement!

 

Pourquoi ne pas dire ouvertement à cette bande des Congolais "Anti-Kabila" que leur vrai combat c'Est à ce niveau là? Car, l'homme kabila n'est qu'un humain qui partira en son temps, mais le pays restera toujours la cible de ses parrains Occidentaux!

 

Quelqu'un a pu déclarer en son temps ceci:

 

"Il n'est pas facile d'être le ZAIRE(aujourd'hui, la RDC)"...

 

Avez vous au moins raisonné de ce qu'il a voulu réellement dire?...

 

Quant à notre très cher Héros national incontesté de par le monde, Patrice Emery Lumumba, on lui attribue donc cette belle parole patriotique lorsqu'il déclare aussi en son temps:

 

"Lorsqu'on parle de LUMUMBA (médias occidentaux), sachez que ce n'est lumumba qui est visé, ni qui est le problème, mais c'est bien le KONGO"!

C'est qu'on vise encore à le déstabiliser et le mater comme toujours.....

 

Malheureusement par la complicité des ceux de nôtres, de ceux de vôtres qui se déclarent être des "Bana-mboka"(fils du pays) alors qu'ils sont devenus des experts en matière de Trahison!!!

 

 

 

 

 

 

AMMAFRICA WORLD

 



29/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1245 autres membres