AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

RDC VERS UN COUP D'ETAT CONSTITUTIONNEL?:L'ACCUSATION DE VITAL KAMERHE UN FAUX FUYANT CONTRE LE DIALOGUE?

RDC:L'OPPOSITION A TOUJOURS PARLE AU NOM DU PEUPLE

Lorsqu'on analyse bien les langages des opposants "Africains" ,ils ont souvent l'habitude de parler "au nom du peuple" mais lorsqu'on analyse à fond les avis de ce peuple,il y a bien différentes opinions par rapport même à cette constitution qui prive le peuple de la diaspora son droit légitime dans son article 10.

Beaucoup commencent à vouloir la démolition de cette constitution pour une nouvelle vision répondant au besoin de tous (peuple comme l'état de la nation). Svp, tenons compte de divers avis de ce peuple aussi!Et surtout laissez le peuple de réfléchir après avoir écouter toutes les tendances dans un esprit démocratique.


Le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe le 26/03/2015 au studio de Radio Okapi/Ph. John Bompengo
A peine qu'ils avancent vers le dialogue, il y a déjà des plaintes qui laissent à croire que l'évolution de ce fameux dialogue risque d'être inquiétante!
L'opposant Congolais (RDC) Mr. Vital Kamerhe, l'homme qui a fait la campagne musclée de Joseph Kabila en 2006, devenu l'un de son opposant farouche, car l'opposition en Afrique, signifie s'opposer à toute décision de la majorité même quand l'avenir du pays court un danger, on doit s'opposer!
Selon les propos recueillis sur la "radio Okapi", Mr. Kamerhe accuse donc son adversaire, autrefois ami de vouloir faire un "coup d'état constitutionnel"! Sans le fameux dialogue, comment arrive-t-il à conclure ainsi?.

@(Radiookapi)-À moins d’un an de la fin officielle de son mandat, le président de la RDC «veut faire un coup d’État constitutionnel», a affirmé dimanche 29 novembre l’opposant Vital Kamerhe, un ancien allié de Jospeh Kabila.

 

«En appelant à un nouveau système électoral, il veut faire passer le pays dans une nouvelle République», a déclaré à l’AFP le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC), le troisième parti de l'opposition à l'Assemblée nationale.

 

Selon M. Kamerhe, cette «nouvelle République» pourrait permettre au président Kabila de briguer un nouveau mandat, ce que la Constitution actuelle interdit.

Samedi, le chef de l’État a annoncé la tenue d’un «dialogue national» pour «donner une chance au processus électoral», sans préciser de date ni de lieu.

Estimant que « la capacité actuelle de mobilisation des recettes ne permettent pas » l’organisation de scrutin telle que prévue dans le budget de la commission électorale, M. Kabila s’est interrogé sur la possibilité « d’engager dès à présent une réflexion sur un système électoral avec des modalités de votes peu coûteuses comme c’est le cas dans d’autres pays ».

 

Jospeh Kabila « doit choisir entre son égo et le peuple congolais », a ajouté Vital Kamerhe, qui a été son directeur de campagne pour la présidentielle de 2006. 

Invité par Radio Okapi à commenter le discours du chef de l’État, le porte-parole de la Majorité présidentielle, Alain Atundu a déclaré que le dialogue n’avait pas pour objectif principal la prolongation du mandat présidentiel.

 

«Le président est dans son rôle. Il interpelle notre conscience en se disant, oui nous allons au dialogue mais l’objectif principal ce n’est pas la prolongation du mandat, ce n’est pas la distribution des postes. La préoccupation essentielle, c’est l’amélioration de notre démocratie en résolvant les problèmes qui se posent », a-t-il confié.

Deux grandes coalitions d’opposition, le G7 et la dynamique de l’opposition, devraient se prononcer ce lundi à Kinshasa sur la proposition de «dialogue national» du président Kabila. 

 

 

 

La redaction

AMMAFRICA WORLD



30/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1203 autres membres