AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

L'HUMILIATION D'UNE FEMME AFRICAINE VOICI IL Y A 2 SIECLES D'ORIGINE SUD AFRICAINE!

 

Quand l'Occident décide d'humilier la femme Africaine.. SVP lisez cette histoire attentivement, ça fait mal...  j'attend les universalistes...

 Quand Saartje (Sara) Baartman a quitté les rivages de l'Afrique, Elle ne savait pas que ses parties du corps seraient retournés dans son pays d'origine 187 années plus tard et qu'elle serait alimenter les notions racistes de l'infériorité des Noirs et la sexualité féminine noire en Europe. Surnommé "La Vénus hottentote», elle a été exposée comme un monstre et, dans le processus, juxtaposé contre idéaux blancs de la supériorité et de la sexualité. Initialement, elle était nue, à différents endroits autour de Londres et en raison de l'agitation des partisans anti-esclavagistes, a été prise à Paris. La situation difficile de Saartje incarnait les questions de racisme, le sexisme et le colonialisme.

Né en 1789 dans l'Eastern Cape de l'actuelle Afrique du Sud, Saartje était un membre du groupe Khoisan, les premiers habitants de l'Afrique australe. Le Khoisan, péjorativement appelés les Hottentots, sont de couleur miel et steatopygic, c'est-graisse est stockée dans les fesses. Européens considéraient la dernière caractéristique d'être une anomalie et une attestation d'infériorité raciale.

Alors que dans son adolescence, Saartje migré vers une zone près du Cap, où elle était l'esclave d'un fermier jusqu'à ce qu'elle a été achetée au Cap par William Dunlop, un médecin sur un navire britannique. À 20 ans, Saartje se dirigea vers Londres avec le Dr Dunlop où, il a été convenu, qu'ils allaient s'enrichir en affichant son corps aux Européens, la restauration de fascination sexuelle des Européens avec les peuples autochtones.

Fringant dans le nu, avec ses organes génitaux postérieures et extraordinaire qui s'avance, elle a jeté les bases des théories racistes et pseudo-scientifiques sur l'infériorité des Noirs et la sexualité féminine noire. La montre impliqué Saartje étant "dirigée par son gardien et exposé comme une bête sauvage, être obligé de marcher, de se tenir debout ou s'asseoir comme l'a ordonné." La situation difficile de Saartje a attiré l'attention d'un jeune jamaïcain, Robert Wedderburn, qui s'agite contre l'esclavage et le racisme. Par la suite, son groupe fait pression sur le procureur général d'arrêter ce cirque. Perdre le cas sur un point de détail, Saartje a passé quatre ans à Londres et ensuite à Paris où elle a été exposée dans un cirque ambulant, et voit fréquemment contrôlé par un dresseur d'animaux dans le spectacle.

C'est là qu'elle a croisé George Cuvier, chirurgien-général de Napoléon, qui a également été considéré comme le doyen de l'anatomie comparée. En sa qualité d'anthropologue, conclut-il avec arrogance et à tort qu'elle était le chaînon manquant. Elle se tourna vers la prostitution et quand elle mourut pauvre en 1816, presque immédiatement Cuvier avait son corps moulé dans la cire, disséqué et le squelette articulé. Ses organes, y compris ses organes génitaux et le cerveau, ont été conservés dans des bouteilles de formol. Ses restes ont été exposés au Musée de l'Homme à Paris jusqu'en 1974.

Dans l'après-apartheid en Afrique du Sud, des efforts ont été faits pour récupérer les restes de Saartje. En 1994, alors président Nelson Mandela a fait appel à son homologue français, mais ce n'est qu'en 2002 que le Sénat français a approuvé un projet de loi pour le rapatriement de la dépouille de Saartje en Afrique du Sud. En mai 2002, ses restes ont été apportés à la maison en Afrique du Sud après près de 200 ans d'humiliation et d'abus. En Août 2002, elle a finalement été inhumé dans l'Eastern Cape.
Quand l'Occident décide d'humilier la femme Africaine.. SVP lisez cette histoire attentivement, ça fait mal... j'attend les universalistes...

Quand Saartje (Sara) Baartman a quitté les rivages de l'Afrique, Elle ne savait pas que ses parties du corps seraient retournés dans son pays d'origine 187 années plus tard et qu'elle serait alimenter les notions racistes de l'infériorité des Noirs et la sexualité féminine noire en Europe. Surnommé "La Vénus hottentote», elle a été exposée comme un monstre et, dans le processus, juxtaposé contre idéaux blancs de la supériorité et de la sexualité. Initialement, elle était nue, à différents endroits autour de Londres et en raison de l'agitation des partisans anti-esclavagistes, a été prise à Paris. La situation difficile de Saartje incarnait les questions de racisme, le sexisme et le colonialisme.

Né en 1789 dans l'Eastern Cape de l'actuelle Afrique du Sud, Saartje était un membre du groupe Khoisan, les premiers habitants de l'Afrique australe. Le Khoisan, péjorativement appelés les Hottentots, sont de couleur miel et steatopygic, c'est-graisse est stockée dans les fesses. Européens considéraient la dernière caractéristique d'être une anomalie et une attestation d'infériorité raciale.

Alors que dans son adolescence, Saartje migré vers une zone près du Cap, où elle était l'esclave d'un fermier jusqu'à ce qu'elle a été achetée au Cap par William Dunlop, un médecin sur un navire britannique. À 20 ans, Saartje se dirigea vers Londres avec le Dr Dunlop où, il a été convenu, qu'ils allaient s'enrichir en affichant son corps aux Européens, la restauration de fascination sexuelle des Européens avec les peuples autochtones.

Fringant dans le nu, avec ses organes génitaux postérieures et extraordinaire qui s'avance, elle a jeté les bases des théories racistes et pseudo-scientifiques sur l'infériorité des Noirs et la sexualité féminine noire. La montre impliqué Saartje étant "dirigée par son gardien et exposé comme une bête sauvage, être obligé de marcher, de se tenir debout ou s'asseoir comme l'a ordonné." La situation difficile de Saartje a attiré l'attention d'un jeune jamaïcain, Robert Wedderburn, qui s'agite contre l'esclavage et le racisme. Par la suite, son groupe fait pression sur le procureur général d'arrêter ce cirque. Perdre le cas sur un point de détail, Saartje a passé quatre ans à Londres et ensuite à Paris où elle a été exposée dans un cirque ambulant, et voit fréquemment contrôlé par un dresseur d'animaux dans le spectacle.

C'est là qu'elle a croisé George Cuvier, chirurgien-général de Napoléon, qui a également été considéré comme le doyen de l'anatomie comparée. En sa qualité d'anthropologue, conclut-il avec arrogance et à tort qu'elle était le chaînon manquant. Elle se tourna vers la prostitution et quand elle mourut pauvre en 1816, presque immédiatement Cuvier avait son corps moulé dans la cire, disséqué et le squelette articulé. Ses organes, y compris ses organes génitaux et le cerveau, ont été conservés dans des bouteilles de formol. Ses restes ont été exposés au Musée de l'Homme à Paris jusqu'en 1974.

Dans l'après-apartheid en Afrique du Sud, des efforts ont été faits pour récupérer les restes de Saartje. En 1994, alors président Nelson Mandela a fait appel à son homologue français, mais ce n'est qu'en 2002 que le Sénat français a approuvé un projet de loi pour le rapatriement de la dépouille de Saartje en Afrique du Sud. En mai 2002, ses restes ont été apportés à la maison en Afrique du Sud après près de 200 ans d'humiliation et d'abus. En Août 2002, elle a finalement été inhumé dans l'Eastern Cape.
 
*********************************
 

Saartjie Baartman, la « Vénus noire »

 

Aujourd'hui sort en France Vénus noire, le dernier film d'Abdellatif Kechiche, qui raconte l'histoire de la sud-africaine Saartjie Baartman, "la négresse au gros cul" comme certains la qualifiaient à l'époque.

 

Au début du XIXème siècle, cette servante est emmenée en Europe et devient un objet de foire en raison de ses attributs physiques proéminents. Certains "scientifiques" utilisent sa présence pour théoriser l'infériorité de la "race noire".

 

Lorsqu'elle meurt à seulement 25 ans, ses organes génitaux et son cerveau sont placés dans des bocaux de formol, et son squelette et le moulage de son corps sont exposés au musée de l'Homme à Paris.

 

C'est seulement en 2002 que la France accepte de rendre la dépouille de Saartjie Baartman à l'Afrique du Sud, concluant ainsi un long imbroglio juridique et diplomatique.

 

Remise du moulage et de la dépouille de Saartjie Baartman en 2002

 

 

La remise de la dépouille et du moulage du corps de Saartjie Baartman en 2002 à l'Afrique du Sud par les autorités françaises

 

Vénus noire dérange en interpellant la nature des regards des spectateurs. Le réalisateur confirme que ce film n'a pas été fait pour être agréable.

 

En Afrique du Sud, Saartjie Baartman est considérée aujourd'hui comme l'un des symbolesde l'humiliation subie par les Noirs pendant la colonisation. Lors de l'affaire de l'athlète Caster Semenya, son nom a aussi été rappelé pour mettre en cause les "impérialistes" occidentaux. Elle sert aussi de porte-étendard aux Khoïsans, le premier peuple ayant habité la région, qui souffrent encore à l'heure actuelle de discriminations.

 

Mais pour ce commentateur, Saartjie Baartman est en voie de starification pour les besoins d'une quête d'identité des Métis sud-africains, au prix parfois d'une réécriture de l'histoire.

 

VIDEO EXTRAIT DU FILM:

 

EXTRAIT VIDEO PART 2:

 

AFRIQUEDUSUD.BLOG.LEMONDE.FR

Amour-Conscience-Réparation

AMMAFRICA WORLD

942444_599838706701700_8479115_n.JPG



19/08/2013
37 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1277 autres membres