AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

Crise Constitutionnelle en RDC: il n'y aura Pas de Vacance le 19 Décembre, Kabila reste au pouvoir!

Quand la crise Constitutionnelle trouble les esprits, les experts en la matière se mobilisent...

Ceux qui croient avoir du succès dans leur pretendu "soulèvement" populaire dont les intentions ne sont aucunement dans le but de sauver ce pays de son actuelle "prison" de "l'accord-cadre", mais pour un positionnement politique qui en passionnent plusieurs politiciens Congolais dont le passé ne leur laisse en odeur de sainteté, peuvent déjà déchanter! Il ne se passera rien!

 

Veillons à tout prix aux élections présidentielles pour une bonne alternance dans un climat de "paix" que plutôt vouloir déstabiliser les institutions! Ce qui ne saurait être une très bonne idée surtout lorsqu'on considère les enjeux actuels!

 

Aux élections svp!

 

Une rencontre avec des experts en matière de la "constitution" nous offre une bonne clarté sur la situation de la crise constitutionnelle en RDC!  Nous avons tous suivi la vidéo, bizarrement celle-ci reste introuvable sur "YOUTUBE"! Les démons se sont chargés de cela?...

 

Lisez  pour vous en convaincre!

 

Bonne analyse à tous!

 

 

Ammafrica 

 

Il n'y aura pas de vacance le 19 décembre

 
Il n'y aura pas de vacance le 19 décembre En pleine polémique congolaise sur l'interprétation politique du 2ème alinéa de l'article 70 de la constitution, la lecture juridique de la loi fondamentale congolaise par un éminent constitutionnaliste français vaut la peine qu'on s'y arrête.
 
En conférence à Paris, Didier Maus (photo), membre du conseil constitutionnel français, estime qu'il "est impossible en l'état d'appliquer l'article 75 parce que l'article 70, alinéa 2 existe". 

Au cours d'une séance organisée par l'avocate congolaise Me Kiboko, sur les arrêts rendus par la cour constitutionnelle de la RDC, le rapporteur général de la Commission des archives constitutionnelles de la Vème République française a estimé que "la Cour (constitutionnelle congolaise) a eu raison de faire valoir l'article 70..., parce que notamment si on fait prévaloir l'article 75, l'article 70 ne servirait plus à rien car il est évident que la situation qui survient à la fin du mandat du président, n'existe pas quelques jours auparavant. On ne peut pas anticiper et donc qu'il y a un effet utile de l'article 70, alinéa 2". 
  
Or, le droit prévoit que lorsqu'il y a une disposition précise, il faut lui donner une portée. 
  
Pour Didier Maus, la vacance ne s'exerce donc pas dans le cas du 19 décembre. 
  
"Il n'y a évidemment pas de raisons de l'appliquer (en RDC) car nous ne sommes pas dans le cas d'une fin de mandat programmée avec des élections anticipées", comme le prévoit un cas de vacance. 
  
Car "le président en fonction est en état d'exercer sa fonction".
Si on n'appliquait pas l'article 70, alinéa 2, "on le viderait de son sens, on le rendrait complètement inutile. On aurait une disposition de la constitution qui ne servirait à rien". 
  
Il est clair pour Didier Maus que "la constitution prévoit le cas où l'élection n'a pas pu être organisée à temps. On a une disposition qui est relativement claire". 
  

Sur le quorum à la cour constitutionnelle  
  
"Si des membres de la cour constitutionnelle ne veulent pas siéger à la cour, elle peut statuer compte tenu de la volonté de blocage de certains membres..." 
  
Au nom de la continuité, estime Didier Mais car "sinon, c'est reconnaître aux membres d'une cour la possibilité de bloquer l'institution pour des raisons qui leur appartiennent... Alors que l'obligation première d'un juge est de juger. Et le principe fondamental en matière juridictionnelle est qu'un juge n'a pas le droit de s'abstenir, il peut se déporter s'il est concerné mais il n'a pas le droit de ne pas avoir d'avis. Il doit opiner sur la question qui lui est soumise". 
  
Dans le cas de la RDC, les membres de la cour n'avait pas envie d'opiner ce qui est dans leur chef un manquement. 
  
"Est-ce que des juges ont vocation à bloquer le fonctionnement d'une cour constitutionnelle", s'interroge Didier Maus.
  
La cour constitutionnelle "a eu raison de statuer car elle avait alors la majorité de ses membres (5/9), car devant autant que possible remplir la mission constitutionnelle qui est la sienne. Le blocage n'étant pas dans le mandat d'un juge".
 
Article publié sur "Mobile.Topcongo.fm"
 
Analyse @Ammafrica 
 
La Rédaction
AMMAFRICA  WORLD 


12/12/2016
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1239 autres membres