AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

ATTAQUE A PARIS:LA FRANCE FAIT FACE A LA XENOPHOBIE SUITE A L'INCIDENT DU 13 NOVEMBRE

Conséquence des attaques terroristes:La Population Francaise se livre à la Xénophobie

On se rappelle ce qui était arrivée à la population Congolaise de la RDC après les massacres en grande échelle de leurs compatriotes de l'Est, et viol des femmes. La situation n'étant pas vraiment similaire, puisque pour le cas de la RDC, une indifférence internationale face à ses massacres accusait donc par là, une sorte de Complot international! Face à cette tragédie, le peuple manifesta le mépris des étrangers. En Occident, on a trouvé autre chose à dire si ce n'est accuser le peuple de la Xénophobie! 

 

Et quand la France se livre à la xénophobie, va-t-on le trouver naturel comme comportement?. Je pense que cette attaque ne justifie donc pas un tel comportement de la population française!

 

 

@Ammafrica

Manifestation anti-étrangers à Pontivy :« Ils se sont défoulés sur un passant d’origine maghrébine »

©PHOTOPQR/LE TELEGRAMME ; PHOTO FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME PONTIVY (56) : Environ 200 personnes du parti d'extrême droite breton ADSAV ont manifesté. Plusieurs personnes ont été prises à partie dont des journalistes, des antifaf et des personnes de couleurs. (MaxPPP TagID: maxnewsworldthree877914.jpg) [Photo via MaxPPP]


Les ratonnades commencent à peine 36 heures après les attentats de Paris. La situation est extrêmement grave, instable et peut exploser à tout moment. On dirait bien que les objectifs occultes des mondialistes sont en train de se mettre en place sous nos yeux.

 

Adsav, l’extrême-droite identitaire bretonne organisait ce samedi, un rassemblement anti-immigrations et anti-réfugiés à Pontivy, dans le Morbihan. Des affrontements ont eu lieu. Un déchaînement de « violence » et de « haine » selon une commerçante, témoin de la scène.

La manifestation était prévue depuis plusieurs semaines.  » Ils voulaient défiler contre les migrants et les étrangers » explique Christine Le Strat, la maire de Pontivy. Le mot d’ordre a changé, beaucoup plus offensif contre les populations étrangères, et la manifestation a basculé dés le début d’après-midi.

 

Un homme pris à parti, puis tabassé sans raison

Une commerçante raconte la scène :  » non loin de notre magasin, un monsieur d’origine maghrébine a été pris par le col. 6 personnes l’ont mis à terre. C’était un défoulement sur lui. C’était déchirant, on ne pouvait pas lui porter assistance. Plus loin c’était exactement pareil. C’était de la violence et de la haine. On voyait qu’on était cerné dans la rue principale. Tous les magasins se sont fermés au fur et à mesure. On avait l’impression qu’on était en état de siège. C’était terrible, terrible… C’est une haine, une haine… Il y avait des jeunes mais aussi des quadragénaires. Ils disaient à la police et à la gendarmerie « on va les tuer, ils n’ont rien à faire ici « .Vraiment c’est la haine. «  Les gens couraient, les gens criaient, c’était la panique.  » complète un autre habitant.

 

Des jeunes poursuivis se réfugient chez des habitants

Un autre pontivien, habitant un peu excentré du centre-ville, s’étonne encore du spectacle de la journée du samedi. « J’étais en train de tailler ma haie, un groupe de jeunes, 16-17 ans. Ils m’ont dit qu’ils étaient poursuivis par des manifestants d’extrême-droite et que plusieurs d’entre eux s’étaient faits frapper. Ils se sont réfugiés chez une vieille dame pour leur échapper. « 

 

« Des pleurs d’enfants, des gens qui courent partout et se réfugient dans les magasins »

Le délégué à la vie associative de Pontivy, Georges-Yves Guillot décrit des scènes particulièrement violentes : « ces bombes agricoles avaient un retentissement effrayant, les pleurs des enfants, les gens qui courent partout et se réfugient dans les magasins qui abaissent leurs rideaux. Je n’avais jamais vu cela à Pontivy depuis que je suis né, et les chants résonants contre les murs des rues m’ont glacé le sang. »

J’aurais préféré pouvoir l’interdire – Christine Le Strat, maire de Pontivy

Christine Le Strat, la maire de Pontivy est désolé du résultat :

 

 » Déjà la manifestation qui était prévue m’inquiétait. Ils voulaient manifester contre les migrants et les étrangers. J’aurai préféré pouvoir l’interdire mais c’est la liberté d’expression… Même si ce sont des propos qui incitent à la division et la haine. « 

 

 

@Lelibrepenseur

 

AMMAFRICA WORLD



15/11/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1248 autres membres