AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

Enfance et Jeunesse Africaine


Tel un jeune Africain visionnaire, Dieuleveut Butey Bulary promet pour l'émergence de l'Afrique

La Réforme de la jeunesse Africaine

Interview avec Dieuleveut Butey Bulary, le représentant de la jeunesse Africaine en Allemagne et fondateur de son Ong 

"ASB COOPERATION"

Dieuleveut Butey Bulary est un jeune humanitaire d'origine Rd Congolaise, il milite dès son bas âge pour l'épanouissement de la jeunesse africaine. Plein d'ambition, ce jeune homme aux longues idées dirige avec ardeur l'Ong «ASB COOPERATION» dont l'approche vise le bien-être des africains, il est aussi représentant des plusieurs organisations internationales qui participent à l'émergence du continent africain. Lauréat des plusieurs prix et titres grâce à ses 11911524_1092033170824233_1459123872_n.jpg
œuvres et actions, aujourd'hui il vient d'être nommé à la tête de la coordination National de la Jeunesse du Mouvement Bleu, une plate-forme politique de la République Démocratique du Congo. Voici en quelques lignes ses idées sur la nouvelle politique de son pays.
 

1. Présentez-vous et parlez nous de votre cursus.

 

Je suis Dieuleveut Butey Bulary, je suis né à matadi, chef-lieu de la province du Bas-Congo, une province côtière de la République Démocratie du Congo. Originaire du Bandundu, je suis 3ème d'une famille de 5 enfants dont 2 décédés. Mon parcours scolaire à commencé au Collège Cartésien de Kinshasa où j'ai décroché mon baccalauréat en Biologie-Chimie, peu après j'ai poursuivi mes études pour arraché un Brevet de Technicien Supérieur " BTS " en administration réseau à l'école supérieur de métiers informatiques et commerce " ESMICOM " à Kinshasa. Ces diplômes m'avaient permis d'obtenir une inscription à l'université arabe des sciences de tunis en Tunisie où j'ai suivis une formation académique pour obtenir un Bachelot en informatique appliqué à la gestion, ainsi je suis détenteur d'un master en management and business administration.En ce qui est de ma vie d'activiste, j'ai commencé mon parcours dès mon bas âges mais mes œuvres ont vus le jour en 2011 quand j'ai eu à créé une organisation non gouvernementale répondant au nom de L'ASB Coopération. 
 
Après plusieurs actions et activités au sein de mon organisation, j'ai été aussi sollicité par tant d'autres grandes organisations internationaux qui m'ont permis d'être aujourd'hui, le représentant de la league des jeunes pour la démocratie et le droit de l'homme, je suis le chargé du bureau de la jeunesse au sein de Ammafrica World, je suis nommé coordonnateur national du mouvement bleu en Rdc, je suis ambassadeur de l'Event Rdc, je suis Co-fondateur de la marque Africa Young Fashion en Afrique, et j'ai reçu plusieurs prix et titres.


2. Comment etes vous arrivé au point de créer une ONG et dites nous quels sont ses objectifs?



Dans une Afrique complètement dominée par la croissance démographique, les catastrophes écologiques, les conflits armés et les crises économiques, on se demande: quel est le sort réservé à la jeunesse? Elle est confrontée à des sérieux problèmes ( emploi, éducation, prostitution, alcool et drogue ), suscitant des grandes réflexions. Cette jeunesse constitue pourtant la relève de demain. C'est pour faire face à ces enjeux que L'ASB Coopération à été créé avec objectif l'essor d'une jeunesse en pleine effervescence. Nous préconisons une jeunesse qui, plus que jamais, ne se sentira plus prisonnière, exclue et prise au piège par des adultes en Afrique où les vieux ont dû mal à passer le relais. Cette jeunesse à besoin d'encadrement et de mobilisation citoyenne pour le progrès humaine et la relève. Cette jeunesse a droit à l'éducation, à la bonne santé et à l'emploi: c'est pour cela que nous avons choisi comme combat un avenir meilleur pour la jeunesse africaine. L'ASB Coopération se veut d'essayer des nouvelles approches humanitaires pour s'attaquer à des réalités dont on ne se préoccupe pas ou peu de nos jours. Par le simple fait de vivre au quotidien avec les enfants ou jeunes désœuvrés, nous avons eu la chance de côtoyer toutes les couches sociales de la société, ainsi on se rendu compte que parfois derrière un sourire se cache le désespoir, la peur, la souffrance et il y a des personnes qui meurent parfois seul et dans le cruel silence de l'abandon fixe premièrement pour objectif l'essor de la jeunesse africaine car la jeunesse est l'avenir de l'humanité, nous apporterons le juste nécessaire qui sera suffisant pour faire naître un sourire chez les personnes nécessiteuses dans la limite de nos modestes moyens car nous voulons créer un monde nouveau pour un avenir meilleur.


3. Vous avez été récemment nommé coordinateur national de la jeunesse du mouvement bleu, parlez nous de ce mouvement?


Le mouvement bleu est une plate-forme politique qui a vu le jour en 2005 à Bruxelles, capitale belge. Il a été fondé par le Révérend Jean Paul Moka, docteur en Sciences Politiques de l'université d'Harvard .Il est dit mouvement car nous voulons faire la différence avec un parti politique car on parle de parti si vous êtes contre l'autre, or nous sommes un mouvement neutre sans parti pris. Et le mot bleu nous vient par l'inspiration de la couleur bleue que nous donne la surface de la terre lorsque nous la regardons de l'univers, car la terre est couverte de 70% d'eau, et aussi bleu parce que notre corps est rempli à 80% de l'eau qui est signe de vie, et la couleur bleue veut dire espoir. Alors nous disons que le mouvement bleu est un mouvement de vie et de l'espoir pour un meilleur avenir de la Rd Congo. Le mouvement est aussi lié à la flexibilité, au changement. Nous donnons aussi plus d'importance à l'esprit de Dieu, notre objectif est de générer, d'inciter une révolution culturelle pour la renaissance du jardin d'Eden au centre de l'Afrique qui est la Rd Congo. Notre champs d'action est le bien être du quotidien congolais, nous aurons 25% de notre budget national que nous concentrons pour le social c à d, assurance maladie, allocation familiale, payement des chômeurs etc?


4. Quelles sont vos perspectives étant que coordinateur de ce mouvement politique?



Premièrement c'est une grâce et grande opportunité pour moi de servir ma mère patrie à travers une plate-forme politique et aussi déjà par rapport à mon parcours personnel étant humaniste, j'ai eu à servir mon pays avec des actions caritatives en organisant des activités humanitaires et aujourd'hui j'aimerais mettre en œuvre tout mon savoir faire au bénéfice du développement de ma patrie. Mon souci serait premièrement l'épanouissement de la jeunesse sous différents aspects. Que cette jeunesse sorte du trou et du ghetto. Deuxièmement, nous reformerons le système sanitaire, que tout jeune ait un accès facile aux soins de santé, on garantira l'assurance maladie à tout jeune, car de nos jours la Rd Congo fait partie des pays les plus touchés par les maladies tropicales et métaboliques, et elles font de la jeunesse la première victime. On se rend compte que les gens meurent par manque des médicaments, manque des soins appropriés ainsi que d'installations sanitaires. Alors pour remédier à tout ces problèmes nous mettront en place un dynamique système pouvant répondre à tout ces besoins sanitaires qui préoccupent la jeunesse. Troisièmement, étant que coordonateur du mouvement bleu, nous reformerons le secteur d'emploi car de nos jours 75% des jeunes diplômés manquent d'emploi. L'acquisition d'un petit job pose grand problème et cela suscite plusieurs questions, et alors par cette mission qui nous a été conférée nous procéderons à la création des petites et moyennes entreprises, nous signeronts des contrats avec des investisseurs et bailleurs des fond, nous exciterons le marché d'exportation pour susciter des revenus. Nous redorerons l'image de la Rd Congo pour influencer la venue des plusieurs marchés internationaux. Nous canaliserons chaque jeune pour suivre une formation par rapport à un métier précis car la Rd Congo est un vaste pays encore vierge et inexploité qui possède beaucoup de champs d'action. Nous créerons des stages professionnels dans les entreprises pour que les jeunes acquièrent une connaissance car ils seront là relève de demain.


Votre mots de la fin?


J'aurais un mot de la fin qu'à une minute avant ma mort mais pour le moment je lance un message de paix au peuple Congolais, cultivons l'amour du prochain, l'amour de la patrie et bannissons l'égoïsme et la cupidité. Nous voici au virage pour atteindre notre développement, mettons nous au travail et redorons l'image de notre beau et riche pays la République et du Congo. Je vous remercie.

 

 @voicesofyouth

AMMAFRICA WORLD


18/08/2015
0 Poster un commentaire

SOS RDC:Dr. Mukwege appelle à la mobilisation contre les viols d'enfants et de bébés!

Dr. Mukwege appelle à la mobilisation contre les viols d'enfants et de bébés  

 

 

 

Le gynécologue congolais Denis Mukwege, célèbre pour son aide aux femmes violées dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), a appelé samedi 10 Mai à la "mobilisation générale" contre les viols d'enfants et de bébés.

"J'exerce mon métier depuis 30 ans et pour la première fois, j'ai opéré il y a deux semaines un bébé âgé de deux mois", a raconté le Dr Mukwege samedi lors de la conférence "Les hommes contre la violence faite aux petites filles", organisée à Kavumu, près de Bukavu, dans la province riche et instable du Sud-Kivu (est).

"Nous appelons à une mobilisation générale pour honorer les survivantes, enrayer la violence et prévenir la répétition de ces pratiques sauvages", poursuit-il dans un communiqué de la branche congolaise du mouvement d'hommes féministes V-Men International, qu'il parraine.

Selon lui, "depuis un an, des dizaines de bébés et de jeunes filles ont été victimes d'actes barbares qui affectent notre communauté et font honte à notre humanité commune".

"Pour chacun de ces cas, précise-t-il, le mode opératoire est le même: les enfants sont enlevés au domicile familial, amenés en brousse puis violés et abandonnés pour être retrouvés ensuite avec de sérieuses lésions gynécologiques liées aux violences sexuelles subies".

 

"Pas de fatalité"

Le gynécologue souligne qu'il "n'y a pas de fatalité" et appelle à "dénoncer le viol de nos enfants, créer des mécanismes d'alerte pour restaurer la sécurité dans nos quartiers et mettre fin à l'impunité".

"Tous, militons pour que les auteurs soient poursuivis et jugés équitablement, et qu'il y ait réparation en faveur des victimes", martèle-t-il.

Le mouvement V-Men souhaite éliminer "les discriminations et les attitudes misogynes qui font honte à notre humanité et minent les perspectives de développement durable".

Les V-Men sont une émanation du mouvement international de lutte contre les violences faites aux femmes V-Day ("Jour V"), dont la lettre V signifie tout à la fois "Victoire", "Vagin" et "Amoureux" ("Valentine" en anglais).

Le Dr Mukwege a fondé l'hôpital et la fondation de Panzi, à Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu, pour aider les femmes violées à se reconstruire. Son nom a été suggéré plusieurs fois pour le Prix Nobel de la paix. Il a notamment reçu le prix de l'ONU pour les droits humains.


Kinshasa, 11/05/2014 

(Belga / MCN, via mediacongo.net)

 

AMMAFRICA WORLD

 


17/06/2014
0 Poster un commentaire

RDC: Une Femme Belge arrêtée pour trafic d'enfants et voyage illégal!

Lorsqu'un gouvernement d'un pays a interdit de façon claire toute adoption vers l'occident, pourquoi vouloir par la suite user aux méthodes maffieuses?...

congo-kinsha-drapeau.gif

Quelles intentions a-t-elle à vouloir à tout prix partir ILLEGALEMENT avec cette fillette de 5 ANS?....

Si une Femme , de surcroit "célibataire" veut à tout prix adopter


Il se passe des choses pas très catholique en occident...

Cette decision se comprend pour diverses raisons que le monde connait d'ailleurs!

 

Entre autres, des dénonciations d'abus d'enfants, la pédophilie grandissante, exploitation sexuelles, ect...Et comme la famine touchant des pays si riches mais appauvris par le système d'exploitation du néocolonialisme consolidé par les africains corrompus eux-mêmes, le Congo RDC devient donc l'endroit à adopter les enfants???.

 

Allez adopter ceux qui sont en occident, et dont certains abandonnent librement leurs enfants pour des raisons diverses.....

 

La Dame merite tout simplement de se faire arrêter pour une enquête approfondie qui l'a poussé à brûler les étapes pour violer la loi malgré tout obstacle en chemin/ On se demande su  Une fortune quelque part leur a été promis?

En tout état de cause, ce qui est certain, les recentes dénonciations contre les Abus sexuels aux mineurs et révélations diverses sur les réseaux mafieux sur trafics d'enfants; poussent à trouver la raison de tout refus venant de la République Démocratique du Congo!


AIDEZ L'AFRIQUE A MANGER DE SON PROPRE PAIN, AIDEZ-LA A MIEUX FAIRE SA POLITIQUE PLUTÔT QUE D'IMPOSER...LES ENFANTS AFRICAINS GRANDISSENT MIEUX AUPRES DE LEURS....SURTOUT EN CE MOMENT PRECIS!!!!

 

Vidéo RdcongoInfos:

 

La Redaction

AMMAFRICA WORLD


15/04/2014
0 Poster un commentaire

Lancement de l'espace Jeunesse Africaine au sein de la radioTV Ammafrica world ce Dimanche 20H30

Ammafrica world ouvre un espace "Jeunesse Africaine" au sein de sa radio diaspora africaine:

Ce Dimanche à partir de 20H30

La jeunesse étant l'avenir de demain; partout dans le Monde conscient; la Jeunesse devient le sujet principal pour l'avenir d'un Monde qui croit aux enjeux qui entourent les dévéloppements des pays "sous-dévéloppés" dans les "tiers-monde"; et pour cela; AmmAfrica World invite la jeunesse africaine de se préparer pour vaquer à la "compétition" qui nous est tous lancée dans ce temps de "millénaire" qui annonce l'avenèment de la "mondialisation"!

L'Afrique a-t-elle sa part?Ou serait-elle assujettie encore dans ce nouveau système?. Que des questions que se pose AmmAfrica world ce Dimanche à partir de 20H30 sur notre studio radioTv Ammafrica world!

 

Comme invités:

 

Animateur Jeunesse Africaine:

 

Dieuleveut Butey Bulary

161bb2cd9d87d4fb2583e55eca6a3af4_L.jpg

(président directeur géneral ASB COOPERATION)

 

Notre compatriote Dieuleveut Butey Bulari sera l'invité de ce Dimanche au Micro de "Mama Feza"; la visionnaire de Ammafrica world et qui nous parlera aussi de ce fameux congrès panafricain de la "jeunesse Congolaise" qu'il a lancé de loin se trouvant en occident; la jeunesse RD Congolaise a saisi son appel!

La suite; suivez nous en direct de la radio du "Donner et du Recevoir"!

Pour toute question en direct; veillez passer votre demande sur le pseudo SKYPE:"ammafricaworld"

 

Une place sera reservée pour le jeune artiste RD Congolais "PICOLCRIST" de la Suisse avec sa chanson patriotique "Au coeur de l'Afrique"!

Découvrons les nouveaux talents dans la "musique RD Congolaise"!

Sa page officielle facebook:Picolcrist Bil Artiste Musicien)

 

Musique sélectionnée:Congo RDC:Au coeur de l'Afrique par Picolcrist:

 

La jeunesse nous motive et nous attire plus vers elle quand elle innove....

 

Demain Soir; restez connectés sur:

 

www:ammafricaworld.net

 

Que des informations qui vous éveillent....

A la Radio du "DONNER et du RECEVOIR"!

 

La rédaction 

AMMAFRICA WORLD

https://www.blog4ever-fichiers.com/2011/04/486734/artfichier_486734_1161737_201208292810629.jpg


30/11/2013
0 Poster un commentaire

1 JEUNE;1 VOIX DIEULEVEUT FAIT ENTENDRE SA VOIX POUR LA JEUNESSE AFRICAINE!

1 jeune, 1 voix! Dieuleveut fait entendre sa voix pour la jeunesse africaine

 

Je m’appelle Dieuleveut Butey Bulary, je suis né à Matadi en République Démocratique du Congo, 3ème d’une famille de cinq enfants. J’ai étudié au collège Cartésien de Kinshasa où j’ai décroché mon bac en biologie chimie. J’ai ensuite obtenu un brevet de technicien supérieur «BTS» en Administration Réseaux à l’Ecole Supérieure de Métiers, d’Informatique et de Commerce«ESMICOM». Peu après, je me suis inscris à l’Université Arabe des Sciences de Tunis pour faire ma licence. Je suis détenteur d’un diplôme de Master en Management and Business Administration.

Je suis co-fondateur et actionnaire de la marque Africa young fashion en Afrique, je suis président/directeur général d'une association «ASB Coopération », et je suis nommé à titre honorifique ambassadeur de la jeunesse congolaise à l'étranger. Par ailleurs, l’association Afreecan Humanitaire m’a décerné leur prix Nobel humanitaire 2012. Mon souci est de contribuer à l’épanouissement de la jeunesse.

 

Quelles sont les attentes de la jeunesse de ton pays, communauté ?

 

Dans une République du Congo complètement dominée par la croissance démographique, les catastrophes écologiques, les conflits armés et les crises économiques, on se demande quel est le sort réservé à la jeunesse. Cette jeunesse qui est de plus en plus nombreuse et qui constitue la relève de demain, est de nos jours confrontée à de sérieux problèmes, suscitant de grandes réflexions. C'est pour faire face à ces enjeux que l' ASB Coopération a été créée, et se fixe pour objectif l'essor d'une jeunesse en pleine effervescence, qui plus que jamais se sent prisonnière, exclue, et prise au piège par des adultes qui ont du mal à passer le relais. Cette jeunesse a besoin d'encadrement et de mobilisation citoyenne pour le progrès humain. Cette jeunesse a droit à l'éducation, à la bonne santé, cette jeunesse qui est l'avenir de demain a besoin d'un fort encadrement pour prendre la relève.... c’est pour cela que nous avons choisi comme combat un avenir meilleur pour la jeunesse africaine. Aujourd’hui en République Démocratique du Congo, il est très difficile de savoir la place qu'occupe la jeunesse dans le développement du pays, tant cette jeunesse est confrontée au manque d'emploi, d'éducation, aux méfaits de la prostitution, de l’alcool et de la drogue.

En quoi la participation des jeunes est selon toi nécessaire/importante pour nos sociétés d'aujourd'hui?

 

L'Histoire contemporaine africaine est inséparable de celle d'un monde en plein bouleversement, riche en évènements politiques, sociaux, culturels, démocratiques, dont les enseignements peuvent être précieux. On se doit d’être témoin et acteur de l'Histoire. La jeunesse joue un très grand rôle dans la société de nos jours, elle est le bouclier du développement d’un pays. La jeunesse actuelle, bien que dans l'inconscience, regorge de pas mal de talents, et de possibilités de réaliser, avec l'évolution de la technologie et de la science, beaucoup de choses pour le bien-être de l'humanité.


La jeunesse est le socle de l'avenir du monde, les jeunes participent à l'avancement du monde. Par exemple dans la construction, où une grande partie du monde se trouve encore chantier, ce sont les jeunes ingénieurs qui construisent et réhabilitent les routes de part et d’autres et prennent la relève des plus anciens. Dans la technologie, ce sont des jeunes pleins d'expertise qui, à leur tour, développent une science technologique moderne qui contribue à l'épanouissement.

 

Etant africain de sang, j’ai vu toutes ces tragédies auxquelles la jeunesse africaine fait face et particulièrement la jeunesse congolaise. Le moment est venu pour nous jeunes africains de relever certain défis qui freinent le développement de notre quotidien et de notre continent. L’Afrique, en chantier, a besoin de se construire, et elle aura besoin des jeunes ingénieurs pour faire des routes et infrastructures. L’Afrique remplie de maladies a besoin d'une forte densité des jeunes médecins pour venir en aide aux populations cibles. L’Afrique tâchée de sang par ci et par là à cause de la guerre a besoin de former des jeunes qui deviendront de bons leaders de gouvernements pour ne plus faire comme nos dirigeants corrompus d'aujourd'hui. L’Afrique qui meurt de faim a besoin de la jeunesse qui travaille dur pour lutter contre la pauvreté. Pour relever tous ces défis, l'Afrique a besoin de jeunes bien éduqués. Nous somme la voix des jeunes et nous lutterons pour un avenir meilleur de notre Afrique.

 

As-tu un engagement citoyen? Si oui, quel est-il?

 

Dans le monde tel qu’on le vit, le monde tel qu’on le sent, au quotidien, dans un environnement où la crédulité tend à devenir une vertu, je ne vois pas comment rester insensible face à ceux qui ont besoin d’aide, ceux qui ont besoin d’assistance, d’encouragements voire de motivation.
L' ASB Coopération, que j’ai fondée, veut simplement apporter le juste nécessaire qui sera suffisant pour faire naître un sourire chez les personnes nécessiteuses, dans la limite de nos modestes moyens.


L'ASB Coopération veut essayer des approches humanitaires nouvelles, allant au-delà des fameux « cycles de projet » pour s’attaquer à des réalités dont on ne se préoccupe pas ou peu de nos jours. Vivant au quotidien avec les jeunes et moins jeunes, nous avons eu la chance de côtoyer toutes les couches sociales de la société. On se rend ainsi compte que parfois derrière un sourire, se cache le désespoir, la peur, la souffrance, des déchirures restées enfouies, chez des personnes qui meurent parfois seules et dans le cruel silence de l’abandon.
L'ASB Coopération se propose d’être plus proche des plus vulnérables, des jeunes, des tous petits, en étant présente autant que possible. Cela passe par l’assistance nécessaire, le strict minimum indispensable. L'ASB Coopération est donc amenée entre autres à :


- Réaliser des projets pour des populations cibles ;
- Mobiliser toute les ressources susceptibles d’aider à réaliser les objectifs de l'ASB Coopération et des projets qu’elle initie par des partenariats et recherche de sponsors.
- Participer aux côtés d’autres entreprises ou associations à toutes les actions de mêmes natures que celles visées par l'ASB Coopération.


-Soutenir l'éducation et la scolarisation. Nous cherchons à favoriser l’accès aux étudiants à l’éducation et à cette fin, nous prenons des mesures efficaces et collectives en vue de garantir à tous une égalité d’opportunité et de réaliser l’ajustement ou règlement des situations susceptibles de mener à une rupture de scolarisation.


-Lutter contre la pauvreté


-Aider les populations, particulièrement la jeunesse, à se protéger contre les maladies notamment les MST, promouvoir le développement de l’hygiène corporelle, surtout les zones rurales. Nous mettons l’accent sur la lutte contre la propagation du VIH sida et toute autre maladie qui en dérive.


- Participer à l’amélioration des conditions vie et la prise de conscience des enfants des rues
- Participer à des émissions radiotélévisées pour sensibiliser l'opinion publique à la lutte contre la pauvreté, à lutte contre les maladies et la malnutrition.

 

Quelle est ta devise ou ta phrase/expression préférée?

 

Ma phrase préférée c'est « Il faut toujours avoir l’espérance, la patience et la détermination dans la vie pour avoir un avenir meilleur ». Nous les jeunes, on a tous un rêve depuis tout petit, et on doit avoir l’espérance, cet espoir de sa réalisation, et ensuite vient la patience, on doit être patient car tout vient à point à celui qui sait attendre, le rêve se réalise au moment opportun dans la vie et enfin de compte vient la détermination, c’est celle qui est la clef fondamentale de toute réalisation des rêves, on doit être déterminé à réaliser notre rêve même si nous sommes confrontés à des coups du destin.

 

As-tu un conseil ou un message à faire passer aux autres jeunes?

 

A tous mes semblables, jeunes que nous sommes, j'aimerais leur dire que tout le monde doit apporter une pierre à l'édifice pour le développement de notre continent et du monde. Nous devons être déterminés pour réaliser nos rêves, il ne faut pas qu'on baisse les bras, il faut qu'on ait confiance en nous, qu'on travaille dur en espérant avoir un avenir meilleur car le monde de demain nous appartient et cet avenir est entre nos mains..... Ayons l’espérance sur tout ce qu’on fait, ayons la patience sur tout ce qu’on entreprend et soyons déterminés pour rendre notre Afrique forte et dynamique et le meilleur de tous les continents......


 
  
 
 
 
 
 
VOICES OF YOUTH
 
AMMAFRIKA INFO
 

31/08/2013
0 Poster un commentaire

ANALYSES ET REFLEXIONS DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE L'ENFANT AFRICAIN PAR AMMAFRIKA

ANALYSE ET REFLEXION DE LA JOURNEE DE L'ENFANT AFRICAIN DU 16 JUIN PAR MAMA FEZA

(PHOTO-ARCHIVE:De gauche à droite Carole Heinen et Mama Feza)

A l'occasion de cette journée internationale significative et commémorative de l'enfant Africain, que dire de plus, surtout si l'on considère le motif par lequel cette journée a donc vu le jour, nous ne pouvons que dire, après aussi nos refléxions diverses et analyses approfondies de la condition de vie des enfants africains de par l'histoire, et surtout du traitement que subissent des enfants africains par leurs parents ou membres proches de la famille comme le cas de ce phénomène des "enfants sorciers" ou "enfant "dits" sorciers", ces enfants abandonnés à eux mêmes, livrés sur leur sort, ne peut que nous inciter à dire sur la condition de l'enfant africain en afrique  d'être déplorable et désastreuse!!!

 

Une vie sociale qui se dégénère au jour les jours et dépravation morale qui envahit et touche tous les enfants africains,la jeunesse, vivant dans la misère indéscriptible et que les dirigeants africains ne s'enquiètent?.Pensez à sauver l'enfance, on réussira de produire une jeunesse consciente de se lancer dans la réconstruction de l'afrique du futur...

 

Or, l'enfance est donc le commencement, l'âge fragile et sensible à la fois pour meriter toute l'attention du monde! Rappelez vous, l'enfant d'aujourd'hui, c'est la jeunesse de demain (l'age adulte ou puberté). Si le commencement de la vie n'a pas récu un fondament solide de l'éducation, affection et encadrement, l'enfant d'aujourd'hui, c'est cette jeunesse qui risque de manifester ce qu'on appelle souvent en RDC, les "Kulunas", car, étant enfant, les parents n'ont peut-être pas su être à l'auteur pour les encadrer ou les éduquer. Trop souvent nous observant aussi la montée en masse de jeunes filles prostituées, qui seront des "Femmes de demain"; quelle societé allons-nous contruire dans 10 ou 20 ans?.N'y aurait-il pas des conséquences néfastes par la suite ou au futur?.

Pensez-y, car, l'enfance ratée, c'est une adolescence bafouée que l'on prépare, une adolescence à conflit et problème de tout genre que l'on inculque à l'enfant, l'avenir de demain...

 

Ammafrica world lance l'appel pour l'occasion de penser à l'avenir de ces enfants et de pouvoir mettre en place une structure étatique de base qui pourrait aussi tendre la main à des nombreuses familles démunies, et que les organisations associations travaillant comme nous, dans le domaine, multiplient encore des efforts pour encadrer l'enfance africaine. Un travail harassant, car, l'enfant africain a enduré beaucoup de souffrances et discriminations, mais endure toujours ces injustices d'une manière ou d'une autre!

 

Mama Feza

AMMAFRICA WORLD

VIDEO REFLEXION-ANALYSES SUR L'ENFANT AFRICAIN:VOL 1

 

VIDEO REFLEXION-ANAYLSE SUR LA JOURNEE DE L'ENFANT AFRICAIN VOL 2:


 

VOLUME 3:

 

AMOUR-CONSCIENCE-REPARATION

AMMAFRICA WORLD

VISION


17/06/2013
0 Poster un commentaire

LA FONDATION MWIMBA TEXAS S'EN VA EN CAMPAGNE CONTRE LA DISCRIMINATION POUR LA JOURNEE INTERNATIONAL DE L'ENFANT

Journée internationale de l’Enfant Africain : la fondation Mwimba Texas s’en va en campagne contre la discrimination

Kinshasa, 11/06/2013

En marge de la journée du 16 juin dédiée à l’enfant africain, la fondation Mwimba Texas va organiser le samedi une grande manifestation dans la salle notre Dame de Fatima à Gombe.

Le monde entier va célébrer le 16 juin prochain, la journée internationale de I’Enfant Africain.

Etant qu’une ONG de défense et protection des droits des enfants, la Fondation Mwimba Texas n’entend pas passer cette journée inaperçue.

Pour ce faire, une grande manifestation sera organisée le samedi 15 Juin prochain en la salle de conférences de la Paroisse Notre Dame de Fatima, dans la commune de la Gombe.

Signalons que la journée internationale de l’Enfant Africain, commémorée le 16 juin de chaque année, va coïncider avec le 15e~ anniversaire de la création de la Fondation Mwimba Texas.

A cette date, rapporte les responsables de l’ONG, une grande manifestation mettra ensemble les enfants albinos et non albinos dans le but de faciliter intégration des enfants albinos dans a société. Ce qui permettra de chasser le complexe d’infériorité qu’affichent souvent les enfants albinos.

Une avalanche d’activités prévues Le plus important a retenir, est que les enfants albinos qui seront présents à ces événements bénéficieront chacun, d’une série de matériels et produits médicaux, les permettant de préserver leur peau contre certaines maladies, Parmi ces produits, II y aura entre autres, des lunettes anti- solaires vaselines, crème antisolaires, alcools, daquin, sparadrap, ouate... Parlant de la lutte contre la discrimination et marginalisation, la Fondation Mwimba Texas prêche-t-elle par le bon exemple. A cet effet, elle regorge en son sein des personnes albinos et non albinos. Par ailleurs, il sied de noter que a journée offrira également l’opportunité aux enfants a se mettre sur scène pour offrir aux membres participants des spectacles émouvants tels que; le récital des poèmes et chants.

Bref aperçu historique de la Fondation

La Fondation Mwimba Texas a été créée le 15 Juin 1998 par le catcheur qui porte le même nom.

Albinos de son état, son fondateur la créée dans le but de venir en aide aux personnes vulnérables, précisément les albinos.

Ses actions s’inscrivent dans la lutte contre la marginalisation, la stigmatisation, la promotion, la défense et l’encadrement de la personne albinos.

Dans les jours à venir, la fondation prévoit de créer des centres de santé pour permettre aux albinos de se faire soigner en vue préserver leur peau, fortement menacées par diverses maladies.

La matérialisation d’un tel projet ne sera possible que grâce à l’appui du gouvernement. Mais aussi, des personnes de bonne volonté qui désirent soutenir cette action salvatrice.

Ginette Sikuzani

La Prospérité

 

Le monde entier célèbre ce 12 juin la journée mondiale contre le travail des enfants

 

Placé sous le thème non au travail des enfants dans le travail domestique », cette journée a pris naissance à partir de la convention n° 138 de l’Oit qui offre un cadre plus large pour l’abolition effective du travail des enfants.

En ratifiant la convention n° 182 de l’Organisation Internationale du Travail, les pays signataires s’engagent à agir immédiatement pour interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants. Cette convention a été la plus rapidement ratifiée de l’histoire de OIT depuis sa création en 1919. Parallèlement, la convention n° 138 de l’OIT a également subi une augmentation remarquable de ses ratifications. Cette dernière, dont l’objectif est à plus long terme, offre un cadre plus large pour l’abolition effective du travail des enfants. Un tel essor dans les ratifications de ces deux conventions démontre clairement que la mobilisation contre le travail des enfants ne cesse d’augmenter partout dans le monde, il y a cependant loin de la coupe aux lèvres et le travail des enfants reste une réalité quotidienne dans de nombreux pays!

On estimait en effet en 2002 que le travail des enfants concerne 246 millions d’enfants entre 5 ans et 17 ans, soit un enfant sur six à l’échelle de la planète, essentiellement dans l’agriculture. Selon un rapport de l’OIT, 73 % de ces jeunes - environ 179 millions, soit un enfant sur 8 - sont soumis aux pires formes de travail, qui mettent en péril leur bien-être moral, mental ou physique - et 8,4 millions sont assujettis à des activités intrinsèquement condamnable esclavage, servitude pour dettes et toutes autres formes de travail force, y compris la prostitution, l’enrôlement dans des forces armées, la pornographie.

Le cri d’alarme de l’Organisation internationale du travail
En outre, les chiffres montrent que l’esclavage n’a pas disparu, puisque quelque 5,7 millions de jeunes est asservis ou sont forces de travailler Ces enfants ont souvent beaucoup de problèmes pour obtenir de l’aide non seulement parce qu’ils sont jeunes, mais aussi parce qu ils ne possèdent aucun certificat de naissance au papiers officiels et qu’ils sont donc « invisibles » aux yeux des autorités « Les formes les plus dangereuses de travail des enfants dépassent largement nos estimations précédentes »s’arme l’OIT. Sept enfants sur dix travailler dans des exploitations agricoles souvent pour  exploitations agricole souvent une production locale destinée à leur propre famille. Mais environ 10 millions d’enfants (en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud) travailleraient pour une activité d’exportation, c’est-à-dire, in fine, pour des entreprises occidentales. Les secteurs les plus exposés à ce genre de pratique sont le textile, la fabrication des tapis, la récolte de tabac ou de cacao à destination de grands groupes internationaux.

Le travail des enfants concerne également les pays développés: 2,5 millions d’enfants y travailleraient. Ce phénomène touche surtout l’agriculture aux Etats-Unis, les services à la personne en Grande-Bretagne et le textile et le bâtiment en Europe du Sud.

Nanou Dombasi

Le Guide Actu


16/06/2013
0 Poster un commentaire

16 JUIN JOURNEE INTERNATIONALE DE L'ENFANT AFRICAIN ET ANALYSES DU POTENTIEL

16 juin : Journée Internationale de l'Enfant Africain
16 juin : Journée Internationale de l’Enfant Africain

Créée par l’Organisation de l’Unité Africaine en 1991, la Journée Internationale de l’Enfant Africain est un événement annuel qui commémore le massacre des enfants de Soweto en 1976 par le régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Plusieurs milliers d’écoliers noirs avaient alors marché dans les rues pour réclamer leurs droits.

Les droits de l’enfant sont légitimes. Ils doivent être connus et reconnus, par les enfants, les parents, les gouvernements... Ce site, lancé à l’occasion de la Journée Internationale de l’Enfant Africain, a pour objectif de mieux faire connaître les droits de l’enfant, en laissant la parole aux principaux intéressés : les enfants eux-mêmes.


La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (1989) reconnaît aux enfants des droits dans quatre domaines différents :

  • le droit à la vie et à la survie
  • le droit au développement
  • le droit à la protection
  • le droit à la participation

Vous pouvez lire la Convention relative aux droits de l’enfant et écouter le sketch radio qui lui est consacré.

Par ailleurs, en 1994, le Mouvement Africain des Enfants et Jeunes Travailleurs (MAEJT) a déterminé 12 droits prioritaires pour lutter contre l’exploitation et les mauvaises conditions de travail des enfants et a mis en place un programme d’activités pour promouvoir ces droits.

Ces droits ont également inspiré la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant adoptée par l’Organisation de l’Unité Africaine.

 

Cette année, la Journée met l’accent sur le droit à la participation

La participation des enfants est importante car elle accroît leur assurance, leur statut au sein de la famille, leurs compétences de leadership et leur optimisme, sans parler de leur sécurité personnelle. Elle contribue aussi à renforcer leur capacité à communiquer et à collaborer avec les autres et développe un sens du soutien et de la solidarité envers leurs pairs.

La Campagne régionale de promotion des droits de l’enfant à travers la radio "Je suis un enfant mais j’ai aussi mes droits !" et les émissions radio du projet Kids Waves, produites par Plan, sont de bons exemples d’illustration et de promotion du droit à la participation des enfants. Un des sketches radio traite de cette question en particulier.

Jusqu’à présent, des milliers d’enfants ont été formés pour animer des émissions radio hebdomadaires et communiquer sur les droits de l’enfant (éducation, santé, protection, loisirs etc.…) dans 11 pays d’Afrique de l’Ouest.

Vous pouvez écouter ces sketches radio réalisés par et pour les enfants du Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Niger, Sénégal, Sierra Leone et du Togo. A travers différentes histoires, elles abordent le thème du droit à la participation des enfants, ainsi que les autres droits de l’enfant.

Ce site vous propose de découvrir une illustration de ces droits grâce à plusieurs supports médiatiques réalisés par et pour les enfants d’Afrique de l’Ouest…

SOURCE:

plan-childrenmedia.org

***********

REFLEXION DU POTENTIEL SUR LA CONDITION DE L'ENFANT CONGOLAIS(RDC):

Journée internationale de l’enfant africain : Quel avenir pour l’enfant Congolais ?

Kinshasa, 15/06/2013

A travers la commémoration chaque année, de la journée du 16 juin, un signal fort est lancé à toute la jeunesse africaine pour lui rappeler qu’elle ne doit pas percevoir la possibilité de réaliser ce rêve uniquement en dehors de son propre continent.

L’enfant  africain sera à l’honneur ce dimanche 16 juin 2013. En effet, promulguée en 1991 par l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA). La journée 16 juin est célébrée chaque année en Afrique afin d’attirer l’attention des dirigeants sur la situation des enfants. Pour la petite histoire, en date du 16 juin 1976, plusieurs centaines d’enfants et adolescents de Soweto, grande banlieue située à 25 km de Johannesburg, en Afrique du Sud, s’étaient révoltés contre le pouvoir raciste qui imposait la langue « Afrikaans », langue des Boers, aux Sud-africains noirs. 

Cette situation poussa les jeunes de Soweto à organiser une marche pacifique afin de défendre leur droit légitime de recevoir un enseignement dans leur langue maternelle. A travers la commémoration, chaque année, de la journée du 16 juin, un signal fort est lancé à toute la jeunesse africaine pour lui rappeler qu’elle a droit au bonheur et qu’elle ne doit pas percevoir la possibilité de réaliser ce rêve uniquement en dehors de son propre continent.

De mal en pis

Si dans certains pays africains, l’enfant évolue dans des conditions acceptables, la situation est tout autre en République démocratique du Congo où l’enfant est pratiquement abandonnée à son triste sort. Par conséquent, aucune lueur d’espoir ne pointe à l’horizon. Par rapport à l’accession de la RDC à la souveraineté nationale, c’est depuis près de trois décennies que l’enfant congolais est en déperdition. Et malgré les multiples discours promoteurs des dirigeants, il vit une situation de précarité. Cherchant à échapper à la spirale de pauvreté qui l’étrangle, il emprunte des canaux dangereux pour accéder aux rives de l’Europe ou de l’Amérique.

En outre, l’enfant congolais est victime de l’inefficacité de l’encadrement dont il devait normalement bénéficier de la part des parents. Ces derniers, ne sachant à quel saint se vouer, parce qu’étant eux-mêmes clochardisés, ont simplement démissionné de leurs responsabilités. La conséquence qui en résulte est aujourd’hui néfaste. Le nombre d’enfants de rue ne faisant qu’accroître au jour le jour, on parle de plus en plus d’une bombe à retardement, au cas où l’Etat continue de dormir sur ses lauriers.

Aux enfants de rue est venu s’ajouter un phénomène que l’Etat n’arrive pas à maîtriser. Il s’agit des délinquants communément appelés « kuluna ». Et depuis un temps à Kinshasa comme dans l’arrière-pays de la RDC, la population vit sous la hantise de la peur, d’autant plus que ces hors-la loi opèrent paisiblement sous la barbe des agents de l’ordre. Les multiples opérations de ratissage initiées par les services compétents ne donnent toujours pas satisfaction.

Pitié pour les enfants de l’Est

A l’Est de la République démocratique du Congo, plus précisément dans les provinces du Nord et Sud-Kivu où la population est constamment victime d’exactions de tout genre, l’enfant est chosifié. Face aux déplacements qu’effectuent les familles, soit qu’il meurt en cours de route de la même manière que les adultes, soit qu’il survit pour ne pas être utile à la société. Car sa vie de broussard ne lui permet pas de s’épanouir.

Tant que la paix ne sera jamais rétablie à l’Est de la RDC, on ne pourra, en aucun cas, s’attendre à un quelconque épanouissement de l’enfant dans cette partie de la RDC. En lieu et place de l’autosatisfaction dont on lui reconnaît, l’Etat congolais doit donc reconnaître qu’il a un long chemin à parcourir pour prétendre assurer l’avenir de l’enfant.

Véron Clément Kongo

Le Potentiel


16/06/2013
0 Poster un commentaire

Vidéo:Spéciale journée internationale de l'enfant africain et analyses diverses

Journée  Internationale de l'Enfant Africain:

Que dire de plus?

L'intervention et Analyse de Carole Heinen et Mama Feza sur la journée internationale de l'enfant africain du 16 Juin 2013 réiterée pour ce 16 Juin 2014!

Le Sujet étant toujours d'actualité, nous reprenons notre analyse pour le Mois de Juin de l'an dernier et vous invitons de prendre connaissance sur cette analyse, sans oublier que vos commentaires seront les bienvenus parmi nous!

1459329_601024516602160_1299588602_n.jpg

Photo "Mama Feza"

L'enfant africain traverse les pires de son histoire et actuellement en République Démocratique du Congo, nous constatons le phénomène "Shégue" (enfant de la rue) prendre une autre allure dans ce qu'on appelle  les enfants "Kulunas"(gangsters de la rue), le viol faite aux mineurs ; souvent les bébés à la mamelle et recemment une fillette de 4 ans, à l'Est de la République Démocratique du Congo, sans oublier les "enfants soldats" et abandonnés, victimes des divorces, et surtout ceux qui vivent les discriminations de par le Monde pour faire des longues études en occident!!!!

 

En Occident:

Les enfants africains s'épanouissent de moins en moins; d'autres connaissent ce qu'on appelle "la séparation" d'avec leurs parents "biologiques" pour différentes raisons telles que:Les parents n'assumant leur rôle, la Mère "gardienne" qui abuse de son rôle, ou le foyer en pérpetuel conflit; certains enfants se refugient dans l'alcool et souvent quittent le toit familial pour vivre dans les "homes des jeunes" ect...

Cette situation inquiète Ammafrica world, d'autant plus que chaque enfant qui a ses parents ont droit de garder contact avec ses parents biologiques, et cette situation demande que des associations africaines ou dites des "Migrants" puissent revoir cette sorte d'enlèvement des enfants africains de leurs parents par le service de l'enfance en occident!

Tôt ou tard, ses enfants finissent par rejoindre leur famille avec un comportement qui frise une sorte de trouble "psychologique"!

Nous avons notre culture et identité qu'on doit le garder et le léguer à nos progénitures!

 

Une étude approfondie est en cours dans notre équipe pour cette cause complexe que délicate à la fois.Continuons toujours à militer pour "l'enfance africaine" car le combat est loin d'être fini!

 

"Mama Feza"

Ammafrica world

--------------

 

Photo Carole Heinen

 

Quelques réflexions, pensées, vœux pour le 16 juin, La Fête de nos enfants africains comment le fêter?

 

Un proverbe dit:

«Il est bien plus facile d'élever un enfant que de réparer un adulte« 

Il nous faut mettre des lois et l'enseignement à contribution, le continent africain table son espérance sur la jeunesse africaine pour imposer l’Afrique aux autres.

ALORS L'enfance africaine dans ses droits à également la lourde tâche de devenir la catégorie sociale appelée à assurer la relève dans la conduite des destinées de l’Afrique de demain.

L'identité de ces enfants, leur manière d’être de se positionner en Afrique et le monde, est primordiale

Dialoguons avec nos enfants !

Comment l'enfant se définit il lui même ? Comment perçoit il les autres ? Quels sont ses idéaux, ses rêves, ses peurs, ses compréhensions sur violences et les inégalités dans le monde.

Les réponses de ces enfants vont nous orienter sur l'avenir de ce continent, apprenons à nous ménager des droits et surtout prendre des mesures concrètes sur le terrain pour palier à leurs attentes.

Tous les enfants en Afrique ne sont pas sur un pied d’égalité, les filles, les orphelins, certaines tribus,.... sont marginalisées !!!!

Pour toutes ces raisons, il est indispensable d’investir dans la jeunesse, le premier défi à relever est celui de l’éducation et de la formation. 

Nos enfants sont appelés à diriger l’Afrique de demain, l'état, les institutions, les familles, la communauté, les parents, et leurs enfants doivent apporter une réponse globale aux multiples défis posés, donnons les moyens à nos enfants de devenir les agents futurs de la paix, du développement, des valeurs africaines!

Tous les chefs d’État africains devraient être à l'écoute des jeunes, créons et structurons des plate formes où les jeunes auront la possibilité d'échanger entre eux et apprendre à construire ensemble, se regrouper, innover, incarner une Afrique nouvelle ! Qui seront autre chose qu’un eldorado minier, énergétique ou agricole pour les occidentaux

L'enfant est le moteur principale d'une nation. 

L'enfant n'est pas que l'Afrique de demain mais elle est déjà aujourd'hui, Il est l’espérance et également des préoccupations, l’enjeu de l’encadrement et de l’accompagnement de cette enfant sera la clé de voûte du développement et du bien être de l’Afrique. 

 

Carole Heinen

Assistante et partenaire

Ammafrica world

_________________________________

RAPPEL DE L'HISTOIRE:ORIGINE DE LA JOURNEE DE L'ENFANT AFRICAIN

MASSACRE DES ENFANTS DE SOWETO DU 16 JUIN 1976

Triste anniversaire dans la gloire du football

ammafrica world ,16 Juin 2014

L’image a fait le tour du monde. A elle seule, elle a conscientisé le monde sur l’enfer que vivaient les Noirs sud-africains sous le régime de l’apartheid. C’est la photo de cet écolier tenant dans ses bras un autre plus jeune, fauché par une balle, avec à côté une fille en larmes. Cet innocent enfant est une des nombreuses victimes de la barbare répression des émeutes de Soweto, le 16 juin 1976. En ces années de braise-là, refuser d’adopter l’afrikaans, la langue de l’apartheid, pouvait vous valoir la mort. C’est ce refus conscient qui a amené les élèves à manifester et à se faire massacrer.

 
Les manifestations violentes se succéderont jusqu’en 1977, faisant des centaines de morts ; en même temps, ce soulèvement fut le point de départ d’une révolte générale, qui fera tomber le régime ségrégationniste. Depuis, personne, en Afrique du Sud n’a oublié cette funeste journée du 16 juin 1976, commémorée là-bas sous le nom de "Journée de la jeunesse". Trente-quatre ans après cette tragédie, on peut dire que les enfants de Soweto ne sont pas morts pour rien. L’Afrique du Sud libre, débarrassée de la férule de l’idéologie raciste, a atteint le sommet de la gloire en abritant l’un des plus grands événements de la planète, la coupe du monde de football.

Cette année, la commémoration de la journée de l’enfant africain, le 16 juin, prend à ce titre un relief particulier. Car personne ne s’imaginait, en 1976, que l’Afrique du Sud aurait ce visage aujourd’hui. Aucun des pays africains indépendants depuis un demi-siècle ne rêve d’abriter une telle manifestation alliant confiance internationale, savoir-faire technologique et moyens financiers colossaux.

L’hommage aux enfants de Soweto n’en est donc que plus appuyé, le pays de Mandela n’étant plus le souffre-douleur du continent. Il a beaucoup progressé et pris une revanche sur sa longue et douloureuse histoire. Le pays vit une forme de réhabilitation.

Et la coupe du monde n’est qu’une des facettes de l’extraordinaire essor du pays. Les enfants de Soweto tués par les balles assassines de l’apartheid, du fond de leur tombe, peuvent se sentir consolés. Les larmes et le sang de 76 ont fertilisé de façon féconde la lutte pour l’émancipation conduite par Nelson Mandela. De façon consciente ou non, le monde entier commémore, à travers le Mondial, la mémoire des martyrs de Soweto. Depuis 1991 qu’elle a été instituée par l’OUA (devenue UA), la journée de l’enfant africain n’a jamais autant pris cette dimension internationale. La présence massive des médias, des personnalités et de tout ce public sportif permet de rendre visible la cause des enfants africains et, au-delà, celle de l’ensemble du continent.

Le 16 juin doit être en effet un point d’appui pour avancer. Il n’est pas question de commémorer cette date de façon contemplative. L’Afrique a encore des défis à relever, des espaces de liberté à conquérir, une économie à développer, un bien-être à partager. A l’instar de l’Afrique du Sud qui a bâti, à partir des événements de Soweto, un destin meilleur, le continent entier doit s’inscrire dans l’action permanente en faveur d’un mieux-être de ses enfants, donc d’un meilleur avenir. Bien sûr, la cité-symbole de Soweto elle-même est encore traversée par des inégalités criardes, que l’après-apartheid n’a pas réussi à gommer.

Mais au moins, les habitants de ce township ont conquis un des biens les plus précieux qui soient, la liberté. L’édition 2010 de la journée de l’enfant africain a pour thème “ la planification et la budgétisation pour le bien-être de l’enfant, une responsabilité collective ”. Au-delà de la célébration ponctuelle, les dirigeants et acteurs du développement sont interpellés sur la nécessité d’inscrire la question de l’enfance au cœur des politiques de développement. Si les autres années, la commémoration de cette journée s’est faite dans l’indifférence, le mondial aidant, elle a connu un accent particulier. Reste à entretenir la flamme ainsi allumée, pour que le sacrifice des enfants de Soweto ne soit jamais vain.

 

Article publié sur:

Lefaso.net

------------------------------------

VIDEO REFLEXION PAR AMMAFRICA WORLD:


 

 

 

AMMAFRICA WORLD



16/06/2013
0 Poster un commentaire

JOURNEE DE L'ENFANT AFRICAIN 2013

Journée de l’enfant africain 2013.

Enfant noir

Journée de l’enfant Africain

Journée de l’enfant en Afrique, célébrée, le 16 juin.
Depuis 1991 la journée de l’enfant est célébrée chaque année sous un thème sur le continent africain. Crée par l’organisation de l’Union africaine. Cette journée est en souvenir des élèves sud-africains qui ont périt pendant les émeutes de Soweto, le premier mort est Hector Pieterson.


Le thème de cette 23 ème journée de ce 16 juin 2013 " ELIMINER LES PRATIQUES SOCIALES ET CULTURELLES NEFASTES AFFECTANT LES ENFANTS: NOTRE RESPONSABILITE COLLECTIVE”

 

En cette journée les pays appliquant la Charte Africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant évoqueront le bilan du combat mené en 2012 et dévoileront leur plan pour l’année à venir.
Cette année les organisateurs de la journée international de l’enfant africain veulent attirer l’attention sur les pratiques sociales et culturelles considérées néfastes pour les enfants . Qu’il s’agisse de violences physiques, de violençes psychologique, de mutilations génitales, ou encore de crimes rituels, de nombreux sujets seront évoqués. Des manifestations se dérouleront à travers le continent.


Au Kenya un rassemblement de plus de 5000 enfants dans la ville de Thika est prévue.
En Afrique du Sud à Soweto enfant et adulte demanderont des aides pour les orphelins et enfants démunis.


Au Sénégal une manifestation est prévue, en présence du président et de nombreuses personnalités.

CREPUSHAIR.COM


11/06/2013
0 Poster un commentaire