AMMAFRICA WORLD

AMMAFRICA WORLD

ACTU-CONGO BRAZZA:Le Congolais de Brazzaville ira au Référendum Constitutionnel ce 25 octobre 2015

Le Pouvoir émane du Peuple:Seul souverain primaire qui tranche à la place des opposants ou la majorité!

Une différence qui se joue de manière flagrante entre les deux Congo! Le pouvoir du peuple ne s'exerce pas par des injures ou des mécontentements manifestent que nous assistons actuellement en République Démocratique du Congo dont la démocratie n'est qu'une apparence creuse sans aucune solidité! 

 

Changement de constitution? modification constitutionnelle?  dans des cas pareils, et dans une bonne démocratie, la consultation directe de souverain primaire s'avère donc nécessaire! Ainsi le peuple du Congo d'en face fait exception! Il s'exprimera ce 25 Octobre prochain, par les urnes pour une reforme constitutionnelle! Puissions aussi les Africains apprendre de leurs constitutions article par article comme les chrétiens l'apprennent des saintes Ecritures!

 

Le changement arrive, et cela commence par les reformes constitutionnelles pouvant engager l'avenir de toute une nation!

Comme disait donc Barack OBAMA:

 

"L'Afrique n'a pas besoin des hommes forts mais d'une institution FORTE"!!!!

 

Rendez donc solides vos institutions selon les réalités de votre pays!

 

Un peuple discipliné fait craindre ses dirigeants!

 

Bravo les amis du Brazza!!!

@ammafrica

Réforme institutionnelle en République du Congo :

Le peuple invité à assurer l’arbitrage entre les politiques 

vote-congobraza432

Le peuple congolais est appelé à se rendre aux urnes le 25 octobre 2015, à l’occasion du référendum constitutionnel. La parole est donnée au souverain primaire pour qu’il tranche entre ceux qui aspirent à l’évolution des institutions et ceux qui prônent le statu quo.

 

« La cour suprême, c’est le peuple » écrivait le Général De Gaulle dans ses mémoires. A la lumière de cette thèse soutenue en 1958 par le Général De Gaulle, que le peuple congolais, devrait s’approprier son droit le plus légitime, démocratiquement reconnu, de jouer le rôle d’arbitre. Entre la majorité et l’opposition, entre les partisans des reformes et ses adversaires, les congolais, pris dans leur diversité ont un rôle à jouer, celui du souverain primaire, seul détenteur du pouvoir.

 

En effet l’arbitrage souverain du peuple congolais sur le devenir de la République est la raison d’être même de ce referendum constitutionnel. En ce sens que les politiques, étant en désaccord jusque là, le peuple congolais a le devoir démocratique de se prononcer sur les principes fondamentaux de la République, définissant les droits et devoirs des citoyens et fixant les nouvelles formes d’organisation, ainsi que les nouvelles règles de fonctionnement de l’Etat.

 

Dans un régime démocratique, c’est le peuple qui est appelé à se prononcer sur les questions fondamentales de la République. Ce peuple dont il est question ce n’est ni les militants et sympathisants de l’opposition, ni ceux de la majorité présidentielle, mais fondamentalement le peuple congolais, insusceptible d’être fractionné, c’est le souverain primaire. Il est, alors, question de l’unicité du peuple congolais, qu’est à appréhender comme une valeur constitutionnelle. Partant cette considération aucune fraction du peuple ne peut s’attribuer l’exercice de la souveraineté nationale ; si ce n’est par les urnes, au moyen d’un suffrage universel. Et il n’ya pas de congolais qui soient plus congolais que les autres. D’où la nécessité d’aller à un referendum.

 

Si le nouveau texte soumis au référendum, comme il est d’usage dans toutes les Constitutions, dans le nouveau préambule  proclame l’attachement du peuple du Congo à la paix, vertu cardinale à préserver, à la forme unitaire et au caractère indivisible mais décentralisé de l’Etat, à l’unité nationale et à la cohésion sociale. S’il énonce les principes d’égalité, de fraternité, de partage et de solidarité comme les valeurs constituant le socle de la République et de l’Etat. Le dialogue y est perçu comme le moyen de règlement pacifique des désaccords ou conflits d’ordre politique, c’est pour autant cimenter et davantage le caractère indivisible de la République, l’égalité devant la loi et l’unicité du peupler congolais.

 

En définitive, c’est juste que le Congo en s’engageant dans la voie référendaire ne fait que la promotion de la démocratie. Puisqu’il est question pour les congolais, sans distinction aucune, d’agir en toute souveraineté.  La souveraineté étant perçue à ce niveau comme un pouvoir de droit originaire et suprême. Les fondamentaux de la démocratie stipulent que la souveraineté appartient au peuple qui l’exerce à travers ses représentants et par voie de referendum. Tout compte fait la démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. D’ailleurs le concept démocratie, lui mot d’après son étymologie est formé de deux mots grecs :


Démos qui veut dire peuple et cratos, pouvoir.

 

        Article publié par : DARSE ce 6 October 2015
@Ponaekolo.net

 

AMMAFRICA WORLD

 



06/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1277 autres membres